Je ne le cherchais pas, mais je l'ai trouvé
25 septembre 2016

Haleine fétide et testicules manquants

Le service militaire était probablement le pire cauchemar des parents. Il faut les comprendre. Au XIXe siècle, entre 1818 et 1872, leurs fils déclarés bon pour le service partaient pour sept à huit ans. A compter de 1872, le service redescend à cinq ans, puis trois en 1889 jusqu'en 1905 où la durée est ramenée à deux ans (pour fluctuer encore, surtout en période de conflit). Pour revenir au XIXe siècle, le départ pour au moins cinq ans, d'un fils en pleine forme, c'est non seulement la perte d'une paire de bras pour aider aux... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 septembre 2016

Du rififi à Gombergean

Rien ne va plus à Gombergean en ce 30 avril 1780. Pierre Fariau, laboureur fermier et procureur fabricien de la paroisse a convoqué une assemblée d'habitants à la fin de la grande messe. Le notaire, René Côme Marin Desbrosses est là. Rassemblés au son de la cloche, devant la principale porte d'entrée et de sortie de l'église, se trouvent les fermiers et exploitants de la paroisse et la quasi totalité des habitants. C'est que l'heure est grave et la survie des plus pauvres d'entre eux est mise en péril. Un arrêt du parlement de... [Lire la suite]
01 septembre 2016

Drôle de Bataille à Couddes

Nous sommes en 1907. La commune de Couddes a des problèmes. En fait, c'est plutôt le maire qui a des problèmes, et pas avec n'importe qui, avec l'instituteur de la commune, Adolphe Bataille. Tout est bon pour lui chercher querelle. Ce jour-là, le maire de la commune croit avoir trouvé comment se débarrasser de lui et il porte de graves accusations contre l'instituteur au point que l'inspecteur primaire doit se rendre de toute urgence à Couddes pour y mener son enquête et y interroger soixante-dix témoins. Un crime très grave, mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 août 2016

Juste une vieille carte postale

Tout commence par une carte postale ancienne, nichée au fond d'un lot d'autres cartes postales anciennes. Celle-ci montre une vue d'Angers, vue sur la Maine vers la Cathédrale. De prime abord je l'aurai écartée. Elle est écrite recto et verso et je ne peux donc pas l'utiliser comme simple vue. Mais la curiosité aidant, je m'attarde sur le texte. Cette carte a un cachet daté du 8 février 1906, Saïgon, central cochinchine, adressée à un certain Pierre Oger, soldat au 12e infanterie coloniale, 5e compagnie à Saïgon. L'expéditeur,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 août 2016

Pour 312 draps

L'hôpital général de Blois est tenu par les religieuses de Saint Paul Saint Maurice de Chartres depuis le 22 mars 1841. Mais le 18 décembre 1882, un vent de laïcisation souffle sur l'hôpital général. Les six membres du conseil d'administration sont là, dont le maire de la ville, Mahoudeau. L'affaire est grave. 312 draps ont disparu de l'hôpital général tenu par les religieuses. C'est le docteur Yvonneau qui mène la fronde. Il semble très désireux d'évincer ces chastes demoiselles au profit d'un personnel laïque. Il profite du... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 juillet 2016

Dès son bas âge

La plupart du temps, lorsque l'on tombe sur un idiot (dans les actes bien sûr !!), le mot est lapidaire : idiot, imbécile, crétin et c'est tout. Parfois, c'est un peu plus détaillé, comme pour le décès de Julien Tiger de la paroisse Saint Lubin de Landes. Il décède le 5 février 1848 à l'âge de vingt-trois ans, et il est bien indiqué qu'il était faible et imbécile d'esprit dès son bas âge.
Posté par plumesquale à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juillet 2016

Un acte de courage

Louis Denis Porcheron est gendarme à la brigade à pied de Blois. Le 15 juin 1845, quatre heures du soir, Louis Denis, en service et en uniforme, se trouve à Blois, sur la route royale de Paris à Bordeaux, en face de l’hôtel dieu avec son collègue, Ernest Garreau. A ce moment-là, ils entendent crier « à l’eau, à l’eau, un enfant à l’eau ». Ils se précipitent du côté du ponton des bateaux à vapeurs d’où viennent les cris. La Loire est en crue, le courant rapide. Louis Denis aperçoit un enfant en train de couler entre le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2016

Au lieu d'élection

Lorsque l'on farfouille dans les archives, on trouve des détails très intéressants mais parfois un peu hermétiques à expliquer. Le langage a changé, le vocabulaire a changé et l'évolution des deux nous donne des faux amis parfois perturbants. C'est le cas du lieu d'élection. Farfouillant les archives de la guerre, c'est souvent que l'on trouve la note "amputé au lieu d'élection" !!! Une fois éliminé le fait que l'amputation ait lieu dans un bureau de vote, cela laisse quand même perplexe. Hypothèse : le lieu d'élection est le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2016

Relevailles rapides

Le 6 janvier 1815, à trois heures du matin, Jean-Baptiste David, maire de la commune de Lisle, est déjà à la mairie. Il y reçoit Joseph Bouvet et sa femme, Anne Haudoin. L'heure plus que matinale peut surprendre, mais ce qui est encore plus étonnant, c'est que le couple amène à la mairie deux enfants, Joseph et Louise, tout juste nés. Le maire ne dresse qu'un seul acte de naissance pour les jumeaux mais il y a bien quatre témoins. Ils décèdent quatre jours plus tard, et leur père va seul cette fois, en faire la déclaration. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juillet 2016

Un long martyr de souffrances

Marie Anne Julie Baschet est célibataire. Elle est la fille de Jacques Joseph Baschet et Marie Anne Victoire Roger. Elle vit à Blois, rue Chemonton, lorsqu'elle décède chez elle, à quarante-et-un ans. Ce sont ses frères qui déclarent son décès le jour même, 19 octobre 1844, six heures plus tard. Le premier, Louis Sébastien, est vicaire de Saint Nicolas, le second, Etienne Paulin, est médecin. Quoi d'exceptionnel dans cet acte ? L'inscription sur sa tombe. Elle a d'abord été inhumée dans le cimetière de la butte des capucins. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,