Bicqueley-monument

Dans le cadre de l'indexation des morts pour la France  de Mémoire des Hommes le long du parcours du Tour de France, j'ai choisi d'indexer la commune de Bicqueley, en Meurthe-et-Moselle.

Sur les vingt-huit morts du livre d'or de la commune, quinze étaient déjà indexés, ce qui m'a grandement facilité l'étape. Arrivée à la fin du livre d'or, il y a sept Toussaint. Une vrai hécatombe de Toussaint !!!

Un quart des morts pour la France de la commune, sont des Toussaint. Cela fait beaucoup. Je me suis alors demandée combien étaient des frères, des cousins germains.

 

 

En 1911, suivant le recensement, il y a 642 habitants dans la commune. Ils sont presque tous là, mes Toussaint.

Bicqueley

Rue Grande, Maurice Albert Toussaint, seize ans, vit avec ses parents, Constant Victor Toussaint et sa femme, Jeanne Marie Moreau, et ses frères et soeurs, Marcelle, Pierre et Gabrielle.

Rue du Tillot, Georges Jules Toussaint, vingt-trois ans, vit avec sa grand-mère, Euphrasie Thouvenin. Sa mère, Irma Bigeard, s'est remariée avec Emile Victorin Clement. Ils vivent rue Grande, avec ses frère, Henry Victorin, vingt-deux ans, et Victorin Georges, vingt ans, et son demi-frère Edouard.

Rue de la Roche, René Toussaint, vingt ans, vit avec ses parents, Paul Toussaint et Nestorine Najean, son frère, Paul, et sa soeur, Mariette.

Dans la même rue vie Charles Adolphe Toussaint, vingt-quatre ans, vie avec ses parents, Auguste Alfred Toussaint et Marie Denise Roitel, et ses soeurs, Gabrielle et Adrienne.

Dans la même rue vivent les parent d'Hector Alfred,vingt-cinq ans, Victor Charles Toussaint et Octavie Najean. Ni lui ni son frère, Zephirin Louis,  ne sont dans la commune.

Hector Alfred, René et Charles Adolphe sont cousins germains. Leurs pères sont frères.

Maurice Albert est le petit cousin de Georges Jules, Henry Victorin et Victorin Georges. Leurs grands-pères sont frères.

Nous sommes en 1911, ils ignorent qu'il ne leur reste plus que trois années de paix avant qu'ils ne soient envoyés dans l'enfer de la guerre.

Les premiers à tomber sont Victorin Georges Toussaint, soldat au 146e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi à Chicourt, et René Toussaint, soldat au 156e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi à Morhange, le 20 août 1914, en Lorraine.

Le caporal Charles Adolphe Toussaint, du 10e régiment du génie est tué à l'ennemi en Belgique, devant Saint-Julien-les-Ypres, le 11 décembre 1914.

Maurice Albert Toussaint, soldat au 20e bataillon de chasseurs à pied est tué à l'ennemi le 16 août 1915, à Notre-Dame-de-Lorette.

Le maréchal des logis Hector Alfred Toussaint, du 60e régiméent d'artillerie, est tué à l'ennemi au fort de Tavannes, dans la Meuse, le 2 mars 1916.

Georges Jules Toussaint, soldat au 151e régiment d'infanterie est porté disparu au combat, le 20 mai 1916, au Mort-Homme, dans la Meuse.

Le dernier à tomber sera le troisième frère Toussaint, Henry Victorin, soldat au 118e régiment d'infanterie, porté disparu le 26 mars 1918, au combat de Verpillères, dans la Somme.

Ils étaient tous cousins, descendants de Joseph Toussaint et Marie Hussenot. Trois d'entre eux étaient frères, les seuls fils de Victor et d'Irma Bigeard.

Ce sont les Toussaint du monument aux morts de Bicqueley.