La série Y est la série des prisons avec tout ce qui concerne le monde carcéral, que l'enfermement ait duré une nuit ou beaucoup plus longtemps.

J'ai hésité entre un dossier de gardien de prison, un prisonnier, et j'ai fini par trancher sur la mode vestimentaire populaire. En effet, c'est dans la série Y que se trouvent l'inventaire des vêtements portés au moment de l' incarcération. Il n'est pas question ici d'habits du dimanche ou de fête, mais de l'habit de tous les jours, et je suis allée le chercher sous la cote 5 Y 53 des archives départementales du Loir-et-Cher.

220px-Madame_Lecœur

Commençons par les femmes : Les tenues varient très peu : avec ou sans caraco. L'habillement des femmes du peuple, dans les années 1870, est constitué d'une chemise, d'une robe, d'un tablier, d'un caraco, d'un bonnet et de bottines ou de sabots. Les sabots sont plutôt portées par les journalières. Très peu portent des bas et des jupons.

La tenue n'est pas vraiment variée et les couleurs vont du bleu au noir en passant par le gris et le brun. Mais elles sont peu nombreuses, ce qui rend les statistiques peu fiables.

Par opposition, les tenue des hommes présentent plus de variations. Comme il y a plus d'hommes que de femmes en prison, j'ai pris les cent premiers hommes de l'année 1870 pour en examiner la tenue.

Les couleurs sont déjà plus variées, car si le bleu, le gris, le brun et le noir sont bien représentés, le rouge, le jaune, le vert, le blanc et le rayé sont courants. Les hommes seraient-ils plus coquets que les femmes, à cette époque-là ?

homme1870

Commençons par le chef : 72% des hommes portent un casquette, contre 22% un chapeau et 3% une calotte. Parmi les porteurs de casquette, leur préférence va à 71% au drap (plutôt drap noir), 13% au velours, 14% à la soie (noire) et 1% au coton et 1% à la panne. Pour les porteurs de chapeaux, 95% sont en feutre et 5% en paille. Tous les hommes ont un couvre-chef.

Ils portent tous la chemise, à 66% en coton contre 34% en toile. Ils ont tous un pantalon : 33% en drap, 25% en toile, 25% en coton, 10% en velours,  6% en coutil et 1% en "peau de taupe".

Ensuite, 71% portent une blouse (55% en toile et 45% en coton), 82% portent un gilet (63% en drap, 17% en coton, 13% en velours, 7% en laine).

Par-dessus, 34% portent un paletot ( 71% en drap, 18% en toile et 11% en velours), 2% portent une veste (étoffe ou pluche) et 1% un manteau (en drap).

 

Au pied, ils ont des souliers (70%), ou des sabots (10%), ou des bottes (9%) ou des bottines (4%) ou des savates (3%) ou rien.

Il est intéressant de voir que, s'ils ont tous un couvre-chef, ils n'ont pas tous les pieds couverts.

Bien sur, il s'agit là d'hommes et de femmes du peuple (journaliers, ouvriers, artisans) bien loin des redingotes, chapeaux haut de forme et cannes élégantes, crinolines et jupons de dentelle, que nous montrent les gravures d'époque.

Ils sont plus proches de bon nombre de mes ancêtres.

Enregistrer