erreur404

En généalogie, les énigmes casse-tête jalonnent régulièrement nos recherches. C'est le cas des frères Souriau, André et Paul Etienne.

Ils sont tous les deux enfants de Paul Etienne Souriau et de Catherine Hubert. Le premier a épousé Marie Jeanne Sallier, le 18 février 1829, à Pezou. Le second a épousé Catherine Morin, le 10 novembre 1828 à Lavardin.

Jusque là, tout va bien.

Sur l'acte de mariage de Paul Etienne, il est dit né le 9 février 1797 à Lavardin.

Sur celui d'André, il est dit né le 29 Germinal V de la République, à Lavardin.

Où est le problème ? Le problème, c'est que le 29 germinal V de la République correspond au 18 avril 1797. André serait né trente-sept jours après son frère. Même s'il s'était agi de jumeaux hétérozygotes, j'imagine mal un prématuré de sept mois survivant en 1797.

Il doit s'agir d'une erreur du maire, lors de l'inscription de la date sur l'acte de mariage, pour l'un ou l'autre donc........ direction les registres de naissance.

Je prends le registre (en ligne) 5 mi113R2 et là, je trouve la même année, l'un page 148 et l'autre page 153, les deux frères aux dates indiquées dans leurs actes de mariage. Page 148 se trouve la naissance de Paul Etienne, et page 153, dans le même registre, celle d'André.

Il fait chaud, je colle au clavier et à la table, j'ai les lunettes pleines de buée donc............. j'opte pour le plan B, l'appel à un ami et hop, skype me voilà........... Christiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnneeeeeee, t'es là ?

Deux têtes pensantes valant mieux qu'une, j'explique mon dilemme à Christiane qui s'y colle à son tour.

Premier désaccord, elle ne trouve pas l'acte de naissance d'André. J'ai beau lui donner la page, elle n'a pas la même chose que moi !! et pour cause, elle a pris le registre (en ligne) 5 MI298/R56. Comment deux exemplaires peuvent-ils être différents ? Une page arrachée ?

Là, j'avoue, mon cerveau ne suit plus, celui de Christiane est un peu plus frais et l'envoie consulter les tables décennales. Eureka, la réponse est là......... peut-être !!! André est dit "né le 29 germinal VI".

Je retourne sur mon registre....... on passe de l'an V à l'an VII directement !! J'ajuste ma vision et reviens en arrière et là, je vois, écrit en marge de mon acte de naissance (et en marge des autres actes de naissance autour de mon André), un six écrit timidement. Le maire a réutilisé les actes pré imprimés de l'an V (il n'y a pas de petite économies) et, au lieu de barrer "an cinquième" comme cela se pratique ordinairement, et comme il va d'ailleurs le faire en l'an VII qui utilise les feuilles pré imprimées de l'an VI (qui n'avaient pas servi, on sait pourquoi), il a juste écrit en marge des actes un timide petit "six".

D'ailleurs, ce petit "six" n'est pas partout.

Lorsqu'André s'est marié, le maire de 1827 a tout simplement recopié ce qu'il a vu (comme moi), an cinquième.

Voilà, le casse-tête est résolu (Merci Christiane), les deux frères ont un an d'écart et mon logiciel ne me lance plus sa croix rouge d'alerte de cohérence.

L'adage est bon, deux têtes valent mieux qu'une, même en généalogie.