04 juin 2016

D comme Drapeau – le drapeau des mobiles de Vendôme

Les dames de Vendôme remettent aux mobiles Heron et Richard, un drapeau en soie richement brodé. Il n'est pas vraiment réglementaire, ressemblant plus à un jouet d'enfant qu'à une enseigne de guerre mais il va recevoir le baptême du sang et du feu. Richard en a la garde, et il le porte déployé à Coulmiers lorsqu'une balle le traverse, enlevant sans le blesser la patte rouge de son épaule. Lorsqu'il est déplacé à la 6e compagnie, il le confie à Armand Heron. Armand Edouard Gabriel Heron devient le porte-drapeau de la 8e compagnie, 2e... [Lire la suite]

03 juin 2016

C comme Coulmiers

Si la guerre de 1870 fut une succession d’échecs pour l’armée française, la bataille de Coulmiers (Loiret) sort du lot pour être l’une de nos rares mais plus importantes victoires de ce conflit. Le 9 novembre 1870, après sept heures de combat, l’ennemi bat en retraite sur Janville, Toury et Etampes. Les pertes françaises se montent à 923 tués et blessés alors que les pertes prussiennes sont de 1223 tués (69), blessés (533) et disparus (621). Les mobiles de la Sarthe ont à eux seuls 218 morts et blessés. Pendant la nuit, les... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juin 2016

B comme Bastonnade : la bastonnade d'Epuisay

Georges Gohier (Goyer) est le fils de Pierre Jean Gohier, notaire de Mondoubleau, et Marie Louise Landier. Il est élève au lycée de Vendôme sortant de rhétorique, à peine âgé de dix-sept ans (né le 13 avril 1853 à Savigny) lorsque la guerre est déclarée. Ayant rejoint les gardes mobilisés et les gardes nationaux pour la défense de sa ville, il est fait prisonnier, le 23 novembre, avec soixante-sept autres gardes et civils. Une partie des gardes a eu le temps de remettre des vêtements civils avant leur capture, ce qui, aux yeux... [Lire la suite]
01 juin 2016

A comme Amputation

L'ambulance numéro 7 est constituée de personnel médical et religieux avec à sa tête le docteur Després, chirurgien en chef. Elle comprend deux chirurgiens major, un aide-major, cinq chirurgiens sous-aide, un aumônier, un pasteur, trois comptables et trente infirmiers. Elle est financée par le comité de Bruxelles. Dès le 25 août, ils quittent Paris pour Metz mais ne l'atteignent pas. La route est coupée. Alors ils soignent à Montmédy, Daigny, Balan, Sedan. Ils obtiennent un laissé-passé pour Metz mais ne peuvent y entrer. A... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 mai 2016

La commune suite et fin..............

Le massacre des fédérés du Père-Lachaise signe la fin de la commune mais il y a encore des otages à libérer. Le 28 mai, la prise de la barricade de la rue Haxo fait 2 000 prisonniers et celle de la Roquette permet de libérer 169 otages. 64 d'entre eux ont été fusillés l'avant-veille. Dans cette "guerre" de nombreux anonymes ont oeuvré pour venir en aide aux blessés, aux prisonniers. Je vais en citer une, Madame Coré, femme de l'ancien directeur de la prison de la Roquette, dont le mari a été arrêté dès le début de la commune. ... [Lire la suite]
27 mai 2016

Les blessés du 27 mai

Le 27 mai 1871, la guerre contre la Prusse est finie mais celle contre les français non............ c'est la commune de Paris et là, ce sont des français qui tirent sur des français. L'armée est aux premières lignes évidemment. Avoir survécu aux combats contre l'armée Allemande, au typhus des hôpitaux et ambulances et se retrouver face à des français qui vous tirent dessus comme si vous étiez l'ennemi.............. VOUS êtes l'ennemi, c'est une situation qui a du être bien difficile à vivre pour ces jeunes soldats. Cela aurait pu... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2016

La catastrophe de Critot

Les chemins de fer ont joué un rôle important mais totalement désorganisé durant la guerre de 1870 : transport de troupes et de ravitaillement, évacuation des blessés......... sans compter les gares transformées en ambulances. Évidemment, il y a eu des catastrophes ferroviaires avec son lot de morts et de blessés, mais la censure de l'époque rend difficile la recherche d'informations. Le 3 octobre 1870, La 8e compagnie du 20e bataillon de chasseurs à pied part rejoindre l'armée de la Loire par le chemin de fer. En gare de Critot,... [Lire la suite]
13 mai 2016

Un anglais au milieu du désastre de Sedan

La bataille de Sedan, c'est 120 000 français contre 190 000 Allemands, le 1er septembre 1870. Cette bataille n'est pas une bataille comme les autres car elle va provoquer un tournant important dans l'histoire de la France. Le 1er corps bavarois attaque le village de Bazeilles à quatre heures du matin et va s'y prendre à trois fois avant de réussir à l'enlever. La population y est massacrée sans pitié. Le maréchal de Mac Mahon est grièvement blessé à sept heures et le passage du commandement va bien être le reflet de l'époque :... [Lire la suite]
10 mai 2016

Etre médecin militaire.

Déjà, il faut être docteur puis subir une première épreuve sérieuse pour être admis comme élève militaire au Val-de-Grâce. Pendant une année, l'heureux gagnant est spécialement exercé à la pratique de la médecine et de la chirurgie et à la pratique des opérations. Puis il doit subir de nouvelles épreuves très sélectives. S'il les réussit, il est promu aide-major et donne un certain nombre d'années au service des corps de troupes ou des hôpitaux. Puis il devient médecin-major. Et troisième épreuve, qualifiée "d'épreuves... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 avril 2016

sinistres statistiques

Les guerres, c'est bien connu, font avancer la médecine. Sur le champ de bataille, pas de principe de précaution ni de test sur animaux, la matière est là, humaine et à volonté. La guerre de 1870 est un modèle du genre en ce qui concerne ce qu'il ne faut pas faire : pas de service médical sur le champ de bataille, des voitures qui véhiculent aussi bien les blessés, les varioliques, la nourriture et les couvertures (sans désinfection, bien sur), pas de repos salutaire pour les blessés qui sont transbahutés d'une ambulance à une... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,