14 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : L comme Maurice Henri Julien Lefrancq

L’armée en héritage – Maurice Henri Julien Lefrancq « Tu seras scieur de long ou bucheron, mon fils, comme ton père, tes oncles et ton grand-père ». Cela aurait pu être le destin de Maurice Henri Julien Lefrancq, issu d’une famille de scieurs de long du Nord. Son père en décida autrement, en brisant la tradition familiale et en s’engageant dans l’armée. Grégoire Joseph Lefrancq, né en 1857 à Dourlers, dans le Nord, est militaire, adjudant sous-officier en garnison à Melun, Seine-et-Marne, lorsqu’il épouse, à Gommegnies,... [Lire la suite]

10 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : I comme Marcel Gabriel Imbert

Lorsque Charles Moïse Imbert épouse Marie Madeleine Noulin, le 24 juillet 1875, à Blois, à quatre heures du soir, il a vingt-deux ans. Il est menuisier, fils de menuisier. La jeune mariée à dix-huit ans, native de Saint-Sulpice, est couturière, fille de cultivateurs. Les témoins sont des artisans de Blois, les deux frères de Charles, l’un menuisier comme leur père, l’autre serrurier, et les amis, l’un horloger bijoutier, l’autre cordonnier. Nous sommes dans le milieu des petits artisans de la ville de Blois. Les parents de Charles... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : D comme Joseph Alexandre Dufour

Joseph Alexandre Dufour naît le lundi 11 mai 1891, à Blois, fils de Silvain Alexandre Dufour et de Marie Sophie Armandine Brossard. Il est leur deuxième enfant et leur fils aîné. Six enfants viennent après lui, alors, au moment du service militaire, il est classé soutien indispensable de famille et affecté au 113e régiment d’infanterie, à compter du 10 octobre 1912. Lorsque le décret de mobilisation général paraît, il est déjà à l’armée et part au front avec son régiment, le 5 août, direction, la frontière belge et la région de... [Lire la suite]
03 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : C comme Robert Marie Felix Cansière

Il y a des choix, dans la vie, qui mènent à la mort. C’est ce que l’on pourrait dire pour Robert Marie Felix Cansière. Quoique, si l’on croit au destin, on peut se dire que ce choix n’a changé que le lieu et l’heure, mais pas la destination finale. Robert est né le 25 juin 1893, à Blois, troisième enfant d’Auguste Joseph Cansière et de Marie Aimée Boulain. Il est cultivateur, comme son père, lorsqu’il part à l’armée, le 27 novembre 1913, au 46e régiment d’infanterie. Mais le 17 mai 1914, pour convenances personnelles, Robert demande... [Lire la suite]
30 octobre 2018

Challenge AZ - prélude : les disparus de Signeulx

Il y a, aux portes de Blois, dans les nouveaux quartiers construits sur les hauteurs de la ville, proche le tribunal, la préfecture et le gigantesque asile psychiatrique départementale, une caserne, la caserne Maurice de Saxe.   A la veille de la guerre, cette caserne est celle du 113e régiment d’infanterie. Bien sûr, tout le régiment n’est pas cantonné à Blois, mais bon nombre de Loir-et-Chériens y font leurs classes et leur service militaire. La ville s’est agrandie et a enlacé la caserne, se l’appropriant, l’absorbant... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 juillet 2018

Challenge UPro-G - La peau de Joseph Auguste

Si certains sujets du challenge UPro-G me posent problème, et m’obligent à me creuser la tête dans tous les sens pour en extirper une idée valable, cette fois, pour la guillotine, c’est le contraire. J’ai deux sujets et je n’ai pas envie de choisir. Hier, ce fut « la machine à décapiter », aujourd’hui, ce sera la peau de Joseph Auguste. Le soir du 13 mars 1835, à Blois, rue du Puits-Chatel, vers 17 heures, les époux Joseph Dubois et Emilie Pitay, sont assassinés, chez eux. Joseph Auguste Renvoizé, le filleul de Joseph... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2018

Challenge Upro-G - Foires et Marchés de Blois

Je me souviens, dans mon enfance, de la foire de Blois appelée « les quatre jours de Blois ». Sur la grand-pièce, aujourd’hui place de la République, largement rétrécie par la construction de la médiathèque, les exposants exhibaient de tout : le matériel de camping avec les tentes et caravanes, le matériel agricole avec les tracteurs, et bien d’autres choses encore. Le sport favori des enfants que nous étions, était de passer de stand en stand pour récupérer les précieux autocollants publicitaires. Cette foire a été... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 mars 2018

Challenge Upro-G - Eugène Riffault, un maire bâtisseur

L’entrée de la ville de Blois dans le monde moderne, doit beaucoup à un de ses maires, Eugène Riffault. Il a laissé, entre autres, son nom à un boulevard, connu par les vieux blésois comme le Remenier, avec un virage en épingle à cheveux. Ce boulevard est tout un symbole, puisqu’il relie le nouveau Blois, la ville haute, moderne, avec le palais de justice, la préfecture, la halle au grain et l’asile, bâtis au XIXe siècle, et la ville basse, médiévale, le vieux Blois. Avant son arrivé à la municipalité, en 1850, rien ne reliait... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2017

Challenge Upro-G : La mort en 14-18

Le temps passe tellement vite !! j'en ai raté le challenge Upro-G de novembre !! Tant pis, je le fais aujourd'hui. Le sujet semble un peu facile : la mort en 14-18. Il y en a eu tellement, des morts ; et tant de manières de mourir : tué à l'ennemi, mort de ses blessures, mort de maladie contractée au service, Mort pour la France, fusillé.... Le mot même de "disparu" est devenu synonyme de mort à cause de cette guerre. Il y a tellement peu d'espoirs derrière ces mots : disparu au combat. Ces morts ont causé tant de chagrin, dans... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 septembre 2017

Jules Paulin et Pascal Achille

Pauline Chabault est née fille naturelle de Pauline Chabault. Elle a six ans lorsque sa mère se marie avec Pierre Fauvin. Elle est placée comme domestique à Bracieux chez Jean Baptiste Sinault, meunier, et sa femme, lorsqu'elle tombe enceinte. Elle accouche à Blois, à l'hospice, d'un petit garçon, Pascal Achille, le 30 mars 1877. La mairie de Bracieux qui a délivré le certificat d'indigence, pour qu'elle puisse accoucher à l'hospice, s'est trompée. Elle y a été marquée sous le nom de son beau-père, Fauvin et c'est sous ce nom que... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,