L'ambulance numéro 7 est constituée de personnel médical et religieux avec à sa tête le docteur Després, chirurgien en chef.

Elle comprend deux chirurgiens major, un aide-major, cinq chirurgiens sous-aide, un aumônier, un pasteur, trois comptables et trente infirmiers. Elle est financée par le comité de Bruxelles.

Dès le 25 août, ils quittent Paris pour Metz mais ne l'atteignent pas. La route est coupée. Alors ils soignent à Montmédy, Daigny, Balan, Sedan. Ils obtiennent un laissé-passé pour Metz mais ne peuvent y entrer. A partir de là, le comité de Bruxelles qui finançait l'ambulance les abandonne mais les médecins décident de continuer à leurs frais.

Départ pour la Suisse puis Pont-à-Mousson, Nancy,Lunéville, Mulhouse, Bâle......... le 15 novembre ils sont à Genêve puis partent pour Lyon, Bourges, Orléans.

Le 19 novembre, l'ambulance est rattachée au 17e corps et ce sont les combats du Loiret : Nids, Binas, Cravant, Huisseau. Les blessés sont évacués sur Meung et Beaugency.

Les combats font rage à Patay, Terminiers, Faverolles, Meung................ Beaugency. On évacue les blessés sur Blois.

Le 7 décembre 1870, il y a déjà 250 blessés à Beaugency............ qui se transforment en 900.

Beaugency

Un obus tombe sur l'ambulance. Jules Blanchetière, infirmier volontaire à la 7e ambulance est touché. Il a les deux jambes broyées.

Il est amputé des deux jambes le dix-huit décembre mais décède le lendemain.

Neuf autres sont blessés par obus à l'ambulance, dont six seront également amputés. Tous décèdent des suites de leurs blessures.

L'ambulance de Beaugency va soigner 673 blessés, 167 vont décéder, Jules est l'un d'entre eux.

Il était commis aux contributions à Langeais, sa ville natale. Son décès n'est transcrit dans la commune que le 30 décembre 1871.

Son frère Emile a déjà trois enfants. Jules a été témoin à la déclaration de naissance de chacun d'entre eux. Le quatrième né le 2 juin 1875, va s'appeler Jules.