23 octobre 2017

Ceux qui restent - première partie

P’tit Louis est content. C’est samedi, et pas n’importe quel samedi ; le 19 avril 1913. Il est sept heures du matin. Il fait un temps magnifique…… enfin, il va faire un temps magnifique, parce que pour l’instant, fait frisquet !!! P’tit Louis est sur le parvis de l’église de sa commune. Il attend les autres. Il a mis ses beaux habits, ceux des dimanches et des cérémonies. Son père lui a ciré les chaussures (enfin, il a craché dessus avant de frotter), et sa mère a mis les fers au feu pour que sa chemise soit impeccable. Le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2017

La mort de Voltaire

Le 25 septembre 1915, le 6e régiment d'infanterie colonial passe à l'attaque. Il doit arriver à s'emparer de la tranchée de Lübeck et des Vandales, à l'ouest de la ferme Navarin. Le front d'attaque s'étend du boyau 9 à la route de Souain (non comprise). Quatre vagues de soldats s'ébranlent avec un ensemble parfait, sans hésitation. A lire le journal de marche du régiment, tout semble facile, simple et fluide. A 9 heures 15, l'assaut commence et les deux premières lignes de tranchées allemandes sont franchies. Les bonds successifs à... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 octobre 2017

22 août 1914 Signeulx - Belgique

Les noms des rues de nos quartiers nous sont familiers, tellement familiers que nous ne nous arrêtons pas toujours dessus pour comprendre leur signification. J'habite le quartier des provinces, avec des rues et des impasses portant les noms des belles provinces de France. En bordure du quartier se trouve la gendarmerie, rue de Signeulx. Presque en face (à une vache près), se trouve la rue du 113e. Pourtant, il a fallu plus de quarante ans pour que je fasse le lien entre les deux. Il me suffisait pourtant de lire les plaques des rues,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 septembre 2017

Portés disparus

Étrange statut que celui de "porté disparu". Ni mort, ni vivant, un peu en suspend entre deux mondes. La guerre de 14-18 a porté au rang extrême cette appellation. Après chaque combat, chaque journée de guerre, l'officier tenant le journal du régiment indique les morts, les blessés et les portés disparus. Plus tard, une fois la Croix Rouge passée, certains vont quitter ce statut pour celui de "prisonnier de guerre". D'autres, une fois les corps relevés et identifiés, vont devenir des "Morts pour la France". Il va également y avoir... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 septembre 2017

Challenge Upro-G - enseignement - le livre d'or des instituteurs du Loir et Cher

Lorsque j'ai rédigé l'article sur Jules Coupin, tombé au champ d'honner, j'ai découvert l'existence du livre d'or des instituteurs du Loir-et-Cher.   Challenge AZ Généalogie - T comme Jules René Couppin, Tombé au champ d'honneur - Le blog d'une généalogisteJe connais surtout la série T pour les dossiers d'instituteurs. Cette fois, j'ai voulu mêler série T et 14-18 et j'ai trouvé Jules René Couppin à la cote TV1555 des archives départementales du Loir-et-Cher. Jules René Couppin naît le 26 juillet 1881 à Mulsans... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 août 2017

Une drôle d'histoire

Certains actes nous font voyager à travers le pays, le continent, voire même la planète. C'est le cas de la notoriété d'Albert Emile Gallin au tribunal de Romorantin, Loir-et-Cher. A priori, rien d'exotique dans le titre ni la cause. Albert veut se marier et ne peux pas fournir son acte de naissance, pour cause de guerre. Nous sommes le 4 mai 1918. Il faut dire qu'Albert Emile Gallin, est né à Berlin, Allemagne. Difficile en temps de guerre d'obtenir un acte de naissance allemand, pour se marier en France. Mais que vient donc... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2017

Les enfants de Marie

Lorsque je commence à travailler sur un document, je ne sais jamais où il va me conduire, vers quels méandres de l'histoire il va me promener. C'est le cas de l'acte de décès de Charles Louis Perrochon, au tribunal de Blois. Le 3 octobre 1916, le ministère de la guerre écrit au maire de Blois. Il a reçu un acte de décès du soldat Charles Louis Perrochon, du 168e régiment d'infanterie, décédé le 3 avril 1915 au Bois le Prêtre. Sur cet acte ne figure pas le dernier domicile connu de Charles Louis. L'enquête du ministère pour le... [Lire la suite]
15 août 2017

Ceux du 369e

Le journal de marche et des opérations du 369e régiment d'infanterie est plutôt du genre lapidaire. La note "sans changement" apparaît souvent. Et pourtant !! derrière ces deux mots, se cachent des morts, mais il y en a eu tellement !! Nous sommes le 6 juillet 1916, au Bois le Prêtre, de sinistre mémoire, sur la commune de Montauville, en Meurthe-et-Moselle. Dans la nuit du 5 au 6, une patrouille allemande s'est approchée des lignes françaises. Le vice Feld-Webel qui la commandait, muni de cisailles et d'un browning a sauté dans la... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 04:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 juillet 2017

La folie de Théophile

La grande guerre, comme toutes les guerres, a permis de faire évoluer la médecine. C'est sur les champs de bataille que les  découvertes médicales et chirurgicales les plus importantes ont été faites depuis ....... que l'homme fait la guerre. Chaque guerre permet aux services de santé des armées de s'améliorer, d'évoluer, pour que, ensuite, ces découvertes soient appliquées au monde civil. C'est bien le seul "avantage" que je vois aux guerres. Si je dois faire le bilan positif-négatif des conflits, je ne crois pas que ces... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 juillet 2017

Idiot or not Idiot

Lors de la première guerre mondiale, les pertes sont tellement énormes que, pour remplacer les soldats disparus, toutes les méthodes possibles sont utilisées. La première est tout simplement de vérifier si les réformés pour maladie grave, sont réellement malades. Le 16 avril 1917, le sous-préfet de Vendôme demande une vérification, par la gendarmerie, de l'état de santé de Kleber Laroche, exempté pour idiotisme. Le 21 avril, le brigadier Auguste Eugène Guillon et le gendarme à cheval Rémy Vidon, se rendent à Saint-Amand,... [Lire la suite]