05 décembre 2016

Calendrier de l'avent -jour 5

  J'ouvre la fenêtre numéro 5 sur une mauvaise chasse au corbeau. Nous sommes aux petites Gibonnières, à Dhuizon, Loir-et-Cher. Le 30 octobre 1870, Pierre Calle, cinquante-six ans, cultivateur, se rend compte que des corbeaux sont dans son champ de blé. Il prend alors son fusil pour aller les tuer. Nous sommes en temps de guerre et tout le monde sait que les récoltes vont en pâtir, alors pas question de laisser les corbeaux rajouter leur grain de sel dans l'histoire. Il est dix-huit heures. Vingt-cinq minutes plus tard, sa... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 décembre 2016

Calendrier de l'avent -jour 4

J'ouvre la fenêtre numéro quatre sur un convoi exceptionnel pour un pèlerinage. Le 10 août 1852, le commandant de gendarmerie de l'arrondissement de Blois informe le préfet que le jour même, à 9h30, est passé à Blois par le train d'Amboise, une trentaine d'arabes. Ils étaient escortés par un officier d'infanterie et un officier des chasseurs à cheval ainsi qu'un chirurgien militaire pour aller jusqu'à Alger puis se diriger vers la Mecque. Dans ce groupe figure le frère d'Abdel-Kader, ainsi que des hommes, des femmes et des enfants... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 novembre 2016

Comment battre en brèche une idée préconçue

En farfouillant dans les jugements sur requête (on passe son temps comme on peut !!) je suis tombée sur un document qui m'a "choquée" : une dispense de parenté pour qu'un oncle puisse épouser sa nièce. Comment cela peut-il être possible ? Oncle-nièce comme tante-neveu, ce sont des liens familiaux trop proches pour que je puisse concevoir qu'un président donne son accord à ce mariage............ sauf circonstances particulières comme Oncle et nièce par alliance par exemple, mais sans lien du sang. Évidemment, ils portent le même nom... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 10:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2016

Spécial Halloween

Nous ne sommes pas le 31 octobre, mais le 25 janvier... erreur de timing sans doute mais nous sommes en 1733 et à l'époque, on ne fêtait pas Halloween. Jacques Rocheron , vingt ans, vit à Blois, chez maître Cheron, boulanger. Il est huit heures du soir et nous sommes dimanche. Où ? le témoignage ne l'indique pas. Jacques Rocheron voit Pierre Chaumais. Ce dernier est en habits de tous les jours, chaussé de sabots. Et alors me direz-vous ? et alors..... Pierre Chaumais est mort et enterré depuis plus d'un mois, le 21 décembre 1732 à... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 octobre 2016

Les mariés futés de Villepion

Marin Collas et Marie Proust ont tous les deux vingt-quatre ans et sont domestique pour l'un, servante domestique pour l'autre, chez maître Cornet, à Villepion, paroisse de Villemardy. Ils s'aiment et veulent se marier. Rien de plus normal. Sauf qu'ils ont moins de vingt-cinq ans et que nous sommes en 1747, le 24 janvier plus particulièrement. Où est le problème ? Ils sont orphelins tous les deux et la loi exige qu'ils soient autorisés à se marier par leurs tuteurs respectifs. Sauf qu'ils n'ont pas de tuteur et qu'ils ne peuvent... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 octobre 2016

Qui était Catherine Gachet ?

A priori, Catherine Gachet était une simple domestique lorsqu'elle décède, le 6 février 1848 à Vallières les Grandes, Loir-et-Cher, âgée de trente-cinq ans. Elle est pourtant à l'origine d'un énorme scandale qui a eu des retentissements au niveau de l'évêché et de la préfecture par sa simple mort. Catherine Gachet, célibataire, fille de Claude Gachet et Françoise Perdriau, est domestique chez Louis Laurent Fredureau de Villedrouin. Elle décède chez son employeur, à deux heures du matin. Le jour même, à huit heures, son médecin,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 octobre 2016

De l'eau à la glace

Nous connaissons les intempéries actuelles, réchauffement de la planète compris et malgré tout, nous sommes toujours "surpris" lorsqu'une inondation survient sur nos territoires............. une inondation ou tout autre phénomène climatique exceptionnel qui nous oblige à revoir nos emplois du temps et nos itinéraires. Pourtant, météo France est là. Alors imaginez avant.... avant météo France. C'est ce qui s'est produit en 1740 à Blois, en l'espace de quatre jours, nos ancêtres sont passés des inondations (grandes eaux) à la glace.... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 octobre 2016

Un pied de vigne, un paquet de clef et un aigle

Drôle de titre me direz-vous et quel rapport existe entre un pied de vigne, un paquet de clef et un aigle ? J'en ai une autre : Un militaire, le buste d'une femme, un pot de fleur, une pelle, le buste d'un militaire, une femme, deux enfants faisant la boxe, une pioche et une rose. Encore une ? deux lapins, un palmier, BL et une ancre de marine. Et une petite dernière pour la route : trois bustes (une reine et deux chevaliers), un pot de fleur, deux sabres en croix, vengeance ou la mort, un coeur percé de deux épées, un marin... [Lire la suite]
25 septembre 2016

Haleine fétide et testicules manquants

Le service militaire était probablement le pire cauchemar des parents. Il faut les comprendre. Au XIXe siècle, entre 1818 et 1872, leurs fils déclarés bon pour le service partaient pour sept à huit ans. A compter de 1872, le service redescend à cinq ans, puis trois en 1889 jusqu'en 1905 où la durée est ramenée à deux ans (pour fluctuer encore, surtout en période de conflit). Pour revenir au XIXe siècle, le départ pour au moins cinq ans, d'un fils en pleine forme, c'est non seulement la perte d'une paire de bras pour aider aux... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2016

Du rififi à Gombergean

Rien ne va plus à Gombergean en ce 30 avril 1780. Pierre Fariau, laboureur fermier et procureur fabricien de la paroisse a convoqué une assemblée d'habitants à la fin de la grande messe. Le notaire, René Côme Marin Desbrosses est là. Rassemblés au son de la cloche, devant la principale porte d'entrée et de sortie de l'église, se trouvent les fermiers et exploitants de la paroisse et la quasi totalité des habitants. C'est que l'heure est grave et la survie des plus pauvres d'entre eux est mise en péril. Un arrêt du parlement de... [Lire la suite]