09 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : H comme André Charles Henaux

André Charles Henaux est l’aîné et le seul garçon d’une fratrie de trois enfants. Ses parents, Charles Thomas Henaux, cultivateur, trente ans, et Françoise Rosalie Prevost, vingt-huit ans, sont mariés depuis un an, lorsqu’il vient au monde, le jeudi 14 mars 1889, à quatre heures du matin, à la Chaumette, à Cour-Cheverny. Deux filles naissent après lui, Charlotte Jeanne, en 1890, et Noémie Eloïse, en 1893. La famille s’installe à la Vernassière, où Françoise élève ses enfants, ainsi que des enfants placés chez elle, des bébés. Le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : G comme Eugène Garnier

Eugène Garnier naît le 3 mars 1888, à Mehers, Loir-et-Cher, deuxième enfant et fils aîné de François Garnier et de Marie Audoin. Il est cultivateur lorsqu’il est appelé pour le service armé de la classe 1908. Il part le 7 octobre 1909 pour le 2e bataillon de chasseurs à pied. Il passe chasseur de 1ère classe le 8 juin 1910. Son service militaire achevé, il est envoyé en disponibilité le 24 septembre 1911, avec certificat de bonne conduite. Il se retire à Choussy. Le 23 juin 1913, à Feings, il épouse Marthe Marcadet. Leur vie de... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : F comme Henri Ferragu

Henri Ferragu naît le 13 mars 1889, à Gièvres, fils de Désiré Ferragu et de Clémence Bougros. Il est le huitième enfant d’une fratrie de douze. Ils sont sept garçons en âge de faire la guerre. L’aîné, Louis Alphonse, classe 1896, est impotent. Le second, Ernest, classe 1897, travaille au chemin de fer et fera toute la guerre à la section des chemins de fer de campagne, comme le troisième frère, Emile, classe 1899. La « chance » s’arrête là pour la famille. La première semaine d’août 1914, trois des frères partent à la... [Lire la suite]
06 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : E comme Emile Ernest Eloy

Le cas d’Emile Ernest Eloy est un vrai casse-tête, surtout avec des archives fermées, mais avec un peu de ténacité et de logique, le casse-tête peut être résolu. Emile Ernest Eloy naît le 25 juin 1889, à Montrieux, Loir-et-Cher, à dix heures du matin, chez sa grand-mère, Rosalie Girard, cinquante-sept ans. C’est elle qui déclare la naissance de son petit-fils. Emile Ernest est le fils de sa fille, Marie, domestique, tout juste âgée de vingt ans. Elle est célibataire et, le 15 août suivant, elle reconnaît son fils, à la mairie de... [Lire la suite]
05 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : D comme Joseph Alexandre Dufour

Joseph Alexandre Dufour naît le lundi 11 mai 1891, à Blois, fils de Silvain Alexandre Dufour et de Marie Sophie Armandine Brossard. Il est leur deuxième enfant et leur fils aîné. Six enfants viennent après lui, alors, au moment du service militaire, il est classé soutien indispensable de famille et affecté au 113e régiment d’infanterie, à compter du 10 octobre 1912. Lorsque le décret de mobilisation général paraît, il est déjà à l’armée et part au front avec son régiment, le 5 août, direction, la frontière belge et la région de... [Lire la suite]
03 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : C comme Robert Marie Felix Cansière

Il y a des choix, dans la vie, qui mènent à la mort. C’est ce que l’on pourrait dire pour Robert Marie Felix Cansière. Quoique, si l’on croit au destin, on peut se dire que ce choix n’a changé que le lieu et l’heure, mais pas la destination finale. Robert est né le 25 juin 1893, à Blois, troisième enfant d’Auguste Joseph Cansière et de Marie Aimée Boulain. Il est cultivateur, comme son père, lorsqu’il part à l’armée, le 27 novembre 1913, au 46e régiment d’infanterie. Mais le 17 mai 1914, pour convenances personnelles, Robert demande... [Lire la suite]

02 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : B comme Lucien Eugène Bizeray

Les feuillets matricules sont souvent sources de renseignements très variés sur la vie des hommes. Mais parfois, ces feuillets sont très frustrants. C’est le cas du feuillet de Lucien Eugène Bizeray. De la classe 1911, feuillet 72, Lucien Eugène est né le 20 avril 1891, à Suèvres, en Loir-et-Cher, et est décédé, tué à l’ennemi, le 22 août 1914, alors qu’il est soldat de 2e classe au 113e régiment d’infanterie. J’oubliais la ligne du dessus : il est inscrit dans la 4e partie de la liste comme soutien de famille, en 1912. Il n’y... [Lire la suite]
01 novembre 2018

Challenge AZ - les disparus de Signeulx : A comme Eugène Jean Baptiste Avrial

Eugène Jean Baptiste Avrial est issu d’une famille de commerçants de Carcassonne. Son arrière-grand-père, Pierre Avrial, était aubergiste. Son grand-père, Louis Avrial, était boulanger. Il aurait pu en être autant de lui, si son père, Baptiste Avrial, n’avait décidé d’une toute autre voie. Né en 1838, à Carcassonne, Baptiste s’engage dans l’armée, le 6 janvier 1856. Il a dix-huit ans. Il choisit le 14e bataillon de chasseurs à pied. L’armée lui plait tant qu’il se réengage, encore et encore, toujours dans les chasseurs à pied (14e... [Lire la suite]
31 octobre 2018

Challenge AZ - prélude suite : les disparus de Signeulx

Destination : la Meuse. Le 113e régiment d'infanterie arrive à Sampigny, d’où il part, par la route, pour Saint-Mihiel, où il cantonne. Il doit garder les débouchés Nord et Nord-Est de Saint-Mihiel et assurer la surveillance des issues sur toute la rive droite, et tenir les routes de Vigneulles et d’Apremont. Le 8 août, départ pour la région de Senonville Varvinay. Le 113e prend la route de Chaillon. Le 9, le 113e franchit le pont de Saint-Mihiel va cantonner sur l’autre rive. Le 10, il fait mouvement par la rive droite de la... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 octobre 2018

Challenge AZ - prélude : les disparus de Signeulx

Il y a, aux portes de Blois, dans les nouveaux quartiers construits sur les hauteurs de la ville, proche le tribunal, la préfecture et le gigantesque asile psychiatrique départementale, une caserne, la caserne Maurice de Saxe.   A la veille de la guerre, cette caserne est celle du 113e régiment d’infanterie. Bien sûr, tout le régiment n’est pas cantonné à Blois, mais bon nombre de Loir-et-Chériens y font leurs classes et leur service militaire. La ville s’est agrandie et a enlacé la caserne, se l’appropriant, l’absorbant... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,