justice

Vous voulez être ou vous êtes déjà généalogiste professionnel mais respectez-vous la loi ?

Je suis toujours effarée lorsque je me promène sur le net généalogique et que j'y vois toutes ses infractions à la loi. Volontaires ? ou non ?

Lorsque je pointe du doigt ces infractions au hasard des conversations et des échanges, on me rembarre systématiquement avec cette phrase magique "tout le monde le fait" !!! lapidaire non ?

Seulement voilà, lorsque vous devenez professionnel, vous ne pouvez plus user de cette phrase car c'est votre responsabilité professionnelle que vous engagez. Là où un amateur peut faire n'importe quoi, vu le nombre, peu de chance qu'il soit sanctionné, un professionnel n'a pas cette latitude.

Non seulement devenir professionnel signifie respecter toutes les lois qui régissent notre environnement professionnel mais il en va de notre crédibilité et de notre éthique.

Que de grands mots mais où sont les faits ?

Le premier : la diffusion d'images d'archives en ligne. Tout le monde clique joyeusement sur la licence clic des archives en ligne ou signe le règlement intérieur des Archives Départementales lors de l'inscription mais qui lit le texte qui l'accompagne ?

La réutilisation des images vers le public, quelque soit le support, nécessite une autorisation des archives voir un droit à payer pour pouvoir le faire.

Quelque chose me dit que toutes ces images d'archives qui circulent sur le net n'ont pas de sésame. Pas grave, tout le monde le fait.

Un professionnel ne doit pas le faire.

Le second : les photos de tombes. Tout le monde va au cimetière et prend des photos des tombes de sa famille, des jolies tombes, des tombes de poilus...... mais qui en a demandé l'autorisation au maire ? Prendre la photo puis la diffuser. Deux choses différentes qui demandent chacune une autorisation. Pourtant ces photos fleurissent sur le net et sur les blogs.

Tout le monde le fait. Un professionnel ne doit pas le faire.

La troisième : les cousinades. Interdit ? Non, bien sur, mais pour reconstituer une famille descendante, il faut travailler dans l'état civil de moins de 75 ans. Je passe sur les mairies qui laissent n'importe qui consulter les registres sans l'autorisation de la SIAF, un combat qui relève d'une autre compétence. Ce qui par contre est de la compétence des généalogistes professionnels, contacter les "cousins" trouvés et leur demander l'autorisation de communiquer les renseignements qui les concerne.

Savez-vous qu'ils ont un droit de veto ? Le droit à la vie privée n'est pas juste un joli concept et pourtant, il est régulièrement bafoué par les généalogistes au nom de la cousinade.

Un professionnel est sensé connaître toutes ses barrières qui entourent la profession et ne doit pas les franchir sans les autorisations nécessaires.

Pourquoi ?

Parce que nul n'est sensé ignorer la loi, un professionnel encore moins qu'un autre.