Voilà Jeanne Marie qui se retrouve seule avec un bébé à élever. Elle va rester seule jusqu'au 20 juillet 1909, date à laquelle elle épouse Joseph Closier, à Pleboulle. Il a trente ans, elle en a vingt-cinq.

Il est de Pleboulle, mais aussi de la famille de Jean Marie Germain. Sa grand-mère est une Charlot. Ils sont cousins issus de germain. Le père, Jules Auguste, est journalier. Avec sa femme, Elisabeth Sicot, ils vont avoir cinq enfants. Elisabeth décède la première, le 3 décembre 1896. Joseph a dix-sept ans. Le père meurt le 29 juin 1899.

Joseph Marie Jules se retrouve aîné d'orphelins. En 1906, il travaille comme domestique chez Jacques Outy, à peine plus âgé que lui. Son frère Emile, dix ans, et sa soeur, Emilie, vingt-quatre ans, vivent au même endroit. Emile, c'est le petit dernier. Il a dix-sept ans de moins que l'aîné, douze de moins que Louis, qui le précède. Cette charge familiale le dispense du service militaire complet. Il ne fait qu'un an.

Il épouse Jeanne Marie, et ils ont une fille, Maria Joseph, le 11 avril 1910. Joseph n'est pas marin. Pas de risque de naufrage. Il est cultivateur. La terre, c'est sur, c'est moins dangereux.

Sauf que........... le 2 août 1914, c'est la mobilisation générale. C'est la guerre. Joseph part le 7 août 1914 et intègre le 164e régiment d'infanterie. Jeanne Marie se retrouve de nouveau seule, avec deux enfants, de huit et quatre ans.

Ont-ils échangé de nombreuses lettres ? Ou quelques cartes postales ? Joseph va faire toute la guerre.

Comme son premier mari qui a survécu au naufrage, aux jours d'errance en pleine mer, pour mourir, alors qu'il était sauvé, Joseph va faire toute la guerre, pour mourir dans les derniers jours, le 28 septembre 1918. Il est tué au combat de la ferme Colombe, dans l'Aisne. Enfin, plutôt porté disparu, car il faut un jugement, le 26 juillet 1921, pour que sa mort soit effective.

vailly-sur-aisne

Comme pour son premier mari, enseveli en mer au large des Açores, Jeanne Marie saura où est le corps de Joseph, mais il ne lui sera pas rendu. Joseph est d'abord inhumé à Jouy. Son corps est ensuite transféré au cimetière de Vailly sur Aisne, le 7 juillet 1920.

La mer lui a pris son premier mari, la France lui prend le second. Son nom est gravé au côté des autres morts pour la France, sur le monument de Pleboulle.

Jeanne Marie va se marier une troisième et dernière fois, le 28 avril 1921, soit trois mois avant le jugement de décès de son second mari. Elle épouse Alfred Pierre, un terrien. Il est de l'âge de son premier mari. La guerre, il l'a faite du 6 août 1915 au 8 mars 1919, à l'intérieur.

J'ignore la date de décès de Jeanne Marie. Probablement avant 1945. Par contre, Alfred est décédé en 1955. Celui-là, ne la laissera pas avec des enfants en bas-âge à élever. J'espère même qu'ils reposent ensemble au cimetière.

Je sais depuis longtemps que la vie n'est pas un long fleuve tranquille, mais la vie de Jeanne Marie, la petite bretonne orpheline, ressemble plus à la mer, imprévisible et souvent cruelle qu'à un fleuve.

C'était la vie de Jeanne Marie, à travers les actes accessibles en ligne.