trois frères

C'est reparti pour un petit tour dans mon arbre et j'y croise Jean Baptiste. Enfin, j'y croise trois Jean Baptiste, frères. Il y a Jean Baptiste Augustin Caillot, Jean Baptiste Vincent Caillot et Jean Baptiste Aimable Caillot.

Moi, je descend de Jean Baptiste Caillot. Une chance que les trois se soient mariés. La femme du mien, mon ancêtre également, s'appelle Catherine Cécile Dufresne. Le 24 février 1778, à Vattetot-sous-Beaumont, Jean Baptiste Augustin Caillot a épousé Catherine Cécile Dufresne.

Donc, le mien, c'est Jean Baptiste Augustin Caillot. Tout va bien. J'en profite pour ratisser les registres à la recherche des Caillot qui traînent. Pour faire simple, dans la plupart des actes, le curé a écrit Jean Vincent, Jean Augustin et Jean Aimable, zappant le Baptiste.

Mais parfois, il écrit juste Jean Baptiste. C'est le cas du décès d'une petite fille, Marie Anne Rose, dont le père s'appelle Jean Baptiste Caillot. La mère n'est pas citée. Heureusement que l'acte de naissance n'est pas loin et que là, le nom de la mère est indiqué sinon, je ne saurais pas auquel des frères attribuer cette petite fille.

Grace aux femmes, on arrive à se dépatouiller de ces prénoms donnés et redonnés dans la fratrie ou dans la famille.

En clair, quoique en pensent certains, heureusement que les femmes sont là.