En novembre 1843, un sujet très important mobilise l'opinion publique de Blois : où placer la statue de Denis Papin ? Le siècle bien entamé est celui de la vapeur. La Loire est parcourue par des bateaux menés par cette énergie. Les expropriations de terrains pour faire passer le chemin de fer vont bon train (sans jeu de mots) et la vapeur y est encore pour beaucoup.

La ville n'oublie pas que Denis Papin est fils d'une famille de notables de Blois (bien que né à Chitenay) et l'hôtel de Villebresme est fièrement appelé "maison de Denis Papin", bien que rien de prouve qu'il y ait vécu.

P1110639

 

La commission s'est réunie pour donne son avis sur l'emplacement à donner à la statue et, à la majorité de deux voix seulement (dix contre huit). Elle choisit de proposer au conseil municipal, de l'installer à la place de l'obélisque du pont.

IMG_4827

L'argument ne manque pas de poids : Denis Papin pourrait ainsi surveiller le cours de la Loire et des bateaux à vapeur. Sauf que, de l'avis des opposants, le temps que la statue soit érigée, la marine de Loire ne serait plus que l'ombre d'elle-même, remplacée par le chemin de fer. Il vaudrait mieux la placer à l'embarcadère du chemin de fer (ancien nom des gares). Et cet obélisque est un des rares monuments anciens de la ville. Il date de la construction du pont Jacques Gabriel, de 1716 à 1724. Il serait dommage de le faire disparaître, d'autant qu'il est surmonté d'une croix chère aux habitants de Blois, surtout ceux de Vienne.

Remarquez, cela n'aurait pas manqué de sel, si Denis Papin avait remplacé une croix catholique, sachant qu'il était protestant !!!

D'autres souhaiteraient que la statue soit mise au centre de la place de la préfecture. Il faut dire que le quartier est en plein essor de constructions : préfecture, palais de justice, halle aux grains !!! C'est de plus, le point le plus haut de la ville, et les esprits les plus imaginatifs aimeraient qu'une machine à Papin permette de puiser l'eau de la Loire pour l'amener si haut, à quarante mètres.

Au final, en 1862, de grands travaux, qualifiés d'Haussmannien, modifient la ville en ouvrant une rue dans l'axe du pont Jacques Gabriel et se prolongeant par un escalier monumental à l'emplacement de l'ancien église Saint Honoré. La statue sera placée là, dominant la ville, regardant au loin, vers la forêt.

IMG_2312

IMG_2303