Petites énigmes rencontrées au hasard des recherches : à vous de trouver un interprétation qui tient la route
02 juillet 2018

Le casse-tête des frères Souriau

En généalogie, les énigmes casse-tête jalonnent régulièrement nos recherches. C'est le cas des frères Souriau, André et Paul Etienne. Ils sont tous les deux enfants de Paul Etienne Souriau et de Catherine Hubert. Le premier a épousé Marie Jeanne Sallier, le 18 février 1829, à Pezou. Le second a épousé Catherine Morin, le 10 novembre 1828 à Lavardin. Jusque là, tout va bien. Sur l'acte de mariage de Paul Etienne, il est dit né le 9 février 1797 à Lavardin. Sur celui d'André, il est dit né le 29 Germinal V de la République, à... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juin 2018

Adultère, bigame ou non ?

En voulant faire le #1J1Collatéral du jour, j'ai eu un doute. Mon logiciel Heredis m'a indiqué le mariage de Pierre André Le Moine avec Marie Jeanne Thérèse Bréard, le 28 juin 1763 à Harfleur. Sur l'acte, il n'y a que Pierre d'indiqué comme prénom, ce qui n'est pas étonnant, le prénom d'usage restant le seul utilisé par le curé dans de nombreux cas. La filiation est bien indiquée, fils d'André Le Moine et Catherine Merlin, mes sosas 584 et 585. Il est indiqué veuf de Catherine Campion, pourquoi pas. Je n'avais pas encore cherché ce... [Lire la suite]
15 juin 2018

Georges ou Eugénie ?

Louis Touzard a épousé Marie Renée Desvault en 1855 et il a eu trois enfants avec sa femme : deux garçons, Louis Alexis, en 1856, et Alphonse Eugène Désiré, en 1868, et une fille, Marie Eugénie, en 1858. Ils vivent à Authon, dans le Loir-et-Cher. Sa fille, Marie Eugénie, lui donne quelques soucis. Elle n’a que dix-huit ans lorsqu’elle met au monde une petite fille, Eugénie Joséphine Céline Alphonsine, sans père. Cela n'a pas dû être simple à gérer. J’imagine sans peine, le soulagement de Louis, lorsque Auguste Pierre... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juin 2018

Erreur sur la personne

Vous connaissez les fausses pistes ? Les branches généalogiques qui n'en sont pas ? D'habitude, je les trouve dans les registres paroissiaux, lorsque le curé confond la mère et la grand-mère dans l'acte de baptême. C'est une erreur qui peut s'expliquer relativement facilement : grand âge du curé, excès de vin de messe .... Non, en réalité, les mères étant interdites de présence à l'église lors du baptême, la grand-mère, elle, se trouvait souvent là, à sa place, d'où la confusion. Mais quand même, il fallait que le curé soit bien... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mai 2018

Puzzle paroissial

Sur la paroisse de la Cerlangue, en 1763, j’ai trouvé un puzzle paroissial. Le registre est abimé par les moisissures et un document provenant du procureur fiscal du comté, qui était joint au registre, a été déchiré en plusieurs morceaux qui ont été scannés tels quels.   L’acte du registre est un acte d’inhumation qui indique que, le 4 mars 1763, a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le corps d’une femme trouvé la veille, sur les marais du val salé, rejeté à cet endroit par la mer. L’acte est difficile à lire, alors... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 janvier 2018

Le casse-tête Doliveux

Faire de la généalogie, c'est aussi faire un puzzle. Quand tout va bien, les pièces s'emboitent les unes dans les autres. Parfois, il nous reste une pièce entre les mains qui ne s'intègre pas bien dans le tableau. Aujourd'hui, en plein dépouillement de recensement pour le décannuaire de Saint-Gourgon, je tombe sur une gentille petite famille en 1846 : Jacques Alexandre Moreau, sa femme, Catherine Brocherieux, leur fils, Pierre Alexandre Moreau, leur fille, Scolastique Moreau, leur mère, Françoise Doliveux veuve Brocherieux. La... [Lire la suite]

21 octobre 2017

De fil en aiguille suite - l'Amérique

Il y a trois mois, je postais le message "de fil en aiguille" sur les de Parisis de Zevallos.   De fil en aiguille - Le blog d'une généalogisteJe ne sais jamais où va me mener une recherche. La lecture d'un jugement sur requête du 22 mai 1919 m'a permis de faire un petit voyage généalogique de fil en aiguille. Ce jour-là, Louis Georges Eugène, propriétaire à Paris, souhaite faire rectifier son état-civil. Rien de bien particulier.http://genealogiepro.canalblog.com L'histoire se terminait (ou pas) sur "Sur Filae, je... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
07 octobre 2017

Secrets de famille : réalité ou fantasme ?

Quelle famille n'a pas son ou ses secrets ? Mais sont-ils réels ou bien ne sont-ils que des fantasmes d'esprits dotés de trop d'imagination ? Lorsqu'un enfant entre dans une pièce remplie d'adultes qui chuchotent et se taisent à son arrivée, son imagination se met immédiatement en marche. Que disent les adultes qu'il ne doit pas entendre ? Et là, la porte est ouverte à tous les délires. Tout dépend de l'âge de l'enfant. Cela va de l'existence du père Noël à l'adoption, en passant par tout un éventail de "drames" réels ou fictifs. ... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2017

Seule la rive pour départager

A Blois, au XIXè siècle, il y avait trois types d'hôpitaux : l'Hôtel-Dieu adossé à Saint-Nicolas, l'Hôpital Général adossé à Saint-Saturnin et l'asile d'aliénés. Pour l'asile, c'est simple, il est appelé ou asile départemental ou asile d'aliénés. Pour le reste, c'est plus compliqué. L'hôtel-Dieu est rive droite, l'hôpital général est rive gauche. Sauf que l'Hôtel-Dieu est également appelé hôpital civil et militaire ; et aussi hospice civil et militaire. L'hôpital général est aussi appelé Hôtel-Dieu sur certains plans de la ville,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 février 2017

Effet dominos

Tout le monde connaît l'effet dominos : vous en poussez un qui pousse son voisin qui pousse son voisin..... jusqu'à ce que tout soit par terre. C'est le cas de certaines erreurs : une erreur en entraîne une autre qui en entraîne une autre..... A Saint-Gourgon, dans le Loir-et-Cher, une petite fille est née. Julie Louise Buisson voit le jour le samedi 1er juillet 1843 et son père déclare sa naissance le jour-même, à la mairie. Tout est conforme dans l'acte. Le père est François Buisson, la mère est Louise Thérèse Collas. Où est... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,