ble

C'est reparti pour un tour de notaire avec la donation partage de Jean Adam à ses enfants le 11 février 1849.

Jean Adam est cultivateur à Villeporcher, commune de Saint-Ouen, et il fait donation à ses enfants Michel, jardinier à Poirier, commune de Saint-Ouen, Madeleine, femme de Pierre Adam, cultivateur à la Haye de champ, commune de Saint-Firmin-des-prés, Jeanne, femme de Louis Laurent Girard, cultivateur à Selommes et à ses petits-enfants Louis et Jean Adam, enfants de Louis, son fils, décédé cultivateur aux Rochettes, commune de Saint-Ouen, et Catherine Loiseau, sa veuve.

Toutes ses terres ont été partagées en lots qui sont attribués par tirage au sort et en échange d'une pension viagère et à vie de 50 décalitres de blé froment à payer le premier novembre de chaque année.

Toutes ces terres appartiennent à Jean Adam comme provenant de la succession de ses parents, Charles Adam et Marguerite Neilz dont il était le seul héritier. Une partie de ces terres appartenaient en propre à son père, par un acte passé devant Mansion, notaire à Pezou, le 12 septembre 1762.

Cet acte nous apporte des confirmations sur les enfants de Jean et des nouveautés : il est enfant unique et seul héritier de Charles Adam et Marguerite Neilz, ses parents. Plus une piste pour les terres avec un nouvel acte notarié.

L'arbre se construit tranquillement........................

J'en profitte pour faire un peu de recherches sur Pierre Adam................ lui aussi est de Saint-Ouen, de Poiriers, étonnant ? Je subodore que Pierre et sa femme sont cousins, mais à quel degré ?

Pour l'instant, la seule piste qui me reste pour Pierre, Pierre Guillaume en fait, ce sont les hypothèques. Au bout du parcours labyrinthique des registres, j'obtiens quelques renseignements.

le plus ancien est une entrée en possession en 1827 de terre à Saint-Firmin et autres.... cela fleure bon la succession mais ne vendons pas la peau du parchemin...

Plus récent donc moins intéressant pour l'arbre mais très important pour le patrimoine, je trouve deux "sorties" en 1861 et 1862 et surtout une expropriation pour les chemins de fer en 1863.

J'ai encore du vélin sur la planche avant de terminer la saga "sans les mains".