Blois

 

Pour cette première lettre du Challenge AZ dédié aux faits divers du Loir-et-Cher, nous nous retrouvons en 1857, dans la ville de Blois, quartier Saint-Nicolas.

Auguste Julien Herpin, quarante-deux ans, exerce le métier de couvreur, comme son père, Jean Mathias.

Et, probablement comme son père l’a fait avec lui, Auguste Julien apprend son métier à son fils aîné, Jean Auguste, quatorze ans.

couvreur

C’est un bon métier, mais c’est également un métier dangereux. Il faut avoir le sens de l’équilibre, et surtout, ne pas avoir le vertige, pour pouvoir se déplacer sur les toits et les échafaudages.

Le 10 septembre 1857, Auguste Julien et son fils, travaillent sur la maison du sieur Guillon, rue des degrés Saint Nicolas, sous les ordres du sieur Berger, conducteur des travaux de la ville de Blois.

Ils ont monté eux-mêmes l’échafaudage, constitué de bois ronds assemblés par des cordages.

Ils sont au travail, à dix mètres de hauteur, lorsque Jean Auguste se rend compte qu’un des cordages qui soutient l’échafaudage est en train de fléchir. Il prévient son père qui se dirige immédiatement dans cette direction, pour résoudre le problème, suivi du jeune garçon.

Ils viennent à peine d’y arriver que le cordage cède, les entraînant tous les deux dans une chute mortelle.

Auguste Julien tombe sur la tête, sur le pavé de la rue et reste sans connaissance. Le docteur Derivière qui arrive à cet instant, lui prodigue les premiers soins et le fait transporter à l’hospice, mais il décède avant d’y arriver.

Jean Auguste, quant à lui, bien que blessé, ne souffre miraculeusement d’aucune fracture. Il se remettra de ses blessures.

Auguste Julien laisse derrière lui une veuve, Eugénie Robin, et trois enfants, Marie Eugénie, seize ans, Jean Auguste, quatorze ans et Edouard, onze ans.

Malgré la fin tragique de son père, Jean Auguste sera aussi couvreur. Il épousera, en 1867, Eugénie Robin, elle-même fille de couvreur.

Il ne vivra pas beaucoup plus vieux que son père. Il décèdera, en 1888, à l’âge de quarante-quatre ans, sous le titre d’entrepreneur en couverture.