24 novembre 2017

Le wagon 183106 en provenance de Marseille

Imaginaient-ils, lorsqu’ils ont rejoint leurs régiments, que la guerre les mènerait si loin de leurs familles, vers des pays inconnus dont ils ne maîtrisaient ni la langue, ni les coutumes ? Les poilus de l’armée d’Orient ont vécu la guerre en terre étrangère (la Belgique, ce n’est pas vraiment une terre étrangère pour un français) et beaucoup y sont morts et enterrés, comme dans la nécropole de Zeitenlick. https://gr.ambafrance.org/Liste-des-soldats-francais-inhumes-dans-la-necropole-de-Zeitenlick Malgré la distance, certains... [Lire la suite]