07 janvier 2014

Un père, un beau-père et quoi d'autre encore ?

Certaines familles semblent bien compliquées et entre liens du sang et liens du coeur, la généalogie s'embrouille. C'est le cas de Louis Charles Montharu. En 1861, il a un enfant à Paris 4e, Louis Charles, d'une femme nommée à laquelle il n'est pas marié. Peu banal en 1861 mais, cela arrivait. Il reconnaît l'enfant mais la mère, elle, ne le reconnaît pas. Encore moins banal. La suite semble indiquer que Louis Charles a élevé l'enfant pendant que la mère continuait sa vie ailleurs. On a donc un homme qui élève seul un fils dont il... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2012

Attention aux idées préconçues

Je suis tombée sur le  parcours difficile durant la guerre de Crimée, d'un petit gars de la Corrèze, Antoine Perrier, soldat au 7e d'infanterie. Atteint du scorbut en décembre 1855, il est envoyé à l'ambulance de la 1ere division au 2e corps d'armée le 26 janvier 1856 (quand même près d'un mois après le diagnostic !!!). Pour cela, il est transporté dans un cacolet (c'est un panier à dossier, placé sur un mulet ou chameau et servant à transporter les malades ou les blessés), par un temps très froid, si froid que ses pieds ont... [Lire la suite]
31 août 2011

Déclarations en folie à l'asile d'aliénés

Lorsque Charles Marie Louis Delagrange, adjoint au maire de la mairie de Crouy sur Cosson, rédige l'acte de décès de sa concitoyenne, Henriette Sophie Communeau, il n'imaginait surement pas ce qui suivrait. L'asile d'aliénés où elle était internée et décédée avait bien déclaré son décès dans la ville de Blois et le maire de celle-ci avait, conformément à la loi, transmit son acte à son collègue de Crouy sur Cosson, dernier domicile connu d'Henriette Communeau veuve Badaire. Mais voilà, les employés de l'asile se sont trompés. C'est... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2010

Enterré vivant ? jamais

Dans son testament, Louis Greffulhe marque bien une peur de son temps : être enterré vivant !!!! alors il l'écrit et il insiste, pour être sur que cela ne lui arrive pas :".........je veux que mon décès soit bien et dument constaté par des gens de l'art, que mon corps ne soit fermé que trois jours ou plus s'il est possible dans le cercueil qui me sera destiné, mais surtout, qu'avant d'être enterré, mon corps soit ouvert pour servir d'instruction sur le genre de maladie qui m'a conduit au tombeau et que ma tête soit séparée du... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

Lettre d'une mère bien ennuyée

Trouvé dans les archives en série R, la lettre d'une mère bien ennuyée. J'ai laissé volontairement l'orthographe d'origine. A lire avec le parler de l'époque dans la tête pour en savourer le ton.Mehers, le 24avril 1917Monsieur le préfetJe viens de recevoir une lettre de mon garçon prisonnier en Allemagne. Il me dit que sont colis a mis 47 jour a lui parvenir, mai pas comme le lui ai envoyer. On leur retire leur vive ses bien désolant, bien péner à lui envoyer maintant ceux que jai de parti. Il a lieu d'afaiblir, on achete les vivre... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2009

Images choc

Lors de la semaine de formation sur les faits divers, Sandra (la candidate à la torture) a trouvé une chose très............... particulière. Son sujet : un triple homicide sur fond de vol d'argent. Evidemment, l'accusé a été condamné à mort et exécuté. Pour une fois, le dossier était complet : témoignages, rapport du médecin................ avec des détails souvent macabre, mais c'est normal dans un dossier criminel. Ce qui l'était moins : les photos. Il y avait deux photos dans le dossier qui date pourtant de 1891 : un... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 avril 2009

Honni soit qui mal y pense

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 novembre 2008

Treize francs cinq centimes

Les transcriptions d'actes de décès recèlent parfois des détails étonnants où les sentiments se mêlent aux réalités de la vie administrative sans que l'on sache très bien où finissent les premiers, où commencent les seconds.Le 2 juin 1874, Hachille Trecul (avec un H, et oui), infirmier, premier soldat de visite à l'hôpital militaire de Philippeville, en Algérie, s'est noyé dans la mer, à sept heures du soir, alors qu'il se baignait avec un de ses camarades.C'est le directeur de l'hôpital militaire qui rédige l'acte de décès, en... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 septembre 2008

Mieux vaut tard que jamais

Eh oui, mieux vaut tard que jamais comme le dit le diction !!!!Le 28 octobre 1846, Sylvain Chicault se décide enfin à épouser la mère de ses enfants qu'il reconnait le même jour. Il faut dire que ceux-ci sont nés le 29 novembre 1830 pour Marie Louise, le 20 avril 1833 pour Etienne et le 28 septembre 1834 pour Louis. Et le comble, c'est lui qui a déclaré leur naissance à la mairie, naissance d'un père inconnu !!!Bon, ce monsieur était veuf depuis 1828, la morale est donc, un petit peu, sauve.Et pourquoi ce mariage si tardif ?... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 septembre 2008

enfant abandonné sans l'être

1898, Adolphe Couvreur veut se marier et il doit donc fournir toutes les pièces d'état civil le concernant.Problème : Adolphe Couvreur est né à Paris, en mai 1870 et comme tout le monde le sait (surtout ceux qui font des recherches à Paris), l'état civil parisien a été détruit lors de la commune.Malheureusement l'acte de naissance de Adolphe n'a pas été reconstitué. Probablement à cause de son histoire, à la fois triste et malgré tout pleine d'amour.Né le 16 mai 1870 rue Monge, à Paris, Adolphe a été confié à une nourrice, Rosalie... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »