22 février 2017

Femmes sous tutelle

Les femmes n'ont pas toujours eu la vie facile, face à l'administration. Elles ont dû attendre 1944 pour avoir le droit de vote et être éligibles, 1965 pour travailler ou ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de leur mari ou de leur père. Alors imaginez durant la première guerre mondiale. Ces femmes ont dû remplacer les hommes pour toutes les taches du quotidien mais dès qu'il s'agissait de finance ou de décision notariale, elles étaient coincées. Sans l'accord du mari, il fallait en passer par la justice. C'est le cas... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2017

Dans la tête d'André

Voilà, c'est le grand jour. Moi, André Breton, je vais faire mon devoir. Ce matin, 20 février 1845, je pars faire mon tirage au sort, celui de la classe 1844. Je ne pars pas seul. On est quatre gars de la classe 1844 dans la commune. On va y aller ensemble, avec le maire qui a sorti son écharpe de cérémonie, et le père qui vient avec les frères, et les pères et les frères des autres gars de la classe. On part tous à pied. C'est pas loin, on va au chef-lieu de canton, à six kilomètres. Le père dit que ça ne vaut pas de sortir la... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2017

Les testicules d'Auguste

Vous m'excuserez pour ce titre peu glamour, mais il a le mérite d'être précis sur le sujet. Je préconise d'ailleurs à ces messieurs, âmes tendres, de s'abstenir de cette lecture qui pourrait heurter leur sensibilité, vu le thème abordé. Auguste Souriau, le héros de cette histoire, est né en 1827 à Lunay (Loir-et-Cher). Ces parents se sont ensuite installés à Prunay. ils sont cultivateurs à la Reuzerie et, en 1846, y vivent avec leur fille Madeleine, vingt-six ans, Auguste, le fils, dix-neuf ans, et deux domestiques. Et c'est le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 février 2017

Cinquième dimanche et généathème de février : François et Françoise

J'en profite, aujourd'hui, pour cumuler d'une part, mon défi généathème de janvier (les dimanches de ma généalogie) et le généathème de février : l'insolite. Je vais donc vous parler de François et Françoise, François Le Tual et Françoise Quintin, mes ancêtres 40 et 41. Lorsque j'ai commencé ma généalogie et que je suis arrivée à eux, j'ai vu tout de suite qu'il y avait un problème. Ils sont décédés le même jour et à la même heure, le 7 mars 1848, à quatre heures du soir, au même endroit : Plouguiel. Ils ne sont pas bien âgés,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 février 2017

Louis Napoléon est mort à Blois

Oui, je l'affirme, preuves à l'appui, Louis Napoléon, fils d'empereur, est mort à Blois, à l'âge de trente-huit ans, le 5 novembre 1857, à dix heures du matin, de phtisie pulmonaire. Vous ne me croyez pas ? Allez donc voir sur Philae et vous verrez................. Je peux même vous dire qu'il était sujet anglais, né à Constantinople et qu'il parlait piémontais. Arrêté par la police, à Choisy-le-Roi, il est interné sur ordre du préfet de police, le 5 janvier 1850, à l'assistance publique avant d'être transféré à Blois. Sur son... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2017

Culture de champignons

Ce sont les aléas des archives. On demande un document qui en sort jamais et, lorsqu'on l'ouvre, on découvre...... des champignons. Mais, de ceux-là, je ne ferai pas un fricassée !!! Ces moisissures sont la plaie des archives. Elles dévorent le papier et se répendent comme... des champignons. Je voulais juste trouver Appoline Bucaille et j'ai trouvé ces petites horreurs. J'ai aussi trouvé Appoline, mais, au lieu de juste photographier son matricule, j'ai également photographié tout le registre, les 600 pages du registre. Autant... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2017

Serial Généalogists Killer

Serial Généalogists Killer ou Tueuse en série de généalogistes, pour ceux qui préfèrent la langue française, c'est ce que j'ai l'impression d'être aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que je viens d'écrabouiller quarante-neuf généalogistes familiaux. Non, je n'ai pas foncé sur un groupe de généalogistes avec ma voiture, j'ai juste vérifié l'annuaire des généalogistes professionnels pour le mettre à jour. Entre les "partis à la retraite" et les "j'ai laissé tombé", je suis arrivé au chiffre de quarante-neuf. Évidemment, aucun des... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2017

Vingt-quatre ans déjà !!!

Nous sommes le 15 février 2017 et, il y a vingt-quatre ans, le 15 février 1993, je me lançais dans le grand bain de la généalogie professionnelle, sans bouée ni canot de sauvetage. Vingt-quatre ans !!!! à l’époque, quand je rencontrais une collègue qui cumulait vingt ans au compteur du métier, j’étais impressionnée………. Et au bout de vingt-quatre ans, je me dis : « pas de quoi !! ». Vingt-quatre, c’est à la fois beaucoup et peu. Et surtout, c’est passé très vite. J’ai aussi dû grandir très vite !!!... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2017

Valentin Vallantin

Nous sommes le 14 février, le jour de la Saint-Valentin et trouver un Valentin Vallantin ce jour-là, c'est un signe non ? Bon, je triche un peu, car en réalité, il s'appelle Georges Valentin Vallantin. Il est né le 20 décembre 1846 à Joigny, dans l'Yonne. Pourquoi je suis tombée sur lui ? Tout simplement parce que mon Valentin est sergent au 17e régiment de chasseurs à pied. Le 19 janvier 1871, il participe, avec son régiment, à la bataille de Saint-Quentin, dernier rempart avant que Paris ne tombe. Ce jour-là, l'armée française... [Lire la suite]
13 février 2017

C'est long, sept ans

Eugène Louis Housset a vingt-et-un ans, lorsqu'il s'engage volontairement, pour le service militaire. Que fuyait-il ? Quelles aventures croyait-il vivre ? en s'engageant pour sept longues années. Le fait est que, le 5 mai 1862, il part pour le 30e régiment d'infanterie de ligne. Au bout d'un an, il en a déjà assez. Il manque à l'appel le 18 février 1863.Il était entré à l'hôpital du Gros Caillou le 15 juillet 1862, évacué le 22 vers celui de Vincennes. Le 19 août, il avait eu droit à six mois de congé chez lui, à Morée. Entré à... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,