Madame Thiers a été très active après la guerre de 1870. La femme du président de la République a créé une dotation pour les orphelines et mis en place une souscription appelée sou des chaumières.

Cette dernière également appelée l’œuvre du sou des chaumières fait appel aux dons : « donnez un sou pour reconstruire une chaumière ». Les maisons qui en ont bénéficié se voyait et se voient encore dans certaines régions, à la plaque apposée sur chaque nouvelle construction.

sou des chaumières - Patay

http://www.loire1870.fr/pages/pa_mam/pa_mam_45/monu_patay_45.html#sou

Le préfet du département est chargé de recenser les maisons qui peuvent bénéficier de cette œuvre.

En 1870, à Freteval, Jacques Bellanger est maçon, âgé de trente et un ans. Il est marié avec Louise Collin et ils ont une fille, Alphonsine, six ans. Jacques est boiteux, comme son père.

La maison de Jacques Bellanger à la Montballière comporte deux chambres à feu, une grange, un cellier et une écurie, le tout d’un seul tenant couvert de tuiles.

Comme il exploite des terres, la grange contient toute sa récolte.

Et tout a brûlé, non pas à cause des prussiens, mais à cause ………………. Des gardes mobiles.

Ils sont nombreux à s’être réfugiés chez lui, dans toutes les pièces et ils ont répandu de la paille partout par terre pour se coucher. Et le feu a pris……et tout a brûlé, y compris les meubles et ce qu’ils contenaient.

Il ne reste plus que les quatre murs, et bien qu’il soit assuré à la Paternelle (avec un nom pareil, on a confiance !!!), il ne sera pas indemnisé car pour eux, ce n’est pas un fait de guerre puisque ce sont les mobiles qui ont provoqué l’incendie.

Sauf que s’il n’y avait pas eu la guerre, il n’y aurait pas eu de mobile et donc pas d’incendie !!!!

Ce sera donc au sou des chaumières d’aider le pauvre homme dont les pertes sont estimées à 5 000 francs.