Je vous préviens, c'est un peu une carricature, un peu, mais pas totalement, alors si vous n'avez pas d'humour, ne lisez pas, au cas où vous vous sentiriez visé.

Portrait d’un généalogiste des temps anciens (je salue ceux qui se reconnaîtront)

Je passe des heures aux archives, à feuilleter les registres paroissiaux, pages après pages, et lorsque je trouve l’acte tant cherché, après des heures de recherches, je sors mon appareil photo. Je vérifie que le flash est éteint, que j’ai bien mis une pellicule photo 400 ISO et je prends ma photo. Parfois, il faut que je grimpe sur ma chaise pour prendre toute la page, et je double la photo, au cas où la première serait floue.

Si je ne trouve pas l’acte de baptême dans la paroisse de mariage, je commande les registres des paroisses voisines, en faisant l’escargot : j’enroule ma recherche, registre après registre, éliminant les paroisses les unes après les autres et les cochant sur mon tableau papier ou sur ma carte du département. Ça y est !! j’ai épuisé les dix registres auxquels j’avais droit aujourd’hui, aux archives. Je n’ai pu rechercher que dans quatre paroisses, et je n’ai rien trouvé.

Mais aujourd’hui, j’ai la chance, le cercle généalogique est ouvert et je peux y aller pour consulter les tables alphabétiques de dépouillement. Cela va plus vite que mon escargot de tout à l’heure. Le problème, c’est que souvent, il n’y a que les mariages. Mais peut-être vais-je rencontrer un cousin, dans le local du cercle, et pouvoir enfin échanger, en comparant son arbre papier en longueur avec mon arbre papier en cercle.

Demain, je vais aller à la mairie de Truc. Elle est ouverte de 14h à 16h. Je n’ai pas le choix, les registres ne sont pas déposés aux archives et ils ne sont pas non plus microfilmés.

De retour dans mon dépôt d’archives, le lendemain, la présidente de salle me prévient que les microfilms des Archives Départementales du Pas-de-Calais, que j’ai commandés à la consultation, sont arrivés. J’ai un mois pour les voir avant qu’ils ne repartent chez eux.

Le soir, je reporte sur mes fiches, les renseignements obtenus dans la journée. La récolte est maigre, mais je suis contente, j’ai enfin le mariage de mes sosas 44 et 45 et je vais pouvoir remonter une génération de plus pour cette branche. Je passe un coup de fil aux archives locales. La commune n’a pas versé ses archives et la mairie est trop loin. Il faut attendre les prochaines vacances. Ou bien, je peux essayer d’écrire à la mairie, avec une enveloppe timbrée pour la réponse et des timbres, pour payer les copies. La dernière fois, la mairie m’a envoyé promener. Ce n’est pas leur mission. Peut-être que là, je vais tomber sur une secrétaire de mairie accro à la généalogie.

A la dernière réunion du cercle généalogique, j’ai entendu parler d’un logiciel de généalogie. Cela m’intéresse, parce que je ne m’en sors plus avec mes fiches et mes arbres papiers. Mais cela veut dire avoir un ordinateur. Juste pour la généalogie ?

Mon voisin vient de me dire qu’avec le minitel, je pouvais accéder à des dépouillements de cercles. Mais il faut faire attention. 3617 ABMS, ça coûte un bras si on ne fait pas attention au temps qui passe.

J’ai programmé mes prochains déplacements en mairie, aux archives… Ma voiture va en avaler des kilomètres. Ma famille commence à se plaindre : les vacances dans la Creuse ou la Drôme, ce n’est pas fun. Mais je n’ai pas d’ancêtre au bord de la mer.

J’aimerai bien faire des recherches sur mon grand-père qui a fait la grande guerre, mais les archives sont trop récentes et non communicables. Il faut écrire pour obtenir des autorisations, c’est long et je ne peux obtenir que le dossier de mon grand-père, pas de ses frères. Et inutile de rêver, je n’aurai jamais le droit de voir le dossier de résistant de mon père, les dossiers sont classés non communicables car trop sensibles.

Le week-end prochain, il y a un salon de généalogie, à cinquante kilomètres. Les cercles généalogiques de la région seront tous là, avec leurs tables alphabétiques de mariages. Il faut que je prépare mes notes et mes fiches avant d’y aller. Je vais peut-être rencontrer des cousins, ou avoir d’autres pistes de recherches. Je vais peut-être même adhérer au cercle du département voisin, pour une de mes branches, mais cela fera le cinquième cercle !! Cela commence à faire beaucoup.

J’ai une recherche à faire en Alsace, c’est trop loin. La dernière fois que j’y suis allé, je n’ai pas pu faire de recherches, la salle de lecture était complète, et j’ai dû repartir. J’ai demandé à un généalogiste professionnel. Au début, j’ai hésité, à cause du prix, mais quand j’ai fait mon calcul, entre l’essence, l’hôtel, et le temps passé, et le risque de ne pas pouvoir, encore une fois y entrer, c’est moins cher de faire appel à lui. Surtout que, vu mon emploi du temps, je n’aurais pas pu y aller avant plusieurs années, et j’ai vraiment envie d’en savoir plus sur cette branche.

