30 mars 2018

Challenge Upro-G - Eugène Riffault, un maire bâtisseur

L’entrée de la ville de Blois dans le monde moderne, doit beaucoup à un de ses maires, Eugène Riffault. Il a laissé, entre autres, son nom à un boulevard, connu par les vieux blésois comme le Remenier, avec un virage en épingle à cheveux. Ce boulevard est tout un symbole, puisqu’il relie le nouveau Blois, la ville haute, moderne, avec le palais de justice, la préfecture, la halle au grain et l’asile, bâtis au XIXe siècle, et la ville basse, médiévale, le vieux Blois. Avant son arrivé à la municipalité, en 1850, rien ne reliait... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2017

Challenge Upro-G : La mort en 14-18

Le temps passe tellement vite !! j'en ai raté le challenge Upro-G de novembre !! Tant pis, je le fais aujourd'hui. Le sujet semble un peu facile : la mort en 14-18. Il y en a eu tellement, des morts ; et tant de manières de mourir : tué à l'ennemi, mort de ses blessures, mort de maladie contractée au service, Mort pour la France, fusillé.... Le mot même de "disparu" est devenu synonyme de mort à cause de cette guerre. Il y a tellement peu d'espoirs derrière ces mots : disparu au combat. Ces morts ont causé tant de chagrin, dans... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 septembre 2017

Jules Paulin et Pascal Achille

Pauline Chabault est née fille naturelle de Pauline Chabault. Elle a six ans lorsque sa mère se marie avec Pierre Fauvin. Elle est placée comme domestique à Bracieux chez Jean Baptiste Sinault, meunier, et sa femme, lorsqu'elle tombe enceinte. Elle accouche à Blois, à l'hospice, d'un petit garçon, Pascal Achille, le 30 mars 1877. La mairie de Bracieux qui a délivré le certificat d'indigence, pour qu'elle puisse accoucher à l'hospice, s'est trompée. Elle y a été marquée sous le nom de son beau-père, Fauvin et c'est sous ce nom que... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 septembre 2017

Hôtel-Dieu et compagnie, les enfants

Les deux lieux de soin de la ville Blois, l'Hôtel-Dieu et l'Hospice, recevaient également des enfants. En ce qui concerne l'hôtel-dieu, les enfants malades et blessés y étaient soignés, comme les adultes, en fonction de la gravité de leur état et de la pauvreté de leur bourse. Mais une autre catégorie d'enfants se trouvait à l'hôtel-dieu, les nouveaux-né. C'est en effet à l'Hôtel-Dieu, que les femmes et les filles célibataires, allaient accoucher lorsque leur état de santé ou leur pauvreté, le nécessitait. Suivant le règlement de... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 septembre 2017

Hôtel-Dieu et compagnie, la suite

Comment s'organisait les lieux de soin au XIXe siècle à Blois ? Après avoir défini la différence entre l'Hôtel-Dieu et l'Hospice, question malade, il reste à savoir comment se passait la vie dans ces lieux de souffrance et de passage. Le règlement intérieur qui suit date de 1851 et restera tel quel jusqu'en 1904. A l'hôtel-Dieu de Blois, les visites des médecins et chirurgiens ont lieu tous les matins, à sept heures. Les lieux sont dirigés par les religieuses, même si une partie du personnel soignant est laïque. Les patients en... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2017

Seule la rive pour départager

A Blois, au XIXè siècle, il y avait trois types d'hôpitaux : l'Hôtel-Dieu adossé à Saint-Nicolas, l'Hôpital Général adossé à Saint-Saturnin et l'asile d'aliénés. Pour l'asile, c'est simple, il est appelé ou asile départemental ou asile d'aliénés. Pour le reste, c'est plus compliqué. L'hôtel-Dieu est rive droite, l'hôpital général est rive gauche. Sauf que l'Hôtel-Dieu est également appelé hôpital civil et militaire ; et aussi hospice civil et militaire. L'hôpital général est aussi appelé Hôtel-Dieu sur certains plans de la ville,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2017

Où mettre ce cher Denis ?

En novembre 1843, un sujet très important mobilise l'opinion publique de Blois : où placer la statue de Denis Papin ? Le siècle bien entamé est celui de la vapeur. La Loire est parcourue par des bateaux menés par cette énergie. Les expropriations de terrains pour faire passer le chemin de fer vont bon train (sans jeu de mots) et la vapeur y est encore pour beaucoup. La ville n'oublie pas que Denis Papin est fils d'une famille de notables de Blois (bien que né à Chitenay) et l'hôtel de Villebresme est fièrement appelé "maison de Denis... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 août 2017

Pauvre petit Just qui ne l'était pas

Le 6 janvier 1882, Alfred Just, comptable à Blois, passe devant le juge pour un désaveu de paternité. Ce désaveu a déjà été passé devant huissier le 23 décembre dernier et maintenant il passe à l'opération judiciaire. Il faut dire qu'Alfred est séparé de sa femme depuis le 18 novembre 1879. Mais, lorsque cette dernière a accouché d'un garçon, Adolphe André, le 5 juin 1881, l'officier de l'état civil a suivi la loi et lui a donné le nom du mari de sa mère. La procédure est un peu compliquée. Pour pouvoir être entamée, il faut... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 août 2017

Challenge Upro-G - tourisme et patrimoine

Encore un sujet bateau dans lequel il serait tellement facile de se perdre et de se noyer !! et pourtant.......... je me creuse les méninges sans rien trouver qui ne soit sorti d'un guide touristique !! Alors sortons des sentiers battus et partons à la recherche de ma ville, Blois. Difficile de trouver une ville plus imbriquée dans le tourisme et le patrimoine. Ancienne cité des rois de France, la vieille ville regorge d'hôtels particuliers du moyen-âge, de pavés sur lesquels se tordre les chevilles, surmontée d'un château hors... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 août 2017

Les enfants de Marie

Lorsque je commence à travailler sur un document, je ne sais jamais où il va me conduire, vers quels méandres de l'histoire il va me promener. C'est le cas de l'acte de décès de Charles Louis Perrochon, au tribunal de Blois. Le 3 octobre 1916, le ministère de la guerre écrit au maire de Blois. Il a reçu un acte de décès du soldat Charles Louis Perrochon, du 168e régiment d'infanterie, décédé le 3 avril 1915 au Bois le Prêtre. Sur cet acte ne figure pas le dernier domicile connu de Charles Louis. L'enquête du ministère pour le... [Lire la suite]