20 avril 2017

Une médaille d'honneur pour Lechat

François Lechat n'est pas un citoyen ordinaire. Né en 1829, il fait sept années de service militaire, au cours duquel il se marie, en 1856, avec une permission spéciale de l'armée, avec Pauline Victorine Moreau, dont il légitime la fille, par la même occasion. Est-ce la sienne ? C'est possible. Déclaré bon pour le service en juillet 1850, il est parti pour le 4e régiment de hussard à l'automne 1850, à Sedan puis au 22e régiment de ligne . Armandine Pauline est née le 11 octobre 1851. C'est juste, mais il a pu avoir une permission. ... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 avril 2017

Légitimation compliquée pour une fin tragique

Alcide Lambert est un "mort pour la France" de la première guerre mondiale. Il a sa fiche MPF sur le site mémoire des hommes, une fiche avec deux erreurs, comme cela arrive malheureusement. Il est indiqué né le 15 juin 1896 à Saint Gervais, alors qu'il est né le 15 janvier 1896 à la Ferté Beauharnais. La personne qui a indexé sa fiche n'a malheureusement pas comparé celle-ci avec le feuillet matricule. Il aurait vu les erreurs. La chose est maintenant signalée au webmaster. Mais ce n'est pas pour cela que j'écris cet article. J'ai... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 avril 2017

Trou de mémoire collectif

Le 4 août 1899, à Maray, Loir-et-Cher, Sophie Bonitieau, veuve Berthomier, décède, à l'âge de soixante-quatorze ans, au hameau des Bourdains. Sa fille, Modestine Berthomier, va se marier le 7 mai 1901 et doit, pour cela, fournir un extrait de décès de sa mère............. et patatras !! pas d'acte de décès dans la commune. Il va falloir en faire un d'urgence, et pour cela, elle fait appel au tribunal civil de Romorantin, le 12 avril 1901. Sauf que les juges ne font pas des actes comme cela, juste à la demande. Il leur faut aussi... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 avril 2017

Une histoire sans fin

Lu dans la presse du 11 août 1865 : "Hier matin, un accident des plus pénibles s'est produit à Sambin : un porc était tombé dans un puits creusé depuis peu. Un sieur Fontenart, sachant combien la perte de l'animal gênerait la famille à qui il appartenait, descendit pour amener son sauvetage. A peine ce projet est exécuté, que la maçonnerie du puits se détache et que le généreux Fontenart est englouti. Des secours prompts et intelligents sont organisés par le maire, et chaque habitant tient à honneur de (page pliée) toutefois, on... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2017

Mes dimanches généalogiques : Jean Baptistes, les Loges et la Perdrix

"Jean Baptiste, les Loges et la Perdrix" ; on dirait un titre d'une fable !!! En remontant la lignée des Lescène, je bute en 1716, avec le mariage de Jean Baptiste Le Senne et Ypolite Frebourg à Epreville. Il n'est pas filiatif. J'ai bien le décès de Jean Baptiste, qui le donne né vers 1687 mais j'ai un doute sur son prénom. Il se marie Jean Baptiste mais meurt Jean et fait ses enfants en tant que Jean. Est-ce une erreur du curé ? Pas vraiment, car il n'est pas le seul Jean à devenir Jean Baptiste et repartir en Jean au fil des... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
15 avril 2017

Le baptême des monstres

Vous connaissez l'importance du baptême sous l'ancien régime. Sans baptême, point de salut. Les adultes vont en enfer, les enfants dans les limbes, pour y errer toute l'éternité. C'est la raison pour laquelle les enfants doivent être baptisés le plus rapidement possible : le matin pour les enfants nés la nuit, l'après-midi pour les enfants né le matin, et ce, quel que soit le temps et la température extérieure. La technique du baptême est simple : il faut aller à l'église avec le nouveau-né. La suite est l'affaire du curé et des... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 avril 2017

Itinéraire funeste

En 1849, le Loir-et-Cher est frappé par une épidémie de choléra. Déjà, à l'époque, les médecins essayaient de comprendre la maladie et sa propagation, à la recherche du cas zéro même s'ils ne l'appelaient pas ainsi. Et tout part de Paris où sévit une épidémie de Choléra ! Car la maladie qui se déclare dans le département, frappe dans un bourg aisé, bien aéré, sans marécage : Villexanton. Elle y a été apportée par un habitant, le 8 juin 1849, arrivant de Paris, où il a passé trois jours dans une maison rue Mouffetard, quartier... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 avril 2017

La transmission

Nous en parlons beaucoup de la transmission, transmission des archives, transmission des données, transmission des savoirs, transmission de la mémoire... mais le faisons-nous ? Si je me suis intéressée au passé et à la famille, c'est parce que ma mère m'a transmis, goutte à goutte, les souvenirs de son enfance, les histoires de famille qu'elle a vécues, celles qu'on lui a racontées. C'est tout ce qui pouvait nous être transmis. Les photos sont rares, les objets encore plus, éparpillés par les cousins, détruits par les conjoints... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 avril 2017

Même les juges peuvent se tromper

J'ai l'habitude des erreurs des curés dans les actes de baptême. Au lieu des nom et prénom de la mère, ils indiquent ceux de la grand-mère. Cela peut s'expliquer. Les mères n'ont pas le droit d'assister au baptême, puisqu'elles sont toujours impures après la naissance. Elles doivent attendre les relevailles pour pouvoir de nouveau entrer dans l'église. Cette quarantaine durait effectivement quarante jours après la naissance d'un garçon, et quatre-vingt après la naissance d'une fille !!! Pourquoi les curés se trompaient-ils ?... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 avril 2017

Attention aux femmes

Lorsqu'une guerre éclate, la dernière personne à laquelle on pense, c'est la femme. Et pourtant !! Une fois les hommes partis, elle reste seule avec la charge de travail, les enfants, la peur et l'attente. On ne leur demande pas leur avis. Elles n'ont pas leur mot à dire. Elles ne sont même pas majeures aux yeux de la loi. Certaines ont voulu changer la donne, à Lyon, en août 1870. Quarante à cinquante femmes de soldats rappelés pénètrent avec leur mari, dans l'intérieur de la gare, au départ de la réserve, à Tarare. Elles veulent... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :