22 juin 2016

S comme Sou des chaumières

Madame Thiers a été très active après la guerre de 1870. La femme du président de la République a créé une dotation pour les orphelines et mis en place une souscription appelée sou des chaumières. Cette dernière également appelée l’œuvre du sou des chaumières fait appel aux dons : « donnez un sou pour reconstruire une chaumière ». Les maisons qui en ont bénéficié se voyait et se voient encore dans certaines régions, à la plaque apposée sur chaque nouvelle construction. ... [Lire la suite]

21 juin 2016

R comme Représailles et Réquisitions - Saint Claude de Diray

Durant l’occupation, les troupes prussiennes montrent une sauvagerie et une avidité terrible pour les bourgs envahis. Les maisons sont pillées et incendiées dans le feu de l’action, si je puis dire. Les vaincus doivent courber l’échine, se taire et subir………………… et payer. Et tout est bon pour les faire payer, y compris les provocations et les traquenards. Le 13 décembre 1870, les soldats prussiens sont dans la commune de Saint Claude de Diray depuis plusieurs jours. Auguste Arquille, veuf de Marie Huveau, vigneron de soixante-dix... [Lire la suite]
20 juin 2016

Q comme Quartier - Felix Quartier

Felix Augustin Quartier est né à Saint Denis de l’Hôtel, dans le Loiret, le 21 mars 1847, fils de Marie Ambroise Henri Quartier et Anne Espérance Farnault. Il est vigneron à Checy lorsque le conseil de révision de sa classe le juge apte au service militaire le 22 juin 1868. Il sait lire et écrire, a les chevaux châtains et les yeux gris. Il mesure 1.62 m. Il part pour le 64e régiment d’infanterie, le 17 octobre 1868. Il est simple soldat puis passe caporal. Il est au service militaire lorsque la guerre commence. Le 18 août... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 juin 2016

P comme Prisonniers

La petite ville de Monthou-sur-Cher, 1231 habitants en 1866, a payé un lourd tribut à la guerre de 1870. Le premier à tomber au combat est François Etienne Papineau. Soldat au 95e de ligne depuis juillet 1868, il meurt le 12 octobre 1870 à l’ambulance de Raon l’Etape, dans les Vosges. Le 23 octobre, Silvain Désiré Serault, 2e régiment de marine, prisonnier, décède du typhus à la forteresse d’Ulm, en Allemagne. Le 9 novembre 1870, c’est le tour de Silvain Alphonse Ricois. Garde mobile, marié à Silvine Janvier, il décède dans ses... [Lire la suite]
17 juin 2016

O comme Orphelines - les orphelines de Verdes

Les prussiens, en territoire occupé et conquis, logent chez les habitants. A Verdes, dans le Loir et Cher, comme dans les autres communes, les soldats investissent les maisons et exigent de la population qu’elle les nourrisse. Le 21 décembre 1870, Constant Hippolyte Reneuve et sa femme, Constance Clément, vivent dans le bourg de Verdes avec leurs six filles, Philomène Alphéna, 15 ans, Elisabeth Onésime, 13 ans, Camille Aurélie Anna, 11 ans, Augustine Alphonsine Constance, 5 ans, Gabrielle Marguerite Rosalie, 2 ans et Germaine... [Lire la suite]
16 juin 2016

N comme le Nez de Lacroix

La plupart des capitaines de mobile sont d’anciens militaires, mariés et pères de famille. C’est le cas du capitaine Lacroix du 75e mobile. Aujourd’hui employé des postes, il a longtemps servi aux chasseurs d’Afrique. Mais la guerre est là et il est nommé capitaine à la 3e compagnie de la 2e légion des mobiles du Loir et Cher, la compagnie de Mer. Caractéristique particulière du capitaine Lacroix, son nez qu’il a plutôt long. Le 2 décembre 1870, la bataille de Loigny n’épargne pas sa compagnie et pour sa part, une balle lui... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 juin 2016

N comme Noël

Oui, même pendant la guerre, Noël est là……. Sans le père Noël, juste des soldats épuisés, meurtris dans leur corps et leur âme qui malgré tout veulent que ce jour soit différent. Les soldats du 75e mobile passent Noël 1870 en avant de Parigné-l’Evêque. Ils sont dans un bois de sapins près du château du Houx (cela ne s’invente pas un jour de Noël !!). L’état des hommes est lamentable. Ils manquent de tout : les vêtements sont en lambeaux, les souliers attachés avec des ficelles ou remplacés par des sabots. Malgré tout,... [Lire la suite]
Posté par plumesquale à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 juin 2016

M comme Moblot – les mobiles du Puy de Dôme

Pas facile de trouver des renseignements sur leur parcours durant la guerre. A part qu’ils font partie du 32e régiment de marche…………… jusqu’à ce que je trouve le capitaine Biélawski qui a écrit son histoire, l’histoire du bataillon de Riom du 32e régiment de mobile. La mobile du Puy de Dôme est partagée en cinq circonscriptions. Le bataillon d’Ambert est envoyé à Paris, celui de Thiers va en Afrique et les bataillons de Clermont, Issoire et Riom sont envoyés à l’armée de la Loire et forment le 32e régiment de mobile. Le régiment... [Lire la suite]
14 juin 2016

L comme Loigny

Le 14 août 1870, pour éviter de partir à la guerre, François Pernot de Gray, mécanicien, se fait remplacer, dans la garde mobile de Haute Saône, par Nicolas Philibert Bucy, journalier dans la même commune. Un acte authentique cèle le contrat. Il y est indiqué qu’en cas de décès de Nicolas Philibert Bucy sous les drapeaux, sur présentation de son acte de décès, ses héritiers toucheront 3 000 francs. Nicolas Philibert est né le 5 mars 1834 à Arc (Haute Saône) fils de Jean Baptiste Bucy et de Hyacinthe Lamarche. Il est marié avec... [Lire la suite]
13 juin 2016

K comme Klein

Charles, Jean Baptiste, Jean, Laurent et les autres ont deux points en commun. Ils ont le même nom de famille Klein et ils ont fait la guerre de 1870. Charles, 23 ans, natif de Berviller en Moselle est caporal au 14e de ligne. Jean Baptiste Henri Ferdinand, 28 ans, natif de Bruxelles en Belgique, est sergent au régiment étranger. Jean, 32 ans, natif de Forbach en Moselle, fait partie des éclaireurs de la Seine. Laurent 26 ans, natif de Neubois en Alsace, est soldat au 32e de ligne Philippe, 33 ans, natif du Havre en Seine... [Lire la suite]