15 juillet 2016

Un acte de courage

Louis Denis Porcheron est gendarme à la brigade à pied de Blois. Le 15 juin 1845, quatre heures du soir, Louis Denis, en service et en uniforme, se trouve à Blois, sur la route royale de Paris à Bordeaux, en face de l’hôtel dieu avec son collègue, Ernest Garreau. A ce moment-là, ils entendent crier « à l’eau, à l’eau, un enfant à l’eau ». Ils se précipitent du côté du ponton des bateaux à vapeurs d’où viennent les cris. La Loire est en crue, le courant rapide. Louis Denis aperçoit un enfant en train de couler entre le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 juillet 2016

Au lieu d'élection

Lorsque l'on farfouille dans les archives, on trouve des détails très intéressants mais parfois un peu hermétiques à expliquer. Le langage a changé, le vocabulaire a changé et l'évolution des deux nous donne des faux amis parfois perturbants. C'est le cas du lieu d'élection. Farfouillant les archives de la guerre, c'est souvent que l'on trouve la note "amputé au lieu d'élection" !!! Une fois éliminé le fait que l'amputation ait lieu dans un bureau de vote, cela laisse quand même perplexe. Hypothèse : le lieu d'élection est le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2016

Relevailles rapides

Le 6 janvier 1815, à trois heures du matin, Jean-Baptiste David, maire de la commune de Lisle, est déjà à la mairie. Il y reçoit Joseph Bouvet et sa femme, Anne Haudoin. L'heure plus que matinale peut surprendre, mais ce qui est encore plus étonnant, c'est que le couple amène à la mairie deux enfants, Joseph et Louise, tout juste nés. Le maire ne dresse qu'un seul acte de naissance pour les jumeaux mais il y a bien quatre témoins. Ils décèdent quatre jours plus tard, et leur père va seul cette fois, en faire la déclaration. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juillet 2016

Un long martyr de souffrances

Marie Anne Julie Baschet est célibataire. Elle est la fille de Jacques Joseph Baschet et Marie Anne Victoire Roger. Elle vit à Blois, rue Chemonton, lorsqu'elle décède chez elle, à quarante-et-un ans. Ce sont ses frères qui déclarent son décès le jour même, 19 octobre 1844, six heures plus tard. Le premier, Louis Sébastien, est vicaire de Saint Nicolas, le second, Etienne Paulin, est médecin. Quoi d'exceptionnel dans cet acte ? L'inscription sur sa tombe. Elle a d'abord été inhumée dans le cimetière de la butte des capucins. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? le décès perdu

Attaquons-nous cette fois, à un problème récurrent dans les demandes de recherches : le décès impossible à trouver aux XIXe et XXe siècles. Le client nous indique généralement qu'il a cherché partout............. mais uniquement dans l'état civil puisque c'est LE document qui lui est le plus accessible. Mais il a cherché pendant des heures et des heures ? Et vous, savez-vous où chercher ? Quel est le type de documents qui peut vous permettre de trouver rapidement la réponse  ? En existe-t-il un seul ou plusieurs ? ... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2016

Tomber du mal de l'épilepsie

Pierre Venier a quarante-deux ans, c'est un ancien roulier............. bien jeune pour ne plus exercer son métier en 1714, sauf que Pierre est épileptique. On le retrouve noyé près du gué du Loir, sur le territoire de la paroisse de Mazangé, le 25 mai 1714, au bout de la fosse Marion. C'est sa femme, Françoise Guinard, qui indique au curé que son mari "tombait du mal de l'épilepsie".
Posté par plumesquale à 05:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? suite

Si nous testions vos connaissances………………aujourd'hui, la grande guerre. Savez-vous où chercher dans les archives départementales pour répondre à ces questions ? Attention, il n’y aura pas de réponse ici. Avec le centenaire de la grande guerre, la grande majorité des archives départementales a mis en ligne les registres matricules pour que les généalogistes puissent « rendre hommage » à leurs poilus morts pour la France ou ayant combattu durant ce conflit. A cela s’ajoute « mémoire des hommes » et ses... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
04 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? suite

A chaque émission qui passe à la télé sur la généalogie suit son lot de coups de téléphone de la part de ceux que l'émission a fait rêver et qui veulent devenir généalogistes professionnels. Je passe rapidement sur ceux qui n'ont jamais fait de généalogie et qui s'imaginent qu'il suffit d'être derrière son ordinateur, appuyer sur quelques boutons et hop !!! la généalogie sort toute prête toute chaude de l'imprimante sans autre travail à fournir. Certains clients le croient aussi !!! Ils sont toujours étonnés lorsque je leur... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? suite

Les outils imparfaits, quel sujet de prise de tête !!!! Il me vient grâce à 1J1P et son tour de France 2016 de l'indexation des fiches de mémoire des hommes. Il existe deux sortes d'outils imparfaits : les outils produits par les généanautes (généalogistes publiant sur internet leurs généalogies ou leurs dépouillements) et les outils produits par les archives issus du "recopiage". Dans le premier cas, inutile de vous en faire une vaste démonstration, car je pense que beaucoup d'entre vous y ont eu affaire. Il s'agit de ces... [Lire la suite]
02 juillet 2016

Les départs en vacances - nostalgie

Nous sommes le premier samedi de juillet, c'est le départ en vacances des juilletistes et je m'étonne de trouver les routes vides. Tout le monde prend l'autoroute aujourd'hui et contourne les villes. Dans les années 70-80, les nationales étaient surchargées de voitures attelées à des caravanes ou des remorques ou avec des galeries de toit encombrées de bagages. Regarder ces embouteillages monstrueux traverser la ville dans la chaleur estivale faisait partie du cérémonial des vacances. Des grandes vacances. Petit quart d'heure... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,