28 février 2017

Challenge Upro-G : la garde mobile dans la guerre de 1870 - les hommes derrière les chiffres

Oui, je sais, nous sommes le dernier jour du mois et je n'ai pas encore fait le challenge Upro-G. Le comble puisque c'est moi qui ait choisi le sujet !!! Mais voilà, j'arrive. De quoi vais-je bien vous parler ? Pas d'histoire particulière aujourd'hui sur cette guerre, préambule à 14-18. Non, je vais vous parler statistiques. J'ai déjà abordé le cas des mobiles (les moblots) : pratiquement pas entraînés, mal équipés, mal dirigés et expédiés au front, comme l'armée de ligne. Pour bien comprendre ce qu'est un mobile, j'ai choisi... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 juin 2016

N comme le Nez de Lacroix

La plupart des capitaines de mobile sont d’anciens militaires, mariés et pères de famille. C’est le cas du capitaine Lacroix du 75e mobile. Aujourd’hui employé des postes, il a longtemps servi aux chasseurs d’Afrique. Mais la guerre est là et il est nommé capitaine à la 3e compagnie de la 2e légion des mobiles du Loir et Cher, la compagnie de Mer. Caractéristique particulière du capitaine Lacroix, son nez qu’il a plutôt long. Le 2 décembre 1870, la bataille de Loigny n’épargne pas sa compagnie et pour sa part, une balle lui... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 juin 2016

L comme Loigny

Le 14 août 1870, pour éviter de partir à la guerre, François Pernot de Gray, mécanicien, se fait remplacer, dans la garde mobile de Haute Saône, par Nicolas Philibert Bucy, journalier dans la même commune. Un acte authentique cèle le contrat. Il y est indiqué qu’en cas de décès de Nicolas Philibert Bucy sous les drapeaux, sur présentation de son acte de décès, ses héritiers toucheront 3 000 francs. Nicolas Philibert est né le 5 mars 1834 à Arc (Haute Saône) fils de Jean Baptiste Bucy et de Hyacinthe Lamarche. Il est marié avec... [Lire la suite]
04 juin 2016

D comme Drapeau – le drapeau des mobiles de Vendôme

Les dames de Vendôme remettent aux mobiles Heron et Richard, un drapeau en soie richement brodé. Il n'est pas vraiment réglementaire, ressemblant plus à un jouet d'enfant qu'à une enseigne de guerre mais il va recevoir le baptême du sang et du feu. Richard en a la garde, et il le porte déployé à Coulmiers lorsqu'une balle le traverse, enlevant sans le blesser la patte rouge de son épaule. Lorsqu'il est déplacé à la 6e compagnie, il le confie à Armand Heron. Armand Edouard Gabriel Heron devient le porte-drapeau de la 8e compagnie, 2e... [Lire la suite]
10 mai 2016

Etre médecin militaire.

Déjà, il faut être docteur puis subir une première épreuve sérieuse pour être admis comme élève militaire au Val-de-Grâce. Pendant une année, l'heureux gagnant est spécialement exercé à la pratique de la médecine et de la chirurgie et à la pratique des opérations. Puis il doit subir de nouvelles épreuves très sélectives. S'il les réussit, il est promu aide-major et donne un certain nombre d'années au service des corps de troupes ou des hôpitaux. Puis il devient médecin-major. Et troisième épreuve, qualifiée "d'épreuves... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 avril 2016

Le diable aux trousses

Il y avait dans le 2e bataillon, 8e compagnie, des mobiles du Loir et Cher, un brave garçon à moitié idiot nommé Froger. Le capitaine de Maricourt avait tenté plusieurs fois de le faire réformer sans succès. Le pauvre Froger était incapable de rendre le moindre service. Il avait survécu jusqu'ici, à la guerre en restant sous la protection de François Grebonvald, maçon à Rocé de vingt et un ans. François était un excellent soldat, rendu célèbre par la longue pipe en terre, admirablement culottée qu'il portait... [Lire la suite]