28 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? une constante mutation

Je fais suite à un article paru dans la RFG sur l'indexation collaborative et l'inquiétude légitime des associations vis à vis de ce travail. Attention, cela ne veut pas dire que je suis contre l'indexation collaborative (j'en fais !!), juste que je comprends ces associations : pourquoi adhérer chez eux puisque tout est prémaché et gratuit en ligne? d'où une perte d'adhérents et donc une inquiétude sur la pérennité de leur activité. C'est bizarre non ? C'est la même chose qui est arrivé aux généalogistes professionnels et cela... [Lire la suite]

23 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? le produit

Si je vous parle cahier des charges, rentabilité, produit, coût de revient ............. de quoi croyez-vous que je parle ? Mais de généalogie bien sur !!! Lorsque vous signez un devis pour refaire votre cuisine, vous savez exactement ce que vous allez avoir et pour quel prix. Il ne viendrait à l'idée de personne de signer un devis pour des travaux à la discrétion de l'artisan pour le choix des matériaux, de la couleur, de l'agencement ..................... et du prix. Alors si cela vous semble si évident pour ce cas, pourquoi... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? les projets

Toute l'année, au hasard des recherches, des idées viennent sur des choses à faire : de nouveaux produits à proposer, de nouvelles recherches à approfondir, un besoin de se former sur un sujet mal maîtrisé.... mais le travail fait que l'on n'a pas le temps de se poser et ces idées sont stockées dans un coin du cerveau. Et voilà l'été............ tout est plus calme, même nous. Le soleil est là (normalement) et ce bouillon de culture qui mijotait dans la tête va pouvoir s'exprimer. L'été, c'est le temps pour ça : ranger et trier... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? Internet

Pas besoin d'être un généalogiste professionnel pour comprendre l'importance d'internet dans le monde de la généalogie. Entre les bases de données en ligne, les archives en ligne et les généalogies en ligne, internet est un formidable outil que j'aurais aimé avoir à mes débuts. Mais comme dit dans un autre message, un outil imparfait qui demande vérifications systématiques avant de rédiger un dossier. Mais connaissez-vous bien les ressources en ligne ? Savez-vous vous servir correctement des moteurs de recherche ? Faites faire... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juillet 2016

Généalogiste professionnel, quelle formation ? la loi

Vous voulez être ou vous êtes déjà généalogiste professionnel mais respectez-vous la loi ? Je suis toujours effarée lorsque je me promène sur le net généalogique et que j'y vois toutes ses infractions à la loi. Volontaires ? ou non ? Lorsque je pointe du doigt ces infractions au hasard des conversations et des échanges, on me rembarre systématiquement avec cette phrase magique "tout le monde le fait" !!! lapidaire non ? Seulement voilà, lorsque vous devenez professionnel, vous ne pouvez plus user de cette phrase car c'est votre... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juillet 2016

Dès son bas âge

La plupart du temps, lorsque l'on tombe sur un idiot (dans les actes bien sûr !!), le mot est lapidaire : idiot, imbécile, crétin et c'est tout. Parfois, c'est un peu plus détaillé, comme pour le décès de Julien Tiger de la paroisse Saint Lubin de Landes. Il décède le 5 février 1848 à l'âge de vingt-trois ans, et il est bien indiqué qu'il était faible et imbécile d'esprit dès son bas âge.
Posté par plumesquale à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juillet 2016

Un acte de courage

Louis Denis Porcheron est gendarme à la brigade à pied de Blois. Le 15 juin 1845, quatre heures du soir, Louis Denis, en service et en uniforme, se trouve à Blois, sur la route royale de Paris à Bordeaux, en face de l’hôtel dieu avec son collègue, Ernest Garreau. A ce moment-là, ils entendent crier « à l’eau, à l’eau, un enfant à l’eau ». Ils se précipitent du côté du ponton des bateaux à vapeurs d’où viennent les cris. La Loire est en crue, le courant rapide. Louis Denis aperçoit un enfant en train de couler entre le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2016

Au lieu d'élection

Lorsque l'on farfouille dans les archives, on trouve des détails très intéressants mais parfois un peu hermétiques à expliquer. Le langage a changé, le vocabulaire a changé et l'évolution des deux nous donne des faux amis parfois perturbants. C'est le cas du lieu d'élection. Farfouillant les archives de la guerre, c'est souvent que l'on trouve la note "amputé au lieu d'élection" !!! Une fois éliminé le fait que l'amputation ait lieu dans un bureau de vote, cela laisse quand même perplexe. Hypothèse : le lieu d'élection est le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2016

Relevailles rapides

Le 6 janvier 1815, à trois heures du matin, Jean-Baptiste David, maire de la commune de Lisle, est déjà à la mairie. Il y reçoit Joseph Bouvet et sa femme, Anne Haudoin. L'heure plus que matinale peut surprendre, mais ce qui est encore plus étonnant, c'est que le couple amène à la mairie deux enfants, Joseph et Louise, tout juste nés. Le maire ne dresse qu'un seul acte de naissance pour les jumeaux mais il y a bien quatre témoins. Ils décèdent quatre jours plus tard, et leur père va seul cette fois, en faire la déclaration. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juillet 2016

Un long martyr de souffrances

Marie Anne Julie Baschet est célibataire. Elle est la fille de Jacques Joseph Baschet et Marie Anne Victoire Roger. Elle vit à Blois, rue Chemonton, lorsqu'elle décède chez elle, à quarante-et-un ans. Ce sont ses frères qui déclarent son décès le jour même, 19 octobre 1844, six heures plus tard. Le premier, Louis Sébastien, est vicaire de Saint Nicolas, le second, Etienne Paulin, est médecin. Quoi d'exceptionnel dans cet acte ? L'inscription sur sa tombe. Elle a d'abord été inhumée dans le cimetière de la butte des capucins. Mais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,