14 septembre 2017

Hôtel-Dieu et compagnie, la suite

Comment s'organisait les lieux de soin au XIXe siècle à Blois ? Après avoir défini la différence entre l'Hôtel-Dieu et l'Hospice, question malade, il reste à savoir comment se passait la vie dans ces lieux de souffrance et de passage. Le règlement intérieur qui suit date de 1851 et restera tel quel jusqu'en 1904. A l'hôtel-Dieu de Blois, les visites des médecins et chirurgiens ont lieu tous les matins, à sept heures. Les lieux sont dirigés par les religieuses, même si une partie du personnel soignant est laïque. Les patients en... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2017

Les enfants du bon vieux temps

Il y a quelques jours, c'était la rentrée des classes. Nombre de parents inquiets ont accompagné leurs chérubins jusqu'à la porte de l'école, pour les remettre directement aux instituteurs, pour les plus petits. Vivant dans un quartier scolaire, entre deux lycées, à côté d'une école maternelle, d'une école primaire et d'un collège, je vois tous les jours le comportement des parents. Sans mentir, si certains pouvaient rentrer avec leur voiture dans la cour de l'école, pour que leur progéniture n'ait pas à faire le moindre pas... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 septembre 2017

allées et venues

Paul Neilz est instituteur à Troo. Charles Rochette est menuisier à Troo. Ces deux-là sont souvent ensemble et en vadrouille. La preuve ? Le 6 février 1889, Paul Neilz et Charles Rochette sont à Troo, à huit heures du matin. Le 19 février 1889, Charles Rochette est à Saint-Jacques-des-Guerets, à huit heures du matin et il est avec Paul Neilz à Troo, à cinq heures du soir. Le 12 avril 1889, ils sont à Troo, à huit heures du matin et le lendemain, à cinq heures du soir, Paul Neilz est à Saint-Jacques-des-Guerets Le 4 mai 1889,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 août 2017

Où mettre ce cher Denis ?

En novembre 1843, un sujet très important mobilise l'opinion publique de Blois : où placer la statue de Denis Papin ? Le siècle bien entamé est celui de la vapeur. La Loire est parcourue par des bateaux menés par cette énergie. Les expropriations de terrains pour faire passer le chemin de fer vont bon train (sans jeu de mots) et la vapeur y est encore pour beaucoup. La ville n'oublie pas que Denis Papin est fils d'une famille de notables de Blois (bien que né à Chitenay) et l'hôtel de Villebresme est fièrement appelé "maison de Denis... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 août 2017

Le faute à la ribotte

Anselme Janty est marchand ambulant. Âgé de soixante-sept ans, il a pour maîtresse une jeune veuve de trente-sept ans, nommée Forgeot. Dans un élan de générosité, il lui promet, un jour, de l'emmener au café concert de la rue Saint-Maur. Pour l'occasion, la dame se confectionne un magnifique chapeau à plumes jaunes et rouges. L'évènement est important. Le 20 novembre 1886, Anselme se décide enfin à tenir sa promesse. Arrivés au café concert, le chapeau à plumes fait forte impression sur les personnes présentes. Quatre heures... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 août 2017

Après nous........... nos tombes

La fréquentation des cimetières est en berne. La religion aussi. L'un va peut-être avec l'autre ? Certaines fêtes religieuses (Toussaint, Rameau), avaient le mérite de faire traverser la France aux survivants des familles, pour aller fleurir les tombes des parents, grand-parents et autres concessions familiales. La Toussaint est toujours là, mais en parlant autour de moi, je me rends compte que très peu vont fleurir et entretenir les tombes. Il s'agit en grande majorité des personnes âgées, qui ont été élevées dans le respect des... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 août 2017

L'idiotie pour explication

Très grande                               Entre 1882 et 1883, cinquante-sept enfants ont été abandonnés aux soins du département du Loir-et-Cher. 90% de ces enfants sont des enfants naturels. Les chiffres sont cruels, les commentaires ne le sont pas moins. Dans 39% des cas, l'explication est lapidaire : la mère doit abandonner son enfant à cause de la misère dans laquelle elle vit et à cause de son "idiotie", "manque d'intelligence",... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 août 2017

Beurre farci

Connaissez-vous la recette du beurre farci ? Non ? Et pourquoi farcir le beurre ? Pour qu'il pèse plus lourd et se vende plus cher bien sur. Le 19 septembre 1860, au marché d'Oucques, la femme Leclerc de Faye vend ses pains de beurre. Un chaland se présente pour en acheter un, mais lorsqu'il le prend, ce dernier se casse et laisse voir au milieu, une pomme cuite de belle dimension. L'acheteur n'est pas content et ameute les gendarmes qui surveillent le marché. Ces derniers verbalisent la marchande et la voilà convoquée au tribunal... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 août 2017

Accident sur la voie publique

Jean Baptiste Pierrat, gendarme à cheval à la résidence de Romorantin, est de planton, le 18 juillet, à huit heures et demi du matin. Il va et vient sur la place d'arme. Jean Lecoeur, journalier demeurant rue des capucins, à Romorantin, travaille pour la journée pour le sieur Guin, meunier aux quatre roues, à Pruniers. Ce dernier lui a confié un cheval attelé à une voiture. Il marche tranquillement, faisant avancer le cheval au pas. Il vient de la grande rue et se dirige vers la route de Blois. Alors que Jean arrive en face de la... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 août 2017

La mort d'un enfant

La mort d'un enfant est probablement la pire chose qui puisse arriver à des parents. Aujourd'hui, la médecine, les mesures de sécurité diverses et variées, permettent de diminuer au maximum le nombre de décès d'enfant. Mais, malheureusement, le chiffre zéro décès est impossible à atteindre et l'accepter est tout aussi impossible, aujourd'hui. Dans le passé, la mortalité infantile était très élevée et il était rare qu'une fratrie atteigne l'age adulte dans son intégralité. La religion et la fatalité permettaient de l'accepter. C'est... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,