28 septembre 2019

Les orphelins d'Etretat

La guerre tue. Elle tue des militaires, célibataires, mariés, veufs. Elle tue des pères de famille et fait des orphelins. Tout le monde y pense. Tout le monde le sait. La guerre fait des veuves et des orphelins. Mais qui pense aux orphelins de mère, dont les pères partent au combat ? Dès l'annonce de la guerre, des oeuvres caritatives sont créées. C'est le cas de l'association nationale des orphelins de la guerre, créée à Etretat, le 2 août 1914. Et dès la création, un avis est adressé à la capitale "Tous les enfants des... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2019

Buffalo Bill, Cri Cri et Nick Carter

2 août 1914, la guerre est déclarée, la chasse aux sorcières aussi. Ou plutôt, la chasse à tout ce qui est, de près ou de loin, allemand. C'est ainsi que le Comité de Loir-et-Cher, contre la licence des rues (je ne sais pas encore ce que c'est, mais vu la suite, cela ne sent pas bon du tout), prévient la population que leurs publications préférées sont d'origine allemande. Nick Carter, Buffalo Bille, Nat Binkerton, Ethel King, Stoerte Becker, les romans à 0.10 francs tels que Rêve d'amour, la faute d'une princesse, Aimée du... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 septembre 2019

Mourir à Sompuis

Dès le décret de mobilisation générale, les hommes rejoignent leurs régiments. Le 113e régiment est à Blois, c'est un régiment d'active, dont j'ai beaucoup parlé, et dont je parlerai encore beaucoup. Dans le même temps, le 313e se forme, également à Blois. C'est le régiment de réserve, rattaché au 113e. Le 113e est parti le 5 août 1914, pour la frontière belge. Le 313e partira le 9, direction Saint-Mihiel. Il est constitué de deux bataillons (le 5e et le 6e), huit compagnies (17e à 24e), commandés par le lieutenant-Colonel de... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 septembre 2019

Ce jour-là, 2 août 1914 - fin

La guerre est là, mais la vie doit continuer, avec le moins de dérangement possible, pour les populations. Le syndicat de la Boulangerie de Blois prévient que le pain ne sera pas augmenté, mais il ne sera livré qu'en échange d'argent comptant. Alors, pas d'argent, pas de pain. Mais la municipalité a tout prévu. Les familles dont les hommes sont appelés sous les drapeaux ne manqueront pas de pain, même si l'argent n'est pas là. Le chaud et le froid continuent d'être soufflés. Si rien de change pour certains, tout s'arrête pour... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2019

Ce jour-là, 2 août 1914 - suite

  La guerre est déclarée mais la vie continue. Le journal n'annonce pas que des catastrophes. Nous sommes début août, c'est le temps des promotions et des prix. Je gage que leur lecture a été gâchée par l'annonce de la Une. Marcel Laffore, admissible au grade de conducteur des ponts-et-chaussées, est nommé adjoint technique de 3e classe, service ordinaire, bureau de l'ingénieur ordinaire de Romorantin. Albert Moreau, toujours aux Ponts-et-Chaussées, est nommé à la subdivision de Droué. Maurice Loreau, adjoint technique... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 septembre 2019

Ce jour-là, 2 août 1914

Il est des jours particuliers, pour lesquels, des années après, voire même toute notre vie, nous nous rappelons où nous étions et ce que nous faisions. Je me rappelle parfaitement où j'étais le 11 septembre 2001, lorsque j'ai appris qu'un attentat était en cours, à New-York. Il y a eu bien des catastrophes avant, et après, malheureusement, mais, si me rappelle bien de ces évènements, je ne peux pas dire que je me rappelle où j'étais et ce que je faisais lorsque j'ai appris leur existence. Le 11 septembre oui. Peut-être une... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 septembre 2019

Un simple dommage collatéral

La guerre et ses atrocités, la guerre et ses morts, la guerre et ses destructions : nous en parlons beaucoup, qu'il s'agisse de 14-18 ou des autres guerres. Nous parlons aussi des dommages collatéraux que ces guerres provoquent : les femmes qui deviennent veuve, les enfants qui deviennent orphelins, les fermes à l'abandon faute de bras pour les exploiter. Il est un autre dommage collatéral que l'on aborde plus rarement, celui qui touche les commerçants, ou plutôt les commerçantes. Pendant longtemps, et encore maintenant, dans... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 septembre 2019

Rumeur nauséabonde

La rumeur est une chose terrible. D'où part-elle ? Personne ne le sait, mais ses effets sont dévastateurs. En 1918, une rumeur court sur Armand Berger, du 46e, natif de Vendôme. Il aurait été fusillé, fusillé pour l'exemple, fusillé pour manquement à l'honneur, pour désertion, trahison ? Tout est possible avec les rumeurs. Ces rumeurs sont parvenues à la famille qui s'en désole : leur fils serait mort et d'une mort infamante et rien ne vient contredire la rumeur, jusqu'à ce que la mère reçoive un courier, du sous-lieutenant... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 septembre 2019

Dix hommes - dix destins - une même famille

Lorsque François Eugène Tondereau épouse Marie Victorine Callu, il n'imaginait peut-être pas, la grande famille qu'ils allaient fonder. Mariés à Rocé, le couple s'installe à Faye, où naissent leurs dix premiers enfants : cinq garçons et cinq filles. Eugénie Louise Adrienne est la dernière à naître dans la commune, et la seule à mourir en bas-âge. La famille déménage pour Oucques où vont naître les trois derniers, deux garçons et une fille. En l'espace de seize ans, Marie Victorine va mettre au monde treize enfants : sept garçons... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 septembre 2019

Une autre dimension de la guerre

Les archives de la grande guerre nous apportent une masse de renseignements qui font bien défaut aux guerres précédentes. Pourtant, en faire un usage intensif nous montre les limites des feuillets matricules, fiches MPF et autres documents. Ce sont des documents administratifs. Comment leur reprocher de se contenter de relater les évènements nécessaires à l'administration. Untel a été blessé tel jour à tel endroit. Parfois, quelques détails sur la blessure, uniquement pour en attester la gravité à des fins de réforme et de... [Lire la suite]