Dans son testament, Louis Greffulhe marque bien une peur de son temps : être enterré vivant !!!! alors il l'écrit et il insiste, pour être sur que cela ne lui arrive pas :

".........je veux que mon décès soit bien et dument constaté par des gens de l'art, que mon corps ne soit fermé que trois jours ou plus s'il est possible dans le cercueil qui me sera destiné, mais surtout, qu'avant d'être enterré, mon corps soit ouvert pour servir d'instruction sur le genre de maladie qui m'a conduit au tombeau et que ma tête soit séparée du tronc mais déposée dans le même cercueil, pour que dans aucun cas il ne puisse exister la plus légère incertitude sur mon décès.

Mon cercueil renfermant ces tristes restes sera enterré dans le parc que j'habite et à défaut dans le cimetière commun de Montmartre sans aucune cérémonie ni pompe funèbre de quelle espèce que ce soit............."

Nous sommes  le 10 septembre 1808. Il est décédé le 7 avril 1810.