calendrier-avent-4_12

Il faut attendre la fin du XVIe siècle, pour voir naître à Blois, une dynastie de Bourreaux : les Robert, exécuteurs de haute justice.

Le premier officiellement identifié est Blaise, fils de Laurent Robert et Jehanne Bachelot. Il naît dans la paroisse Saint Nicolas, baptisé le 8 mars 1595.

Blaise, marié à Jehanne Lafolle, est clairement indiqué exécuteur de la justice du comté de Blois. Il a au moins trois enfants, trois fils, Jehan, René et Blaise. Si je ne trouve aucune trace de René, que je suppose être mort en bas-âge, Jehan et Blaise vont exercer le même métier, que leur père, à sa suite.

Blaise, le père, vit à la Bretonnerie, sur la paroisse Saint-Nicolas, qui va être la paroisse de tous les exécuteurs de Blois.

Il décède le 12 juin 1649, à l’âge de cinquante-quatre ans et est inhumé dans l’église Saint-Nicolas. Sa femme décède sept ans plus tard. Elle aussi est inhumé dans l’église.

Ses deux fils, qui ont dû lui servir d’aide, dès leur adolescence, prennent la suite de Blaise, dans ses fonctions de bourreau, l’un après l’autre.

Le premier sera Jehan, baptisé le 3 septembre 1619. Il épouse, le 10 septembre 1646, Elisabeth Doisneau, dans la paroisse Saint-Solenne. Il sait signer, comme son père.

Jehan et sa femme vont avoir huit enfants, dont trois, au moins mourront en bas-âge. Blaise est le parrain de sa première petite-fille. Il ne verra pas naître ses deux derniers petits-enfants. Un petit garçon naît en 1656, juste après sa mort, auquel ses parents donnent le prénom de Blaise. Il sera le quatrième et dernier Robert bourreau de Blois.

Mais nous n’y sommes pas encore. Jehan décède le septembre 1665. Il est inhumé dans la nef de l’église Saint-Nicolas. Les enfants de Jehan sont trop jeunes pour lui succéder. Blaise n’a que neuf ans, et, même si je n’ai pas trouvé leur sépulture, je doute que ses frères aînés, Blaise et Nicolas, aient survécu à l’enfance. Sans autre trace de leur existence que leur baptême, je suppose que seuls deux enfants ont survécu à la fratrie : Blaise, né le 25 mars 1656 et Isabeth, le 16 juillet 1647.

La vacance de la fonction ne peut être longue, Louis Robert, frère de Jehan, fils de Blaise le 1er, oncle de Blaise, le 2nd , devient, après la mort de son frère, le troisième bourreau de la dynastie, mais pour peu de temps. Il décède le 26 octobre 1667.

Qui assure la succession ? Blaise, le petit-fils, n’a que onze ans. Rien ne l’indique, mais à son décès, le 18 mai 1679, à l’âge de vingt-trois ans, c’est bien lui qui tient la charge d’exécuteur, quatrième de la dynastie des Robert.

On ne vit pas vieux, chez les Robert. Blaise, décédé à vingt-trois ans, n’a pas eu le temps de se marier, ni d’avoir une descendance.

La charge est de nouveau vacante et il n’y a plus de fils. Elle sera donc reprise par le gendre, Nicolas Henault, époux depuis 7 novembre 1667, d’Isabeth Robert.

Il a probablement servi d’aide à son belle-oncle, avant de succéder à son beau-frère.

Si la dynastie des Robert continue, le nom lui-même ne franchit pas la barrière du XVIIe siècle et c’est un gendre qui va mettre en application, les sentences criminelles de la ville de Blois, à l’aube du XVIIIe siècle.