14 mai 2012

Attention aux idées préconçues

Je suis tombée sur le  parcours difficile durant la guerre de Crimée, d'un petit gars de la Corrèze, Antoine Perrier, soldat au 7e d'infanterie. Atteint du scorbut en décembre 1855, il est envoyé à l'ambulance de la 1ere division au 2e corps d'armée le 26 janvier 1856 (quand même près d'un mois après le diagnostic !!!). Pour cela, il est transporté dans un cacolet (c'est un panier à dossier, placé sur un mulet ou chameau et servant à transporter les malades ou les blessés), par un temps très froid, si froid que ses pieds ont... [Lire la suite]

04 mars 2012

Fête des grands-mères : mon numéro 87

Pour honorer les grands-mères, aujourd'hui, j'ai choisi ma grand-mère 87, au hasard, juste comme ça. Françoise Magdeleine Geffroy est née le mardi 6 mars 1753, à Tredarzec, dans les côtes d'Armor. Elle est la treizième enfant d'une fratrie de 16, mais aînée du second mariage de son père Louis Geffroy, avec Marie Trehan célébré le 15 mai de l'année précédant sa naissance à Minihy Treguier. En 1757 est créée la première société d'Agriculture de Bretagne. Pendant son enfance, c'est la guerre de 7 ans puis la guerre d'indépendance... [Lire la suite]
25 janvier 2012

Les enfants abandonnés

En effectuant un dépouillement systématique d'actes de décès, j'ai rencontré un très, trop grand nombre d'enfants en bas-âge issus des hospices et hôpitaux de Paris, Blois, Vendôme....... Et je rencontre une curieuse difficulté pour les enregistrer. S'agit-il de garçon ou de fille ? Non seulement, les officiers de l'état civil de leur lieu d'origine les ont affublés de nom et de prénom bizarres, mais en plus les officiers de l'état civil de leur lieu de décès s'obstinent à les nommer enfant sans leur donner de sexe. Ils sont... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2011

Déclarations en folie à l'asile d'aliénés

Lorsque Charles Marie Louis Delagrange, adjoint au maire de la mairie de Crouy sur Cosson, rédige l'acte de décès de sa concitoyenne, Henriette Sophie Communeau, il n'imaginait surement pas ce qui suivrait. L'asile d'aliénés où elle était internée et décédée avait bien déclaré son décès dans la ville de Blois et le maire de celle-ci avait, conformément à la loi, transmit son acte à son collègue de Crouy sur Cosson, dernier domicile connu d'Henriette Communeau veuve Badaire. Mais voilà, les employés de l'asile se sont trompés. C'est... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2010

Citations à l'ordre.......................

Je me penche sur le programme télé et, à part les cérémonies retransmises, rien sur 14/18. Pas de film, pas de reportage, rien............... et pourtant, ce ne sont pas les films qui manquent ni les reportages, sur ces années terribles !!!! Alors je veux leur rendre un hommage à ma manière............ avec un petit, très petit florilège des citations données à ceux qui y sont allés et dont certains n'en sont pas revenus. Isidore Alleron : Cité à l'ordre du régiment n°422 du 1er juin 1917 : "caporal d'une remarquable... [Lire la suite]
05 juin 2010

Nouvelle idée fixe

Le dépouillement de la guerre de 1870 débuté il y a maintenant 3 ans est pratiquement terminé. Reste plus qu'à analyser, contrôler, compléter......... enfin tout le reste quoi.Mais rester sans rien à dépouiller aux archives, pas question. Alors je me suis collé une nouvelle idée fixe. La guerre de Crimée.90 000 morts français, ce n'est pas rien quand même. Et l'entrée de la France (ou plutôt la réintroduction de la France) dans la cours des grands de l'Europe, la création des corps d'infirmières, l'arrivée d'une nouvelle manche... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 16:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


03 mars 2010

Enterré vivant ? jamais

Dans son testament, Louis Greffulhe marque bien une peur de son temps : être enterré vivant !!!! alors il l'écrit et il insiste, pour être sur que cela ne lui arrive pas :".........je veux que mon décès soit bien et dument constaté par des gens de l'art, que mon corps ne soit fermé que trois jours ou plus s'il est possible dans le cercueil qui me sera destiné, mais surtout, qu'avant d'être enterré, mon corps soit ouvert pour servir d'instruction sur le genre de maladie qui m'a conduit au tombeau et que ma tête soit séparée du... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2010

Un métier

Généalogiste professionnel est un métier.................. un vrai métier.Pourquoi cette phrase ? parce que j'en ai marre de recevoir des coups de téléphone de personnes qui souhaitent devenir généalogiste professionnel comme ça, d'un claquement de doigts, sans jamais avoir mis les pieds dans un dépôt d'archives ni même avoir commencé leur généalogie !!!!!Alors quoi ? on s'installe généalogiste comme ça, du jour au lendemain, et après ? Ils imaginent quoi ?Ce que certains imaginent, je le sais pour les avoir entendu le dire : de vrais... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 février 2010

Prise de tête dans la Meuse

C'était pourtant au XIXe siècle, mais cela m'a bien pris la tête !!!! et pourtant, la solution était facile à trouver.......... sauf que parfois, à trop regarder un problème, on n'en voit plus que lui !!!!Reprenons : Jean Baptiste Picardel époux de Marie Anne Desétangs a une fille Thérèse Zéphir. Pas de problème.Je leur trouve deux autres filles, Marie Anne (par la naissance de son enfant naturel sur l'acte duquel les grands-parents sont nommés) et Marie Joséphine par son acte de mariage.Je recherche les naissances des enfants pour... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

Lettre d'une mère bien ennuyée

Trouvé dans les archives en série R, la lettre d'une mère bien ennuyée. J'ai laissé volontairement l'orthographe d'origine. A lire avec le parler de l'époque dans la tête pour en savourer le ton.Mehers, le 24avril 1917Monsieur le préfetJe viens de recevoir une lettre de mon garçon prisonnier en Allemagne. Il me dit que sont colis a mis 47 jour a lui parvenir, mai pas comme le lui ai envoyer. On leur retire leur vive ses bien désolant, bien péner à lui envoyer maintant ceux que jai de parti. Il a lieu d'afaiblir, on achete les vivre... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]