03 juin 2016

C comme Coulmiers

Si la guerre de 1870 fut une succession d’échecs pour l’armée française, la bataille de Coulmiers (Loiret) sort du lot pour être l’une de nos rares mais plus importantes victoires de ce conflit. Le 9 novembre 1870, après sept heures de combat, l’ennemi bat en retraite sur Janville, Toury et Etampes. Les pertes françaises se montent à 923 tués et blessés alors que les pertes prussiennes sont de 1223 tués (69), blessés (533) et disparus (621). Les mobiles de la Sarthe ont à eux seuls 218 morts et blessés. Pendant la nuit, les... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juin 2016

B comme Bastonnade : la bastonnade d'Epuisay

Georges Gohier (Goyer) est le fils de Pierre Jean Gohier, notaire de Mondoubleau, et Marie Louise Landier. Il est élève au lycée de Vendôme sortant de rhétorique, à peine âgé de dix-sept ans (né le 13 avril 1853 à Savigny) lorsque la guerre est déclarée. Ayant rejoint les gardes mobilisés et les gardes nationaux pour la défense de sa ville, il est fait prisonnier, le 23 novembre, avec soixante-sept autres gardes et civils. Une partie des gardes a eu le temps de remettre des vêtements civils avant leur capture, ce qui, aux yeux... [Lire la suite]
01 juin 2016

A comme Amputation

L'ambulance numéro 7 est constituée de personnel médical et religieux avec à sa tête le docteur Després, chirurgien en chef. Elle comprend deux chirurgiens major, un aide-major, cinq chirurgiens sous-aide, un aumônier, un pasteur, trois comptables et trente infirmiers. Elle est financée par le comité de Bruxelles. Dès le 25 août, ils quittent Paris pour Metz mais ne l'atteignent pas. La route est coupée. Alors ils soignent à Montmédy, Daigny, Balan, Sedan. Ils obtiennent un laissé-passé pour Metz mais ne peuvent y entrer. A... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mai 2016

Challenge AZ 2016

Je dois être un brin maso mais je viens de m'inscrire au Challenge AZ 2016 !!! Ce n'est pas le fait d'écrire un message par jour qui pose problème, c'est de coller au thème....... l'alphabet !!! un sacré défi qui me laisse présager des instants d'intense réflexion sur le K, le W et le Y. Mais je sais que je peux compter sur Antequam pour une saine émulation........... ou compétition.......... ou les deux !!! Les dés sont jetés........... Cela commence demain. Et je vais choisir.............. comme fil directeur..................... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mai 2016

Démence longue durée

Pierre Lidoreau a vingt et un ans lorsqu'il épouse Marie Duvalet, en 1735, à Baigneaux. Ils s'installent dans sa paroisse à Conan et très vite les enfants viennent au monde. Le premier enfant arrive en 1737, Pierre, qui décède deux mois plus tard, puis Marie, en 1738. Ils partent vivre à Maves où naît Marguerite, en 1741 puis  Pierre Henri en 1743 et  Pierre en 1744. Vers 1746, Pierre, laboureur, devient dément et il va vivre dans cet état durant trente et un ans, jusqu'à son décès. Ils retournent vivre à Conan et les... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 mai 2016

Enterrement en grandes pompes

Le 12 mars 1737 décède à Paris, rue d'Argenteuil, Philippe Charles comte d'Etampes, marquis de la Ferté Imbault, âgé de cinquante-deux ans. Il est brigadier des armées du roi et ex-capitaine des gardes de feu monsieur le duc d'Orléans, régent, époux de Jeanne Marie Duplessis Châtillon. Son corps est déposé le lendemain à l'église Saint Roch, sa paroisse, jusqu'au 14 mars d'où il part pour être conduit en l'église collégiale Saint Thauvin de la Ferté Imbault où sont inhumés ses ancêtres, sur le territoire de la paroisse de Selles... [Lire la suite]

29 mai 2016

A toutes les mamans de nos arbres

Des mamans, il y en a beaucoup sur nos arbres, logiquement autant que de papas mais parfois plus. Et n'en déplaise à notre histoire machiste, sans elles, il n'y aurait pas d'arbre généalogique. C'est aujourd'hui la fête des mères alors aujourd'hui, à travers quelques exemples, je leur rend hommage à toutes. La palme des mamans revient à Marie Anne L'Helicon de Lanion, mon numéro 1465. Mariée à dix-huit ans avec Henry Le Trividic, elle a seize enfants dont dix décèdent en bas-âge. Elle décède à soixante-quatorze ans, en 1747. ... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2016

La commune suite et fin..............

Le massacre des fédérés du Père-Lachaise signe la fin de la commune mais il y a encore des otages à libérer. Le 28 mai, la prise de la barricade de la rue Haxo fait 2 000 prisonniers et celle de la Roquette permet de libérer 169 otages. 64 d'entre eux ont été fusillés l'avant-veille. Dans cette "guerre" de nombreux anonymes ont oeuvré pour venir en aide aux blessés, aux prisonniers. Je vais en citer une, Madame Coré, femme de l'ancien directeur de la prison de la Roquette, dont le mari a été arrêté dès le début de la commune. ... [Lire la suite]
27 mai 2016

Les blessés du 27 mai

Le 27 mai 1871, la guerre contre la Prusse est finie mais celle contre les français non............ c'est la commune de Paris et là, ce sont des français qui tirent sur des français. L'armée est aux premières lignes évidemment. Avoir survécu aux combats contre l'armée Allemande, au typhus des hôpitaux et ambulances et se retrouver face à des français qui vous tirent dessus comme si vous étiez l'ennemi.............. VOUS êtes l'ennemi, c'est une situation qui a du être bien difficile à vivre pour ces jeunes soldats. Cela aurait pu... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2016

Le curé de Romilly et les libertines

La France est fille aînée de l'église et pour cela, la loi du roi prévaut sur la loi de l'église. Mais pour faire connaître la loi, rien ne vaut un curé lisant le texte aux prônes des messes paroissiales. Louis Lubin Hubert est curé de Romilly depuis le 2 août 1763. De cette date au 12 janvier suivant, il fait deux fois, le dimanche, aux prônes des messes paroissiales, la lecture de l'édit du roi Henry III de l'an 1556 au sujet de la grossesse des filles ou femmes "déréglées" et celle de l'arrêt du conseil d'état du roi, du 4... [Lire la suite]