humeur

Billet d'humeur............. de mauvaise humeur.

Je ne suis pas contre le progrès, bien au contraire. Je suis la première à apprécier de travailler avec un ordinateur et non plus des blocs de papier, et je ne snobe pas les bases de données en ligne, qui me permettent d'aller rapidement là où je veux, quand c'est possible.

Mais lorsque les indexations des archives en ligne ont été mises en oeuvre, j'ai rechigné. Cela ne me semblait pas très utile, du moins sur ce qui allait être indexé. Autant l'indexation de certains types de documents est utile, autant l'indexation d'autres me semblait futile.

Exemple ? Indexer l'état civil me semble inutile, à partir du moment où les bases de données existent. Indexer les registres matricules me semble également inutile, puisqu'il existe les tables alphabétiques.

Par contre, indexer des documents comme le contrôle des actes des notaires, éventuellement les recensements, peuvent être utiles. Quoique, pour les recensements, je n'en vois l'utilité que pour les grandes villes. Un recensement d'une vingtaine de pages, ce n'est pas le bout du monde à consulter.

C'était mon opinion et juste mon opinion. J'aime bien farfouiller dans les archives, lire tous les actes d'une année d'une commune, compulser tout un recensement. Cela permet d'avoir une autre vision des choses. Alors que si je me contente de taper un nom et hop, d'ouvrir la page correspondante, je n'ai qu'une vision réductrice du passé.

Lorsque les pages d'actes d'état civil et de registres paroissiaux ont commencées à être parsemées de ces petits rectangles agaçants de l'indexation, cela m'a conforté dans mon opinion. Mais ce n'était pas bien grave, juste un peu irritant.

Et là, je viens de me heurter à deux reprises, sur des dépôts d'archives différents, au même problème, sur des registres matricules. L'indexation a retiré l'accès aux registres en ligne. Vous ne pouvez accéder au document qu'en tapant un nom de famille. Et si le nom n'y est pas, vous ne pouvez pas vérifier en consultant la table alphabétique.

J'ai l'impression d'halluciner. Non seulement je me retrouve prise en otage d'une indexation mais je ne peux pas vérifier s'il y a une erreur de ladite indexation, si la personne que je cherche est manquante ou même si le registre qui le concerne est manquant.

J'ai eu beau regarder sur le site, chercher des liens, rien à faire, les registres ne sont accessibles qu'avec un nom et cela ne vous ouvre que la page de ce nom.

Inutile de vous dire qu'il n'est plus possible, dans ce cas-là, de feuilleter un registre matricule pour y rechercher quelque chose de différent. Vous voulez les blessés du Bois-le-Prêtre de la classe 1910 de votre département ? Bon courage !!!

Il va falloir se rendre aux archives............. mais comme le document est numérisé, vous risquez de vous retrouver avec le même problème sur place, sauf à parlementer avec le président de salle.

J'ai l'impression que cela va faire des générations futures de généalogistes lobotomisés presse bouton.

Quid des mauvaises indexations (et il y en a !!), des noms aux orthographes fluctuantes, de l'environnement sociale et familial ? Et tout simplement qu'en sera-t-il de la curiosité naturelle du chercheur en archives, chasseur d'Histoire et d'histoires ?

Est-ce que ce sera cela l'avenir ? Une généalogie fast-food pour généalogistes lobotomisés ?

Qu'il y ait une indexation, ok, mais qu'on nous laisse le choix de l'utiliser ou pas.