16 mai 2017

La catastrophe du 70

Le 20 septembre 1870, vers minuit et quart, le train numéro 70 de la ligne de Vendôme est arrêté au disque de bifurcation des lignes de Nantes et du Mans, en face du Plessis-les-Tours, au niveau de la commune de La Riche, près de Tours. Il attend que la voie soit libre pour entrer en gare. Il est à l'arrêt depuis un certains temps déjà lorsque les passagers et les employés du chemin de fer aperçoivent tout à coup, dans la courbe du chemin, un train qui arrive dans leur direction. C'est un convoi spécial de troupes, venant du Mans,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 septembre 2016

Les archives perdues d'Areines

Le vendômois a durement souffert durant la guerre de 1870. Les combats et l'occupation prussienne ont fait de nombreux dégâts dans les maisons, les cultures et ..............................les archives. La petite commune d'Areines, près de Vendôme en Loir et Cher, en a été la victime désabusée. Si les contributions réclamées par les allemands au maire ne s'élèvent qu'à dix francs, les contributions imposées au maire pour chandelles et huile à brûler à sept francs et qu'aucun impôt n'a été perçu par eux, les réquisitions de toute... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juin 2016

X comme "je ne sais pas"

Souvent la signification du X est « je ne sais pas ». Nos ancêtres qui apposaient leur marque en X sous les actes indiquaient ainsi non seulement leur présence mais également « je ne sais pas signer ». Les enfants que l’on qualifie de né sous X portent aussi cette signification : « je suis né mais je ne sais pas qui sont mes parents ». Et en 1870 ? Que veut dire ce X que l’on appose sur les morts ? « Je ne sais pas qui est ce mort ». X pour inconnu que plus tard... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juin 2016

I comme Incendie – l’incendie de Lailly

En temps de guerre, les représailles de l’envahisseur sont toujours exercées contre les civils. Lailly en Val, dans le Loiret, en mesure toute l’horreur le 22 octobre 1870. Alors qu’il fuit le combat, un cavalier bavarois tombe près de la Croix-Blanche. Le maréchal-ferrant qui se précipite pour le désarmer est frappé d’un coup de sabre. Les habitants accourent et le frappent à leur tour à coups d’échalas et le blessent à la tête. Il est remis aux chasseurs du 3e bataillon qui le ramènent à Blois comme prisonnier. Nous sommes le... [Lire la suite]
16 mai 2016

La catastrophe de Critot

Les chemins de fer ont joué un rôle important mais totalement désorganisé durant la guerre de 1870 : transport de troupes et de ravitaillement, évacuation des blessés......... sans compter les gares transformées en ambulances. Évidemment, il y a eu des catastrophes ferroviaires avec son lot de morts et de blessés, mais la censure de l'époque rend difficile la recherche d'informations. Le 3 octobre 1870, La 8e compagnie du 20e bataillon de chasseurs à pied part rejoindre l'armée de la Loire par le chemin de fer. En gare de Critot,... [Lire la suite]
19 avril 2016

La défense de Saint Agil

Durant la guerre de 1870, les hommes aptes à prendre les armes étaient divisés en plusieurs groupes : les hommes en service actif déjà dans l'armée et la garde mobile pour le front, la garde mobilisée et la garde nationale sédentaire, pour défendre les communes. A Saint Agil, la garde nationale restée sur place, sous les ordres de Paul de Saint Maixent, n'avait pour se défendre que des armes en mauvaise état et des munitions en nombre insuffisant. Les hommes durent eux-même fondre des balles et acheter de la poudre. Ils... [Lire la suite]
18 mars 2016

Les otages de Cormenon

L'armée prussienne, en pays conquis, imposait aux habitants des communes traversées le gîte et le couvert pour ses hommes. Au passage, des fermes, des granges brulaient, du bétail disparaissait. Et des hommes, des civils, étaient pris en otage. Leur sort variait : soit ils étaient simplement relâchés après quelques heures, soit ils partaient pour l'Allemagne, prisonniers otages, soit ils subissaient une sévère correction............. soit ils étaient exécutés. C'est le sort que subit Cormenon en Loir et Cher, comme d'autres... [Lire la suite]