1J1AncetreCollateral

4 Juillet :

#1J1Ancetre

« #1J1Ancetre le mardi 4 juillet 1741, à Plouguiel, Côtes-d’Armor, décès d’Olivier Nicolas, 52 ans, époux de Jeanne Jesequel, mon sosa 332. »

Olivier Nicolas est marié depuis vingt-neuf ans avec Jeanne Jesequel (Jezequel), lorsqu’il décède, à l’âge de cinquante-deux ans. Il est inhumé dans l’église de Plouguiel, le lendemain de son décès, en présence de sa femme et de ses deux fils, Alain, vingt-et-un ans, et Bertrand, douze ans, mon sosa 166.

En cherchant une vue de l’église où repose (ou reposait, il n’y est probablement plus) mon ancêtre, je me suis rendu compte que l’église actuelle est moderne, construite au XIXe siècle. Elle a été construite sur l’ancien sanctuaire, datant du XVe siècle, et dont il ne reste que peu de choses : le porche sud et un enfeu de chevalier rapporté au XIVe siècle.

 

Plouguiel

 

 

#1J1Collateral

« #1J1Collatéral le mardi 4 juillet 1752, à Grainville-l’Alouette, Seine-Maritime, mariage de Marie Duchemin, fille de Noël Duchemin et Marie Belloncle, mes sosas 100 et 1001, avec Louis Beuriot. »

En cherchant pour le 1er juillet, Heredis m’a indiqué le mariage de Louis Beuriot avec Marie Duchemin. C’est Marie Duchemin, ma collatérale. Elle est la fille de Noël Duchemin (1000) et Marie Belloncle (1001).

Cela m’a permis de corriger deux erreurs sur ma généalogie.

La première, le lieu : j’ai Grainville-Ymauville comme lieu de mariage, sauf que la paroisse n’existait pas sous ce nom. Il s’agissait de deux paroisses : Grainville-l’Alouette et Ymauville. L’erreur est facile à rectifier en allant chercher l’acte. Je le trouve à Grainville-l’Alouette, 4 E 02348 – 1750-1760 page 9.

La deuxième erreur concerne la date du mariage, ou plutôt, le jour du mariage. J’ai 1er juillet 1752.

Le 1 est un peu bizarre, ce qui me fait tiquer mais un petit tour sur le net me dit que tout le monde a écrit « 1 » (y compris moi) sauf que…. Ce n’est pas « 1 » mais « 4 » qu’il faut lire. Il faut dire que ce « 4 » est très mal écrit et on s’y tromperait facilement ; et je m’y suis trompée jusqu’à aujourd’hui. Mais les « 1 » de ce curé sont toujours écrits de la même façon. Evidemment, une rature, un mauvais mouvement, sont toujours possibles.

 

4ou1

Une des règles de la généalogie est : « Il faut toujours lire l’acte en entier ». Et la réponse était là.

Premier indice : les bans ont été publiés les dimanches « chiffre bizarre », « 11 » et « 18 » juin. Après vérification sur les autres actes de mariage, il indique parfois « dimanches et jours de fête consécutifs ». Donc, là, de sept en sept, le premier chiffre doit correspondre à 4 qui est bien un dimanche.

Deuxième indice : les fiançailles ont été célébrées le 2 juillet. Pour les cérémonies, on ne met pas la charrue avant les bœufs, pas plus en Normandie qu’ailleurs donc, les fiançailles ont toujours lieu avant le mariage. Le mariage n’a pas pu être célébré le « 1 » puisque les fiançailles ont été célébrées le « 2 ». CQFD

J’aimerai que ce soit toujours aussi simple et évident !!