 

Le généalogiste aujourd’hui (pourri gâté qui se plaint tout le temps et veut tout, tout de suite)

Je me suis abonnée à Geneanet et Filae, et depuis mon salon, je clique, je clique, je clique et je grimpe dans mon arbre. J’inscris les données sur mon ordinateur et de temps en temps, je visualise mon arbre sur l’écran. Je vérifie les renseignements en me connectant aux sites d’Archives Départementales. Je râle parce que tel dépôt n’est pas en ligne, tel autre n’a numérisé que jusqu’en 1900.

J’écris à la mairie directement depuis mon ordinateur : trois clics et la demande est envoyée. Je n’ai même pas à envoyer d’enveloppe pour la réponse, tout est automatique. Sauf pour cette mairie-là. J’ai écrit et ils m’ont répondu qu’ils ne faisaient pas de recherche ni de copie d’acte. Ils exagèrent quand même !!!!

Ce matin, j’ai fait des recherches sur les poilus de ma famille. Je me suis connectée à Mémoire des hommes, aux registres matricules des archives départementales et j’ai retracé tout le parcours de mon arrière-grand-père, en quelques clics, c’est vraiment trop facile. Sauf qu’hier, le site était inaccessible, c’est un scandale !!! Je vais devoir attendre demain.

Avec mon ordinateur, je fais des infographies, des montages photos. Je vais faire un super album pour l’offrir à mon grand-père.

Je vais devoir aller aux archives départementales. Il faut que je calcule juste, elles ne sont pas ouvertes tous les jours. Je ne dois pas oublier mon appareil photo numérique, pour faire des photos des actes trouvés, des centaines de photos. J’ai d’ailleurs fait une demande par mail et les documents dont j’ai besoin seront tout prêt sur ma table. La salle va probablement être vide. La dernière fois que j’y suis allée, nous n’étions que trois dans cette salle immense.

Tout est tellement facile et quasiment gratuit. Je fais de la généalogie la nuit, le dimanche, c’est une vraie drogue. J’ai d’ailleurs mis mon arbre en ligne sur Geneanet. Je n’ai pas tout vérifié mais ce n’est pas grave, j’ai pris une partie des données sur le même site. Je ne sais plus chez qui d’ailleurs, je n’ai pas noté, mais si c’est sur internet, c’est que c’est public, n’est-ce pas, donc ce n’est pas important, qui a fait la recherche. Après tout, c’est aussi ma famille.

J’ai failli adhérer à un cercle généalogique, et puis j’ai vu que ses données étaient en ligne sur geneabank. Mon oncle est adhérent d’un cercle, mais ne se sert pas de ses points, il va me donner ses codes, comme ça, rien à payer.

Il y un salon de généalogie ce week-end à cinquante kilomètres. Je vais peut-être y aller, ça dépendra du temps ou si je n’ai rien de mieux à faire. Je ne sais pas trop ce que cela peut m’apporter de plus.

J’ai une recherche à faire en Alsace. Je bloque et je ne peux rien trouver en ligne pour m’aider. Les archives refusent de faire ma recherche !!! Je pourrais prendre un généalogiste professionnel, mais payer !!! et puis quoi encore. La généalogie, c’est gratuit. Je vais lancer un appel sur les réseaux sociaux, il y aura bien quelqu’un pour me faire la recherche, et vite, je suis pressée de connaître cette branche de ma famille.

Quand je pense que certains font leur généalogie depuis des années !! sont trop nuls !! moi ; en quelques mois, j’ai tout fait.

Je carricature les nouveaux généalogistes ? Un peu, pour certains, pas pour d’autres.

Est-ce que je regrette l’ancien temps ? Non, parce que l’on peut enfin sortir la tête des registres paroissiaux pour voir autre chose. Parce que l’on peut approfondir les recherches et faire, réellement, de l’histoire familiale.

Est-ce que les nouveaux généalogistes m’exaspèrent ?

Certains oui, qui n’ont jamais mis les pieds dans un dépôt d’archives et n’ont aucune idée de la valeur des documents traités, aucun respect pour eux ou pour ceux qui leur donnent accès à ces documents.

Le monde actuel nous permet des choses extraordinaires en termes de recherches. Il suffit de voir ce que l’on peut faire pour nos poilus, chose impossible il y a encore dix ans.

Je regrette juste que les générations futures ne puissent bientôt plus tenir, entre leurs mains, des registres vieux de plusieurs siècles, ni voir, en couleur réelle, les pages et les écritures de nos anciens.

Nous finirons peut-être avec l’image des documents comme celle du pack de lait : « non mon chéri, le lait n’est pas fabriqué en usine et mis dans des boîtes, ce sont les vaches qui donnent le lait. »

« Non mon chéri, les documents que tu vois sur l’écran ne sont pas des images de synthèse créés par des informaticiens, ce sont des photos de documents anciens écrits sur des parchemins, vieux de plusieurs siècles. »

L'avenir nous le dira...

Poitiers

Congrès 2015 de Poitiers

Les réseaux sociaux, c'est bien, mais cela ne remplacent pas le contact direct des salons de généalogie