04 novembre 2017

La couleur de mes ancêtres

Lorsque je pense à mes ancêtres, et au passé plus largement, le film qui défile sous mes yeux est en noir et blanc, avec nuances de gris parfois et plus rarement sépia. La faute aux photos ? Probablement. Mais aussi aux églises qui, aujourd'hui, ne sont que couleur de pierre, excepté les vitraux. Sur une photo de 1918 regroupant ma famille bretonne, je pourrais même croire être d'origine sénégalaise, tant leur peau est sombre. C'est la faute au temps qui passe sur le support carton, bien sûr. Je n'ai pas encore trouvé la moindre... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2017

Toujours se réinventer, mais pas n'importe comment

S'il y a bien une profession qui doit constamment évoluer et se réinventer, c'est bien la profession de généalogiste familiale. Mais pas n'importe comment !!! Les choses évoluent très vite dans le milieu de la généalogie. Après des années d'immobilisme pépère où l'état civil et le registre paroissial régnaient en maître, la roue informatique doublée de la roue internet pousse le métier à changer de méthodes de travail, de "produits" à proposer au client, de matériels, même, de travail. C'est mieux pour le généalogiste... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
01 novembre 2017

Le temps, cruel adversaire des vivants et des morts

En ce jour de Toussaint, où nombreux sont ceux qui ont fleuries les tombes de leur famille, une petite ballade dans le cimetière semble de circonstance. Aujourd'hui, le cimetière ressemble à un grand jardin, fleuri de toutes parts. Les tombes sont propres et entretenues (les gardiens du cimetière y veillent). Mais le temps fait son oeuvre, qui efface peu à peu le souvenir. L'eau est un des principaux acteurs partenaire du temps qui passe.   Par la rouille, elle attaque et corrode le métal des croix, les amputant parfois... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2017

Le destin de Jeanne Marie - mort pour la France

Voilà Jeanne Marie qui se retrouve seule avec un bébé à élever. Elle va rester seule jusqu'au 20 juillet 1909, date à laquelle elle épouse Joseph Closier, à Pleboulle. Il a trente ans, elle en a vingt-cinq. Il est de Pleboulle, mais aussi de la famille de Jean Marie Germain. Sa grand-mère est une Charlot. Ils sont cousins issus de germain. Le père, Jules Auguste, est journalier. Avec sa femme, Elisabeth Sicot, ils vont avoir cinq enfants. Elisabeth décède la première, le 3 décembre 1896. Joseph a dix-sept ans. Le père meurt le 29... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 octobre 2017

Le destin de Jeanne Marie - premiers chagrins de femme

Jean Marie Germain Charlot est Terre-neuvas. En mars 1906, il s'embarque pour Terre-Neuve à bord du trois mats « Georges René ».  Jeanne Marie attend leur premier enfant. Il ne le verra jamais. A-t-il seulement su qu'il allait être père ? Le 11 septembre 1906, elle met au monde une petite fille, Lucienne Marie Joseph. Alors que le « Georges René » quitte les bancs de Terre-Neuve pour rentrer en France, le 11 octobre 1906, une voie d’eau se déclare à bord. Pendant huit jours et huit nuits, les marins et... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 octobre 2017

Le destin de Jeanne Marie - Jean Marie Germain

Jeanne Marie est une jeune femme. Elle a vingt-deux ans lorsqu'elle épouse Jean Marie Germain Charlot, à Pleboulle, où elle vit. Qui est ce jeune homme qui épouse l'orpheline de Ruca ? Son enfance n'est pas moins troublante que celle de Jeanne Marie. Jean Marie Germain Charlot est né enfant nature, le 11 juin 1880, à onze heures du soir, à Pléboulle, Côtes d’Armor. Il est déclaré et reconnu par son père, le lendemain, à quatre heures du soir. Il est le fils de Germain Charlot, trente-six ans, maréchal, et de Jeanne Marie... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2017

Le destin de Jeanne Marie - l'enfance

Jeanne Marie Amicel est née après sa sœur jumelle, Marie Joseph, près de deux jours après. Marie Joseph est née le 26 janvier 1884, à une heure du soir, à Ruca, Côtes d’Armor, et Jeanne Marie est née le 28, à quatre heures du matin, soit trente-neuf heures après. Elles sont les filles de Brieuc Amicel et Jeanne Marie Lesage. Leurs parents se sont mariés le 27 avril 1881, à Ruca. La première grossesse de leur mère était également gémellaire. Le premier enfant, un garçon, Jean Baptiste François, est né le 30 septembre 1882, à deux... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2017

Centenaire et après ?

Le 11 novembre 2018 clôturera le centenaire de la guerre 14-18. Durant près de cinq ans, bénévoles de tous poils se sont et vont encore s'échiner à rendre hommage, de toutes les manières possibles, aux morts pour la France, mais pas uniquement. Tous les historiens, de métiers ou de passion, ou des deux, mettent au jour tous les aspects de cette guerre monstrueuse. Morts pour la France, fusillés pour l'exemple ou non, prisonniers de guerre militaires et civils, massacres de civils, exactions de toutes sortes, villages détruits,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 octobre 2017

Ceux qui restent - la fin

11 novembre 1918, c’est fini, la guerre est finie. Réellement ? Les hommes ne rentreront pas tout de suite. Les blessés ne rentreront pas tout de suite. Les morts ne rentreront pas tout de suite, pas tous en tout cas. Le beau Léon rentre un matin d’avril 1919. Son beau sourire, ses yeux rieurs, ont disparu, effacés par une bombe incendiaire. Le beau Léon est une gueule cassée. Étonnamment, le reste de son corps est indemne, mais il n’a plus de visage et plus qu’un œil. Le gros Louis est tombé à Verdun, le p’tit Hercule a... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2017

Ceux qui restent - suite

C’est le 2 août 1914, mobilisation générale, la guerre est déclarée contre l’Allemagne. Le temps de la vengeance est arrivé. Vengeance pour le grand-oncle tombé à Sedan, pour le cousin, mort à Loigny, dont le corps n’a jamais été retrouvé, pour la ferme qui a été incendiée par les prussiens, pour la vache qu’ils ont volée, pour l’Alsace et la Lorraine. Les copains de P’tit Louis sont déjà à l’armée. Pour les autres, P’tit Louis les voit partir, les uns après les autres. Ses frères et ses cousins d’abord, puis ses oncles, les hommes du... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :