Aujourd'hui, c'est la journée mondiale du blog.

Blog2017

Question : Qu'est-ce qu'un blog ?

Suivant la définition de wikipedia : "Un blog, anglicisme pouvant être francisé en blogue et parfois appelé cybercarnet ou bloc-notes, est un type de site web – ou une partie d'un site web – utilisé pour la publication périodique et régulière d'articles personnels, généralement succincts, rendant compte d'une actualité autour d'un sujet donné ou d'une profession. À la manière d'un journal intime, ces articles ou « billets » sont typiquement datés, signés et se succèdent dans un ordre antéchronologique, c'est-à-dire du plus récent au plus ancien."

Question suivante : Pourquoi tenir un blog ?

Je n'ai pas la présomption de penser à la place des autres. La réponse qui suit ne concerne que mon blog.

Un généalogiste est un solitaire qui aime partager ses découvertes. Depuis le temps que je farfouille dans les archives, je ne compte plus les documents un peu bizarres, les évènements particuliers, sur lesquels je me suis penchée, dans le silence des salles de lecture. Comment et avec qui partager ces découvertes ?

Sur les forums ? Ces "découvertes" se retrouveraient vite noyées dans des successions de "posts" plus ou moins généalogiques, plus ou moins polluant et pollués comme savent le faire les forumeurs.

Ajoutons à cela les commentaires plus ou moins, souvent plus que moins, erronés sur mon métier de généalogiste que j'ai pu entendre sur les salons, lire dans les forums.

Il me fallait une plateforme de communication qui me permette de m'exprimer sur les deux sujets, tout en restant maître du support et seul le blog pouvait me permettre d'y parvenir.

J'ai fait un petit tour sur "google", mon ami de toujours. J'ai recherché "créer son blog" et je suis tombée sur canalblog. La facilité du support m'a plu et le blog "genealogiepro" a été crée en quelques minutes. C'était trop trop facile !!!

Après, cela s'est un peu gâté. Comme le dit la définition, un blog, c'est une "publication périodique et régulière". Au début, je ne publiais que suivant l'inspiration, le temps libre, les coups de coeur ou de gueule.

Le premier article publié, le 30 janvier 2008, était un article de présentation. Il faut bien commencer par quelque chose, et il a été suivi le lendemain par une trouvaille sur la guerre de 1870. Tout un symbole pour moi qui cherche et farfouille depuis des années sur cette guerre si peu "archivée".

Les articles ont suivi, sans régularité. Je reconnais avoir même un peu oublié mon blog pendant des mois. En 2011, je n'ai posté qu'un seul article, pour toute l'année !!! Tout comme en 2014.

Pourquoi si peu d'articles ? Probablement par manque d'émulation. C'est le problème lorsque l'on est toujours seul à travailler. Si personne ne vient vous bousculer, vous vous retrouvez dans une routine lénifiante.

Et il y a eu le lettre d'Heredis et le 31 mai 2016. Ce jour-là, dans la lettre susdite, je découvre le ChallengeAZ Généalogie. Merci Sophie.

J'essayais de booster Antequam pour son blog et je me suis dit qu'un petit défi (petit !!! quelle illusion) serait une bonne idée.

Sitôt dit, sitôt fait, le lendemain nous commencions le challenge.

Depuis, ce sont greffés d'autres challenges (Upro-G, Généathèmes) et tous les jours, je rédige un article (avec quelques ratés cet été, canicule oblige).

Cela semble simple n'est-ce pas ? De décider que j'écrirai un article par jour et de le faire. Mais c'est tout sauf simple. Il faut trouver de la matière, il faut que cette matière m'inspire. Vous noterez qu'à aucun moment je ne parle de ceux qui me lisent.

Probablement parce que je n'écris pas pour eux. Comment le pourrais-je ? Je n'en connais qu'une infime partie.

J'écris pour moi, pourqu'il reste une trace de mes trouvailles d'archives ........... j'écris aussi pour ceux dont les documents parlent. Beaucoup sont morts sans descendance et personne ne les cherche. Je laisse ainsi une trace de leur vie. Pour les autres, j'espère qu'un jour, un de leur descendant lira ici leur histoire. C'est le désir caché de ce blog.

Alors, hormis les coups de coeur et les coups de gueule, les articles viennent toujours d'un document qui a titillé ma curiosité. Il ne reste plus qu'à rédiger. Là, les articles sont inégaux. Certains partent à la volée, construits en quelques minutes. D'autres nécessitent des recherches complémentaires.

L'article sur le petit Just a nécessité onze documents d'archives. Une folie pour un blog qui ne devrait contenir que des articles "succincts", mais comment ne pas aller au bout des choses !!

Le blog est devenu une nouvelle raison d'aller aux archives : trouver des articles à rédiger.

Et après ?

Le premier plaisir du blog, c'est d'avoir rédigé un article dont je suis satisfaite (jamais totalement, on peut toujours faire mieux !!).

Le second, c'est d'être lu et de voir que l'article a plu. Les "j'aime" semblent surfaits, et pourtant, ils sont un indice de satisfaction des lecteurs qui me rendent ridiculement contente, tout comme les statistiques de fréquentation.

Le troisième, c'est de voir mes lecteurs s'investire dans l'article. Certains partent en chasse pour répondre aux questions sans réponse, pour compléter le sujet. Un travail d'équipe rare en généalogie.

Le quatrième, c'est lorsqu'un descendant apprend quelque chose sur un de ses ancêtres, qu'il ignorait, et qu'il me contacte pour le dire, pour demander un complément d'information.

Quatre raisons de continuer.

Bien sur, ce n'est pas non plus le pays des bisounours. Tout n'est pas simple. Certains articles sont "insatisfaisants", certains commentaires sont agaçants voir polluants. Déontologiquement parlant, je ne les supprime pas, mais c'est agaçant de voir que certains se servent de vos écrits pour les détourner, leur faire dire le contraire, se servir de vous pour leurs propres objectifs. C'est le jeu ma pauvre Lucette, comme le dit la pub. C'est internet. Mais ce n'est qu'un épiphénomène comparé aux quatre raisons de continuer.

En conclusion, un blog est un formidable outil de communication qui a l'avantage de vous laisser la liberté de vous exprimer comme vous le souhaitez, sans autre limite que le respect de la loi.

Et pour une généalogiste bavarde adorant son métier..... c'est un super outil de partage.