06 octobre 2017

Challenge Upro-G - épidémies : l'expédition de la Dobrudscha

La guerre de Crimée oppose la Russie à la Grande-Bretagne, la France et la Turquie. Tout le monde connaît les noms comme Sébastopol, le zouave du pont de l'Alma, Florence Nigthingale... nom qui nous viennent directement de cette guerre commencée en 1853 et achevée en 1856. Mais la guerre en elle-même ne rappelle pas grand chose. Est-elle même traitée dans les cours d'histoire de l'école ? Du moins plus que cinq minutes ? La Crimée est plus connue pour la crise actuelle que pour le sacrifice de plus de 95 000 soldats français, au... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2017

Siège de Sébastopole - mai 1855

Le siège de Sébastopole, épisode principal de la guerre de Crimée, a duré onze mois, d'octobre 1854 à septembre 1855. Je ne vous parlerai pas ici de ces onze mois. Un article n'y suffirait pas. Je vais vous parler du mois de mai 1855. Le 1er mai, les batteries françaises tirent 6 000 coup de canon. Les combats ont lieu la nuit, en avant du bastion central. Le 2, à trois heures de l'après-midi, les Russes tentent de reprendre leurs positions. Les combats sont des corps-à-corps, à coups de pioche, de pierre, mais malgré trois... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2017

Médaille sur ordonnance

Nous sommes en 1862 et le sieur Pilard* ne va pas bien. Il vit 19 rue des Pont-Chartrains, à Blois, et est traité chez lui pour aliénation mentale.Il n'y a pas plus de détail sur cette aliénation, si ce n'est qu'elle est due aux fatigues éprouvées par lui lors de son service, en tant que contre-maître mécanicien à bord d'un navire de la marine française, lors de la guerre de Crimée. Les services du ministère de la marine sont persuadés que le meilleur traitement possible pour lui est la remise de la médaille de Crimée, instituée... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 avril 2016

Etre blessé en Crimée, ce n'est pas une sinécure

A la guerre, il y a les batailles, les combats au corps à corps, les morts et les blessés............. c'est la règle. Mais qu'arrive-t-il aux blessés ? La plupart des blessés et des amputés sont transportés sur cacolets ou litières, le jour même, ou le lendemain de la blessure. Ils quittent l'ambulance qui leur a donné les premiers soins pour être dirigés vers l'ambulance de la plage, à Kamiesch où il ne font que passer, un jour, deux jours..... jusqu'à six jours d'attente pour être évacué sur les hôpitaux de Constantinople.... [Lire la suite]