04 juillet 2017

Les Toussaint de Bicqueley

Dans le cadre de l'indexation des morts pour la France  de Mémoire des Hommes le long du parcours du Tour de France, j'ai choisi d'indexer la commune de Bicqueley, en Meurthe-et-Moselle. Sur les vingt-huit morts du livre d'or de la commune, quinze étaient déjà indexés, ce qui m'a grandement facilité l'étape. Arrivée à la fin du livre d'or, il y a sept Toussaint. Une vrai hécatombe de Toussaint !!! Un quart des morts pour la France de la commune, sont des Toussaint. Cela fait beaucoup. Je me suis alors demandée combien étaient... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2017

Légitimation compliquée pour une fin tragique

Alcide Lambert est un "mort pour la France" de la première guerre mondiale. Il a sa fiche MPF sur le site mémoire des hommes, une fiche avec deux erreurs, comme cela arrive malheureusement. Il est indiqué né le 15 juin 1896 à Saint Gervais, alors qu'il est né le 15 janvier 1896 à la Ferté Beauharnais. La personne qui a indexé sa fiche n'a malheureusement pas comparé celle-ci avec le feuillet matricule. Il aurait vu les erreurs. La chose est maintenant signalée au webmaster. Mais ce n'est pas pour cela que j'écris cet article. J'ai... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2017

Oublié par l'armée

Lorsque le décret de mobilisation général paraît, les hommes concernés ont également reçu leur avis de mobilisation. C'est le cas d'Henri Albert Guérin. Il est de Vouzon, né à Vouzon, marié à Vouzon, vivant à Vouzon, de la classe 1888. Dès la mobilisation, il est appelé sous les drapeaux et affecté à la surveillance des voies ferrées............... à Vouzon. Le 2 août 1914, alors qu'il est de garde sur la ligne Paris-Toulouse, Henri est écrasé par un train, au lieu-dit le Boulay. Mort à la guerre sans être parti de chez lui le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 février 2017

Femmes sous tutelle

Les femmes n'ont pas toujours eu la vie facile, face à l'administration. Elles ont dû attendre 1944 pour avoir le droit de vote et être éligibles, 1965 pour travailler ou ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de leur mari ou de leur père. Alors imaginez durant la première guerre mondiale. Ces femmes ont dû remplacer les hommes pour toutes les taches du quotidien mais dès qu'il s'agissait de finance ou de décision notariale, elles étaient coincées. Sans l'accord du mari, il fallait en passer par la justice. C'est le cas... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 janvier 2017

Geneathème de janvier - paléographie, mon amour

Un thème à la fois très simple et très compliqué !! simple parce que la paléographie, nous en faisons tous les jours (même sur nous-même quand il s'agit de relire nos notes) et très compliqué parce qu'il faut choisir. Et choisir quoi ? La plus belle écriture, la plus moche, le papier le plus "destroy" ou le mieux conservé, le plus ancien ou ..... Après un léger remue-méninge (on est dimanche, faut pas pousser quand même !!!) j'ai choisi de choisir dans le plus émouvant et quoi de plus émouvant qu'une lettre écrite par quelqu'un,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 janvier 2017

Défi Le Havre - 500 ans

Cette année, la ville du Havre fête les 500 ans de son existence, bien chahutée durant la dernière guerre. Mon humble participation à l'évènement, c'est l'indexation des 6 ou 7 000 morts pour la France du livre d'or du Havre, sur le site mémoire des hommes. Évidemment, je n'aurais pas d'autres activité, ce serait faisable dans l'année mais là, ce n'est pas la cas !!! Heureusement, par-ci, par-là, certains ont été indexé par d'autres volontaires, mais il en reste encore beaucoup. Si quelques bonnes âmes originaires du Havre veulent... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 janvier 2017

Jugement déclaratif de décès - Jules Mathiot

En ces temps de commémoration de la grande guerre, on parle beaucoup de jugement déclaratif de décès pour les soldats disparus au combat et dont les corps n'ont pas toujours été trouvé ou bien l'ont été trop tard pour un acte d'état civil normal. Mais qu'y a-t-il dans ces jugements déclaratifs de décès ? Je vais prendre l'exemple de Jules Edmond Mathiot, né à Paris 6e le 11 novembre 1898 (il aurait au vingt ans le jour de l'armistice, s'il avait vécu !!!) et porté disparu le 6 septembre 1918, dans la Marne. Bien qu'il soit né à... [Lire la suite]
09 janvier 2017

Disparu, mort et vivant

Pour les 500 ans de la ville du Havre, j'ai décidé, à ma manière, de rendre hommage à la ville de mes ancêtres en indexant les "morts pour la France" du livre d'or de la première guerre mondiale. Et je commence par la lettre A (logique) et là, je tombe sur un soldat inscrit sur le livre d'or et dont le nom est rayé avec la mention "militaire vivant". Forcément, la curiosité m'oblige à aller voir pourquoi ce brave soldat a été déclaré "mort pour la France" avant de ressusciter. Qui n'a pas été traîner ses yeux dans les feuillets... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 05:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 novembre 2016

Une simple erreur de date

Le 20 octobre 1921, le tribunal déclare que Aimé Léopold Charbonnier, soldat au 369e régiment d'infanterie est décédé le 20 août 1918 et ce jugement, tenant lieu d'acte de décès, est retranscrit dans les registres de l'état civil de la commune de Thésée. Pourquoi ce jugement ? Parce qu'Aimé Léopold Charbonnier était porté disparu et que son décès n'a pu être enregistré dans les délais. Sauf que........... la date du 20 août 1918 est en réalité la date du procès verbal constatant l'inhumation d'Aimé Léopold et non celle de sa mort... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 novembre 2016

quinze jours de trop

Marie Louise Léonide Labbé est journalière à Paris. Elle  a engagé une procédure de divorce contre son mari, Moïse Ismaël Auguste Chalon. Ils sont mariés depuis le 17 août 1907 à Blois mais rien ne va plus alors Marie Louise demande le divorce qui est prononcé par défaut, le 20 juin 1917 à son profit. Sauf que................... c'est la guerre et Moïse Ismaël est parti à la guerre donc forcément, il ne fait pas appel de la décision et le 14 août 1918 le jugement devient définitif, et est transcrit en marge de l'acte de... [Lire la suite]