Aujourd'hui, les américains et les français commémorent les combats du Bois Belleau, dans l'Aisne, qui ont eu lieu du 1 au 26 juin 1918. Ces combats qui détruisirent, entre autre, le château de Belleau, valurent à la ville, la croix de guerre. 

Belleau

La bataille du bois Belleau est encore considérée aujourd'hui comme le premier engagement majeur et l'événement fondateur de la réputation des Marines. Ceux-ci envoient chaque année une délégation pour le Memorial Day et pour la célébration du 4 juillet. 

 

Le centenaire de la bataille de Bois Belleau... - Antequam... la généalogie !

La volonté des Américains était de rester neutres dans cette guerre européenne... Mais, en 1917, il devint impossible, pour le Président WILSON, d'accepter les continuelles attaques allemandes sur les navires de commerce américains. C'est ainsi, que les Etats-Unis entrent dans ce terrible conflit !

http://antequam.canalblog.com

 

Mais il n'y avait pas que les américains là-bas.

Ne pouvant accéder au site de Mémoire des Hommes, je me fie aux données de Memorialgenweb.


Le site m'indique que soixante-sept soldats français sont Morts pour la France, en juin 1918 à Belleau.

J'aimerais parler de tous, je me contenterai d'un : Louis Felix Auffrays.

Louis Felix Auffrays est un grand gaillard d' 1.79 m, aux yeux gris, natif de Grand-Auverné, en Loire-Atlantique. Il y est cultivateur.

De la classe 1909, il part au service militaire le 5 octobre 1910, pour le 93e régiment d'infanterie. Arrivé soldat de 2e classe, il quitte le régiment comme conducteur, le 20 juin 1912, avec un certificat de bonne conduite.

Il ne reste pas longtemps au pays. Rappelé à l'activité par le décret de mobilisation générale du 1er août 1914, arrivé le 4, il combat jusqu'au 15 décembre 1915. A cette date, la commission de réforme de Montauban le classe réformé n°2 pour bacillose. Soigné, la commission de Nantes du 16 mars 1916, le renvoie au front.

Il est cette fois, affecté au 137e régiment d'infanterie. Il passe ensuite au 99e régiment d'infanterie, le 17 mai de la même année, où il se fait une entorse tibia-tarsienne gauche avec arrachement des ligaments, le 4 juin à Culay. Il passe ensuite au 152e régiment d'infanterie, le 2 novembre.

Il est toujours affecté à ce régiment lorsque les combats de Belleau débutent. Il tombe le premier jour, le 2 juin 1918. Il est décédé un mois avant d'atteindre vingt-huit ans.

Si j'en crois son acte de naissance, il était toujours célibataire. Son nom a rejoint sur le monument aux Morts, les noms des cinquante-sept autres habitants de Grand-Auverné, dont le maire, tombés durant la grande guerre.