pourquoi

Quels sont les deux raisons pour lesquelles un client fait appel à un généalogiste ?

La première, la plus évidente, est qu'il souhaite que vous fassiez une recherche pour lui. Quelle que soit la recherche : généalogie, foncier, déblocage, recherche d'acte, biographie, etc.

C'est d'ailleurs cette raison qui est mise en avant dans tous les sites de généalogistes professionnels :

"vous voulez que je fasse une recherche pour vous ? Dites-moi ce que vous voulez ..."

Parfois, le généalogiste professionnel prend les devants en proposant divers services : généalogie ascendante cinq générations par quartier, histoire de votre ancêtre poilu, biographie de votre arrière-grand-père, histoire de votre maison, et ainsi de suite, avec plus ou moins de détail, mais cela, c'est une autre histoire.

La seconde raison, bien moins connue et peu mise en avant, est l'inverse : vous avez fait une recherche qui intéresse le client.

Tout est dans la phrase. Dans le premier cas, en amont, il y a le client, en aval, la recherche (je ne vous dirai pas ce qu'il y a de galerne et de solaire !!!)

Dans le second cas, en amont, il y a la recherche et en aval, le client.

Ca y est, j'entends déjà vos réflexions !!! Elle est restée trop longtemps en contact avec la poussière des archives, tourne plus rond la collègue !!! Comment un client pourrait-il vous contacter pour une recherche déjà faite ? Comment déjà pourrait-il savoir quelles recherches vous avez faites ?

Et de quelles recherches parle-t-elle ? Parce que les dossiers clients, même si nous en gardons la propriété intellectuelle, sont couverts par le secret professionnel. Impensable de balancer sur son site ou les réseaux sociaux, les dossiers faits et payés par un autre client.

Alors ?

A votre avis, que sont les bases de données mis à la disposition des clients, d'une manière plus ou moins directe ? Un travail en amont que le client, en aval, consulte, contre rémunération, bien sûr. Il faut bien vivre non ?

Il fut un temps où, d'ailleurs, c'était rémunérateur ......... jusqu'à ce que les poids lourds de la généalogie : Filae, Geneanet et autres, sans compter les cercles généalogiques, mettent en ligne ce genre de données. Comment un petit généalogiste peut-il faire le poids, avec ses, allons, soyons larges, 100 à 150 dépouillements par mois ?

Exit donc les bases de données rémunératrices. Aujourd'hui, elles sont nos outils de travail, mais, et je l'avoue moi-même, je regarde plus facilement filae et geneanet que ma base de 25 ans d'âge. Elle me sert en dernier recours.

Alors, cette raison n'a-t-elle plus lieu d'exister ?

Bien sur que si, enfin, seulement si le généalogiste a su évoluer.

Un travail en amont, intéressant pour un client, concerne forcément des documents qu'il ne consulterait pas et que les "poids lourds" de la généalogie ne dépouillent pas, du moins, pas encore.

Sauf que, un dépouillement, ce n'est pas réellement intéressant pour le client. Il aura bien le renseignement, mais pas le document ni ce qui l'accompagne.

Alors que, des tranches de vie, c'est beaucoup plus intéressant. Non seulement elles apportent le renseignement direct sur l'ancêtre, mais en plus il y a les "à côtés".

Je sens que je vous perds ... je vais donc passer à l'exemple.

N'oubliez-pas que vous êtes des généalogistes professionnels, vous devez donc rendre un travail PROFESSIONNEL et non une ligne de dépouillement sans saveur.

Imaginons un document que vous consultez et qui vous apporte des renseignements sur une personne : Louis Blondel a été admis à l'hôtel Dieu de la commune, le 3 août 1860 pour surdité. Il a alors 65 ans, est cordonnier et vit encore à l'hôtel-dieu cinq ans plus tard.

Quel descendant de Louis Blondel pourrait avoir connaissance de cette tranche de vie ?

Il faudrait qu'il ait consulté les registres d'entrée de l'Hôtel-Dieu sur toute la période de sa vie. Et pourquoi ce document et pas un autre ?

Vous avez le renseignement. Évidemment, vous pourriez le mettre en ligne sur une base de données, vite fait mal fait.

Vous pouvez aussi utiliser les ressources des archives pour savoir comment fonctionnait l'Hôtel-Dieu durant la période (heures de visite, repas, horaires de vie, couché, sortie, etc.. et qui y était soigné). Vous pouvez rechercher une carte postale ancienne du bâtiment, ou/et sa localisation sur le cadastre de la commune. Vous pouvez faire une recherche sur la maladie indiquée.

Vous allez ainsi constituer une vraie tranche de vie avec détail sur la personne mais aussi sur l'époque et l'environnement. Deux, trois ou quatre pages avec iconographie, c'est toujours mieux qu'une ligne sur une base de données.

Évidemment, cela prend du temps ........... pour la première. Sachant qu'il y a plusieurs centaines d'entrées à l'Hôtel-Dieu, la réutilisation des premières recherches est évidentes (règlement intérieur de l'Hôtel-Dieu et iconographie).

Comment fixe-t-on un tarif ? Au temps passé bien sur. Pas sur la première recherche, mais sur les autres, ce qui fait un tarif très abordable.

Comment le client peut-il savoir que l'on a des tranches de vie de ses ancêtres ? En communiquant sur votre site internet.

En donnant suffisamment de détail pour que le client sache qu'il s'agit bien de ses ancêtres : filiation par exemple.

Vous voyez : un travail en amont, sur lequel vous communiquez et qui attire, en aval, le client intéressé.

Deux raisons pour qu'un client fasse appel à vous.

Bien sur, si vous avez beaucoup de travail de la première catégorie, vous n'avez pas le temps de préparer la seconde.

Mais si vous avez du temps libre........... allez donc traîner aux archives, choisissez un document analogue, et allez-y, construisez des tranches de vie : santé, justice, notaires, fiches professionnelles, émigration, police administrative, médailles, etc. La liste est longue de ces documents précieux sur la vie de nos ancêtres, mais que personne ne consulte jamais.