P1010296

Vous connaissez la chanson : il en faut peu pour être heureux... et bien pour moi, le peu s'appelle "archives départementales".

J'ai la chance d'avoir à moins de deux cent mètres de chez moi un dépôt en tous points parfait, celui du Loir-et-Cher.

Il est parfait par la taille : ni trop grand, ni trop petit. La fréquentation, comme dans tous les dépôts, a baissé avec la mise en ligne des archives, mais contrairement à certains endroits où les salles de lecture, immenses et vides, semblent hantées par les fantômes des généalogistes passés, à Blois, la salle de lecture est à taille humaine. Elle est lumineuse, agréable. On pourrait presque se croire dans son propre bureau (sauf que le mien est beaucoup moins bien rangé !!).

Il est parfait par ses "agents" : accueillants, serviables, agréables et aimant visiblement les vieux trucs (non, je ne parle pas de moi, mais des documents anciens). Évidemment ils ont leurs séries de prédilection, leurs thèmes préférés. Mais lorsqu'ils ne savent pas, ils appellent un collègue qui connaît ou peu connaître la réponse. Ils ne rembarrent jamais les lecteurs, même ceux qui le mérite. Et pour avoir fréquenté beaucoup de dépôts d'archives, je vous garantis que ce n'est pas une généralité. J'arrête là sinon ils vont prendre la grosse tête.

Il est parfait pour ses archives : très peu de destruction, pas d'archivistes affolés de la pastille rouge, un beau panel de documents : un dépôt parfaitement pédagogique.

J'adore y travailler même si je ne peux pas y aller aussi souvent que je le souhaiterais. Et surtout, j'adore prendre une cote au hasard et en découvrir le contenu. C'est comme se retrouver au pied du sapin le 25 décembre au matin. Tant qu'on n'a pas enlevé le papier cadeau, on ne sait pas si on sera déçu ou content.

Là, c'est pareil. Cet après-midi, j'ai demandé une liasse dont l'inventaire semblait prometteur : les médailles d'honneur des policiers municipaux. Raté, il n'y avait que des circulaires officielles.

Et j'ai demandé une liasse sur les biens émigrés pensant trouver les habituels documents notariés et inventaires de leurs biens. J'ai trouvé un arbre généalogique descendant format A0 avec au dos la liste des actes naissances, contrats de mariages, notoriétés et autres remontant à 1627.

Les archives sont un monde de découvertes infinies.

De même que les personnes qui les fréquentent.

Hier, j'étais avec un prof d'histoire. Je ne le connais pas sous ce jour, mais plutôt sous celui d'un bénédictin qui, patiemment, recherche et collationne tous les renseignements de sa région sous l'ancien régime. Pas du tout venant, du très très pointu. Peut-être pour une thèse, ou des articles, ou le plaisir de chercher. Et qui n'hésite pas à partager ce qu'il trouve, à en parler.

Aujourd'hui, c'était un collègue généalogiste professionnel. On en a profité pour faire siffler certaines oreilles !!!

Et quelqu'un qui mérite qu'on s'attarde sur ce qu'il fait : reconstituer un patrimoine d'archives pour sa commune et le rendre accéssible à tous. Je suis allée sur le site pour voir..... et j'ai vu cela :

 

8- Fonds documentaire et historique

Cette nouvelle page concernera un fonds documentaire et historique sur Chissay en Touraine, conçu par des bénévoles de la Bibliothèque de Chissay et certains habitants, que vous pourrez retrouver sur le site de la bibliothèque : http://chissay-en-touraine.bibli.fr Si vous détenez des documents anciens sur Chissay-en-Touraine (photos, cartes postales, manuscrits, plans, etc...), prenez contact avec un des membres de la bibliothèque qui vous expliquera notre démarche et les objectifs recherchés.

http://www.chissay-en-touraine.fr

Cliquez donc sur "les édiles de Chissay-en-Touraine" et vous verrez. Cela mérite bien des encouragements.

Je ne connais pas d'autre endroit où l'on peut partager ce que l'on aime avec des inconnus, montrer les trésors que l'on vient de découvrir, échanger sans arrière-pensée autre que le plaisir d'échanger, tout en travaillant.

Les archives, what else !!!!