17 avril 2016

Le diable aux trousses

Il y avait dans le 2e bataillon, 8e compagnie, des mobiles du Loir et Cher, un brave garçon à moitié idiot nommé Froger. Le capitaine de Maricourt avait tenté plusieurs fois de le faire réformer sans succès. Le pauvre Froger était incapable de rendre le moindre service. Il avait survécu jusqu'ici, à la guerre en restant sous la protection de François Grebonvald, maçon à Rocé de vingt et un ans. François était un excellent soldat, rendu célèbre par la longue pipe en terre, admirablement culottée qu'il portait... [Lire la suite]

10 avril 2016

A la poursuite du mort perdu

Les civils ont payé un lourd tribut dans les zones de combat, mais sans laisser de trace de leur calvaire. Après guerre, le maire de Troo indique bien que le 27 décembre 1870, soixante-dix de ses concitoyens ont été emmenés en otage et deux d'entre eux fusillés en chemin, mais pas de noms. Commence alors la recherche de ces deux morts dont aucune transcription n'existe dans les registres de la commune. Sauf que je n'ai pas le trajet suivi par les otages donc, étude des témoignages d'époque. Malheureusement, beaucoup de ses... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 09:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2016

François Alphonse Bastien, marchand de tabac, père, époux…………………..héros

    François Bastien est un « gros homme », je dirais même un homme costaud, capable de prendre dans ses bras un homme adulte et de le porter comme on porte un enfant. Il a été zouave, et maintenant, il est marchand de tabac, armurier et un peu épicier, à Janville. Si sa carrure et son langage montre un homme, si ce n’est grossier, du moins d’une étoffe brute, son cœur, son courage et sa grandeur d’âme en font l’homme le plus appréciable qui soit. Pour lui, la tête n’est rien moins qu’un porte-pipe et sa... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2016

Une jambe pour une tête

Une amputation de la jambe n'est jamais une chose facile.............. et cela l'était encore moins en 1870. Mais celle qu'a subi Adolphe Joseph Dhennin lui a coûté sa jambe droite mais a sauvé une tête. Le 18 août 1870, la bataille de Saint Privat débute, à 8 heures du matin et s'achève, après un sanglant corps à corps, à 22 heures, par une victoire prussienne. L'armée française a perdu 20 160 soldats : 5 237 tués, 14 430 blessés et 493 disparus. Adolphe Joseph Dhennin, soldat au 9e de ligne âgé de vingt-six ans, natif... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mars 2016

Les otages de Cormenon

L'armée prussienne, en pays conquis, imposait aux habitants des communes traversées le gîte et le couvert pour ses hommes. Au passage, des fermes, des granges brulaient, du bétail disparaissait. Et des hommes, des civils, étaient pris en otage. Leur sort variait : soit ils étaient simplement relâchés après quelques heures, soit ils partaient pour l'Allemagne, prisonniers otages, soit ils subissaient une sévère correction............. soit ils étaient exécutés. C'est le sort que subit Cormenon en Loir et Cher, comme d'autres... [Lire la suite]
14 mars 2008

Le coeur de son frère

Saint Jean Froidmentel, le 23 février 1871, deux hommes de la commune, Etienne Duru, meunier et Hippolyte Barreault, farinier, font à la mairie la déclaration suivante : le 16 novembre 1870, vers le soir, un franc-tireur de la Dordogne, âgé de 25 à 30 ans, a été tué, près de la Cabonnière, sur la commune de Morée, par une balle qui l'a frappée au coeur, tirée par les prussiens.Ses camarades l'ont porté jusqu'au champ, près du moulin de Vernouillet, où ils demeurent et l'y ont inhumé après que son frère lui ait fait extraire le cœur... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 19:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 mars 2008

Porté disparu

De nombreux soldats ont été portés disparus durant la guerre de 1870. Morts et enterrés sans nom. Il y a autant de soldats portés disparus qu'il y a de soldats inconnus inhumés dans les communes de France. Mais parfois, on retrouve certains portés disparus. Louis Paul Leroi, né à Mazangé le 14 janvier 1845, soldat au 73e régiment de ligne, a été engagé dans les premiers évènements de la campagne de France. Il est entré à l'ambulance de la première division du quatrième corps de l'armée du Rhin, le 16 août 1870. Et depuis,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 février 2008

4 000 français luttèrent contre 25 000 prussiens

Dans la commune d'Azé, dans le Loir et Cher, 45 soldats français ont été tués au combat.Le 31 décembre 1870, Bayol, un garde mobile du Lot et trois soldats qui ne purent être identifiés, ont été les premiers inhumés dans ce cimetière.Les nommés Pilot et Boule, victimes du même combat, ont été enterrés directement sur le champ de bataille, au hameau de la Papetière.Victime du même combat, le lieutenant Rohaut a été inhumé séparément, dans le cimetière, où sa famille lui a fait élever un monument funéraire.Le six janvier 1871, sur le... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 janvier 2008

Annulé car contraire à la vérité

Le 29 octobre 1870, l'acte de décès de Jean Gohier a été dressé, à la mairie de Vendôme, dans le Loir et Cher. Agé de 25 ans, il était garde mobile premier bataillon 3e compagnie des Mobiles de la Mayenne. Comme beaucoup de ses compagnons d'arme, il est venu dans le Loir et Cher combattre les Prussien et il y est décédé............................. quoique Le 23 février 1876, un jugement du tribunal sur requête, annule l'acte de décès !!!! Pourquoi ? Tout simplement parce que Jean Gohier n'est pas mort !!! Au lieu de sortir... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 18:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]