Saint Ouen 41

Cette fois, je vais plus loin dans le passé et j'attaque le règlement entre les héritiers Adam du 29 février 1852 mentionné à l'épisode précédent.

Il y a quatre héritiers :

  • Michel Adam, jardinier à Villeporcher, commune de Saint-Ouen
  • Madeleine Adam, femme de Pierre Adam (les nôtres), cultivatrice à la Haye de Champs, commune de Saint-Firmin-des-prés
  • Jeanne Adam, femme de Louis Laurent Girard, cultivatrice au bourg de Selommes
  • Catherine Loiseau veuve de Louis Adam, cultivatrice à Villeporcher, commune de Saint-Ouen comme tutrice légale de Louis et Jean Adam, ses enfants mineurs

Ils sont tous héritiers pour 1/4 (les mineurs chacun 1/8) de Marie Madeleine Richaudeau, décédée il y a environ 22 ans et de Jean Adam, décédé le 9 décembre 1851, leurs parents.

Et hop, une génération de plus.

Il n'y a pas eu d'inventaire après le décès de Marie Madeleine Richaudeau. Il lui appartenait une maison située aux Rochettes (Saint-Ouen) que son fils Louis a eu en adjudication le 15 mai 1836 (Mereaux à Vendôme).

Après le décès du père, Jean Adam, il y a eu un inventaire après décès (Chouette !!) devant Peltereau le 20 décembre 1851.

La succession se compose du mobilier, vendu le 4 janvier 1852 (Peltereau), 615.48 francs, de 3 600 francs dûs par maître Jarry, notaire à Villetrun, pour la vente de terres (Peltereau le 14 novembre 1845), 200 francs dûs par Pierre Adam .

Marie Madeleine et son mari ont acheté pour 22.22 francs de mobilier.

J'ai le temps de demander un autre document donc............. direction l'inventaire après décès de Jean Adam.

Il a lieu dans une maison à Villeporcher, commune de Saint-Ouen, le 20 décembre 1851 par maître Peltereau. Les héritiers sont bien les mêmes que précédemment. On apprend juste en plus que Michel Adam est le subrogé tuteur de ses neveux.

Je vous passe les détails hyper-intéressants sur le mobilier, les objets et vêtements trouvés pour aller directement aux titres et papiers.

Quoique, je vais au moins détailler certaines dettes, celles de la mort : 27 francs pour le curé (frais funéraires et luminaire), 12 francs pour le docteur Satis (soins durant sa maladie), 9.75 francs au pharmacien (pour médicaments), 9 francs pour Brillant, charron à Meslay (cercueil), 3 francs à la femme Brière (pour ensevelissage), 6.60 francs pour les six porteurs du cercueil.

Les titres et papiers sont :

  • l'inventaire de la communauté du 6 mai 1825 devant Tardiveau, de Michel Grain et feu Maguerite Neilz, veuve en première noce de Charles Adam, sa mère (et hop, une génération de plus)
  • vente de meuble après le décès de Marguerite Neilz, 17 juillet 1825 devant Menard
  • transaction entre Michel Grain et Jean Adam, 19 sepetmbre 1825, même notaire
  • déclaration de récolte de ladite communauté, 23 septembre 1825 même notaire
  • contrat de mariage entre Jean Adam et Jeanne Guérineau veuve François Grillon, devant Peltereau, le 2 mai 1833 (il s'est donc remarié)
  • quittance des droits payés le 1 décembre 1848 après le décès de Jeanne Guérineau le 25 juillet 1848.

Les héritiers indiquent qu'il n'a pas eu d'enfant avec sa seconde femme et qu'il n'y a pas d'immeuble à partager car....... le partage a été fait le 11 février 1849 devant Peltereau.

Bonne pioche et de nouvelles pistes en perspective pour monter dans l'arbre Adam (même si c'est celui de Marie Madeleine et pas de Pierre).