Cabinet_of_Curiosities_1690s_Domenico_Remps

Après avoir lu l'excellent article sur les cabinets de curiosité, de Bizarreum, je me suis demandée à quoi pourrait ressembler un cabinet de curiosité d'un généalogiste.

 

Cabinet de curiosité #2 : Lois et astuces éthiques.

Partie 1 - Définitions et cadre juridique Partie 2 - Qu'est-ce que je peux mettre dans mon cabinet de curiosités ? A l'heure du retour des cabinets de curiosités qui abondent sur la toile depuis quelques années, j'ai au cours de mes recherches croisé des choses qui m'ont interpellées.

http://lebizarreumblog.wordpress.com

Alors reprenons point par point l'article cité et cherchons ce que nous pourrions mettre dans chacune des quatre catégories, je cite :

  • Les artificialia ou mirabilia, « choses étonnantes, admirables » regroupent les objets créés ou modifiés par l’Homme (antiquités, œuvres d’art, armes, monnaies, instruments de musique etc.)
  • Les naturalia rassemblent les animaux naturalisés, les insectes séchés, les squelettes, les carapaces, les coquillages, les herbiers, les fossiles, les minéraux et les « monstres » (tératologie)
  • Les exotica regroupent les plantes et animaux exotiques
  • Les scientifica regroupent les instruments scientifiques .

La première catégorie est la plus facile à remplir pour un généalogiste et devrait prendre pratiquement toute la place : photographies anciennes, actes anciens, livrets militaires, médailles, cartes postales anciennes, voire même vêtements anciens et vieilles dentelles, vieux bijoux, généralement issus des héritages familiaux. Mais si ces héritages manquent, il ne manque pas de sources pour en trouver : vides greniers, ventes aux enchères.

Après, à vous de voir l'orientation ou l'écclectisme que vous souhaiter donner à votre cabinet : familial, régional, décalé, etc.

Pour les trois autres catégories, c'est plus compliqué. En restant dans la légalité, je verrais bien des petites fioles ou des petits tubes à essai rempli de terre ou de sable des lieux d'origine de nos ancêtres (attention au sable et aux galets qui sont réglementés, car ils protègent les côtes et les plages) et pourquoi pas des herbiers des plantes locales, herbiers faits maison bien sur. Cela, c'est pour la partie naturalia.

Pour l'exotica, là, je sèche. A moins d'avoir un ancêtre originaire d'une autre contrée ou ayant navigué-visité un autre pays !! mais justement, mon grand-père a ramené de ses pérégrinations de marin en Amérique du Sud, des trucs que j'ai longtemps trouvé moche, en ailes de papillon. Je les trouve toujours moches, mais ils iront très bien dans l'exotica.

Pour le scientifica, je verrai bien des plumes : plumes d'oie, plumes sergent major, avec encrier d'époque et plumier. Je verrai bien aussi quelques vieux outils de mesure, des poids en fonte, et pourquoi pas des montres anciennes. Ce n'est peut-être pas totalement scientifique, mais c'est ce que j'ai trouvé de plus proche de la généalogie.

En fait, plus j'écris et plus il me vient d'idées sur le sujet.

L'article du Bizarreum nous parle aussi de fabrication maison, et là, j'ai des idées qui fourmillent dans ma tête, sauf qu'il faut être doué de ces mains pour cela : des maisons de poupée mais de style régionale : la maison normande, la maison bretonne, etc.. Et pourquoi ne pas habiller ses vieilles poupées Barbie avec des vêtements régionaux d'époque, faits mains.

En fait, le problème ne va pas être de trouver, mais de se limiter, si je ne veux pas transformer mon domiciile en cabinet de curiosité !!

Et le rapport à la loi ? Il n'y a que l'exotica et le naturalia à surveiller.

Non, il y a aussi la première catégorie : il est formellement interdit d'exposer des documents originaux appartenant au patrimoine national : je parle de minutes notariales, par exemple, que l'on trouve parfois en vente mais qui sont la propriété de l'Etat français. Mais il existe sufisamment de grosses pour contenter les généalogistes.

Alors, cela vous tente ? D'avoir un cabinet de curiosité généalogique chez vous ?