Archives du Var - 2010

Quelqu'un m'a demandé, il y a peu, quelle était, pour moi, la pire frustration. J'ai répondu sans hésiter "les documents non communicables ou détruits".

Je pense que cette frustration est également ressentie que l'on soit généalogiste professionnel ou amateur.

L'un des meilleurs exemples de cette frustration est le guide des archives départementales du Loiret. Il est épais, très épais, avec beaucoup de détail sur les documents déposés aux AD. Il y a juste un méga-maxi-bémol : tout ce qui est en italique a été détruit lors de la dernière guerre mondiale, et, à vue de nez, je dirais que 80% de ce qui est écrit dans ce guide est en italique.

Le document a existé. Celui dans lequel vous auriez trouvé les réponses à vos questions. Celui qui aurait rempli les blancs de votre généalogie, de votre histoire. Et il n'existe plus. Là, c'est le pire des cas : il a été détruit.

Il y a les destructions par fait de guerre, par accident (incendie, dégât des eaux) et il y a les destructions par archivistes (on ne garde qu'un échantillon !!). Quelle que soit la raison, le document est détruit.

D'un degré de frustration légèrement en dessous, le document non communicable car fragilisé par le temps, les intempéries, les hommes. Il reste une microscopique lueur d'espoir qu'un jour, peut-être, le budget des archives permettra de le restaurer, ou au moins de le numériser. Mais pour avoir vu certaines liasses notariées complètement compactées-soudées par l'humidité et les champignons, ou dévorés par les souris et les insecters, il faudrait plus qu'un bon budget et une bonne méthode de restauration. Il faudrait aussi un miracle.

C'est là que je me rends compte que nous ne sommes pas égaux devant les archives. Le dépôt du Loir-et-Cher est modérément frustrant : le bombardement de Vendôme, l'élagage des archivistes, sont une catastrophe "minime" comparée à celle vécue par d'autres dépôts d'archives. Je pourrais citer la Manche, les Ardennes, l'Aisne.. et certainement d'autres auxquels je n'ai pas encore eu à me frotter.

Tout aussi frustrant mais avec plus d'espoir, nous avons les documents disparus. Personne ne sait où ils sont. Détruits ou pas ? Là est la question. Il reste l'espoir qu'un jour ils soient retrouvés, dans un grenier ou une cave, au détour d'un vide grenier ou d'un récolement d'archives.

La preuve ? Un registre paroissial français a été mis en vente sur Ebay depuis les USA.

 

Encore un registre paroissial en vente sur eBay aux Etats-Unis

Encore un registre paroissial en vente sur eBay ! Cette fois-ci, il s'agit des actes de 1680 à 1681 de la paroisse de La Ronde-Haye en Normandie. On ignore comment ce registre probablement volé à une époque inconnue peut se retrouver à l'encan aux Etats-Unis. Le directeur des Archives de la Manche s'empare de l'affaire.

http://www.rfgenealogie.com

J'ai moi-même acheté des minutes notariales du Pas-de-Calais, croyant acheter des grosses !!

Il existe donc un espoir dans ce cas-là... ce qui n'empêche pas la frustration en attendant.