lheure-du-bilan

C'est le rituel de fin d'année, non pas les bonnes résolutions (elles tiennent rarement jusqu'à la chandeleur, voire même jusqu'à l'épiphanie !!), mais plutôt les projets pour l'année à venir. Mais avant les projets, il faut faire le bilan.

Le bilan 2017 se résume en 352 articles sur ce blog, un livre édité, six sites internet à jour, trois bases de données en ligne (généanet, Memorial41 et clgenealogie, ne comportant pas les mêmes données, évidemment).

Les projets 2017 qui sont, non pas tombés à l'eau, mais connaissent du retard : les blogs littéraires (légèrement assoupis), les décannuaires bloqués au stade de la relecture, le rangement de mon espace de travail qui ressemble à la fois à la caverne d'Ali Baba et au pire cauchemar d'un toqué de l'ordre,

Voilà pour le bilan.

La fin de l'année est un peu speed. Avec la réforme de la formation, le centre de formation doit évoluer et une nouvelle mouture va voir le jour en janvier, avec de nouveaux cours et de nouveaux services.

Passons maintenant aux projets.

Les projets pour ma généalogie sont tributaires de ma lettre au père Noël : j'attends donc de voir les avancées internautiques des archives départementales de la Seine-Maritime, du Finistère, du Pas-de-Calais, des Côtes-d'Armor, de la Creuse, de la Nièvre, de l'Eure, de l'Orne, de la Mayenne, etc.. A défaut d'avancée de ce côté-là, je vais être obligée de continuer les généalogies des rustines de ma famille (rustine = beau-frère ou belle-sœur). Ce ne sont pas mes ancêtres, mais ce sont les ancêtres de mes neveux et eux, sont de ma famille donc... CQFD.

Les projets d'écriture continuent sur les décannuaires. Si aucun petit caillou ne vient se coincer dans les rouages (s'il vous plait, messieurs du gouvernement, pas de nouvelle réforme sur ma partie), le canton de Saint-Amand sera bouclé en 2018 pour la tranche 1843-1852.

Pour le reste, 2018 sera la continuité de 2017 et des projets mis en place cette année : les tranches de vie, les challenges, les blogs, l'annuaire des professionnels, Upro-G, jechercheunacte, etc...

Je dois malheureusement constater qu'il y a plus de projets que de temps raisonnable pour les réaliser. La faute à l'horloge qui ne tourne que deux fois douze heures par jour, à la famille qui prend une partie de ce temps et aux aléas de la vie qui viennent semer des petits cailloux dans les rouages bien huilés de mes projets. Mais si ce n'était pas le cas, nous n'appellerions pas cela des projets, mais des objectifs à atteindre.

2018 ne va pas déroger à la règle : il y a plein de projets dans l'arbre.