La série M des archives départementales est une des plus riches et variées des séries post-révolution (excepté la W bien sûr). Tout ce qui concerne l'administration, la police administrative, la surveillance administrative, se trouve classé dans une bonne dizaine de sous-séries. Régulièrement, j'alimente le blog avec des articles tirés de la série M, et j'ai l'impression que cette source est inépuisable.

Pour le challenge, j'ai regardé dans la liasse cotée 1 M 266 des archives départementales du Loir-et-Cher.

Albert-Poulain-fils-prodigue-d-un-genie-industriel_reference

Le 18 juillet 1929, à huit heures du soir, un incendie éclate à la biscuiterie Poulain, route de Cabochon. Les habitants du voisinage se précipitent pour éteindre le feu, très vite rejoints par les pompiers. Vingt minutes après le départ de feu, l'incendie est maitrisé.

Il s'agit d'un incendie accidentel. Le feu a pris sous l'appel d'air situé à l'extrémité des fours à sécher les moules. Il s'agit visiblement de combustion spontanée du bois, provoquée par l'excès de chaleur. La température, à cet endroit, a été relevé à 68°C, cet après-midi-là. Malgré la rapidité des secours, les dégâts sont assez élevés. Il faut attendre l'expertise pour en être certain, mais une première évaluation se monte à 20 000 francs. Néanmoins, il n'y aura pas de chômage.

Tout est bien qui finit bien ? Pas pour tout le monde. Trois hommes ont été blessés lors de l'incendie, deux employés de la biscuiterie, Martin Vidal et Onésime Raimbaut, et un pompier, Gustave Aucuit.

Martin Vidal a trente-et-un ans, il est biscuitier. Il vit au 12 degrés Saint-Nicolas. Il souffre d'une coupure à l'avant-bras gauche.

Onésime Raimbault a cinquante-cinq ans. Il est également biscuitier et vit 3 rue de Lauricard. Il souffre d'une coupure au sommet du crâne.

Leurs blessures ne sont pas graves.

Gustave Aucuit, par contre, est plus gravement atteint. Il souffre d'une fracture du bras gauche et d'une plaie ouverte au côté gauche. Il est transporté à l’Hôtel-Dieu par l'ambulance militaire. Il décède, le 19 août, des suites de ses blessures.

Aucuit Auguste - 1881-1929

Gustave est né le 11 janvier 1881, à Villebarou, fils de François, maçon, et de Louise Julienne Rigolet, marchande. Engagé volontaire dans l'infanterie de marine, puis au 13e puis 4e régiment d'infanterie coloniale, il fait la campagne de Madagascar, du 16 décembre 1900 au 26 août 1903. Il épouse Augustine Fontaine, le 25 février 1905, à Talcy. Appelé le 3 août 1914, il est réformé n°2 le 7 novembre 1914, pour bacillose. Suivant la "Généalogie de Nelly GARNON" sur généanet, il laisse six enfants.