Suite à l'article d'hier, je me suis penchée sur les lieux de culte de mes ancêtres, à commencer par les protestants. Ils étaient de Seine-Maritime.

Pour mes ancêtres les plus anciens, il ne reste plus rien. Les temples ont été détruits lors de la révocation de l'édit de Nantes.

Pour les plus récents, j'ai interrogé ma mémoire vivante, ma mère. Ma grand-mère paternelle, bretonne native de Plougasnou, était protestante. Elle emmenait mon père enfant, totalement athée, au temple, le dimanche.

Ils vivaient à Sanvic. Cela ne devait pas être très loin ...... et de fait, elle allait, suivant ma mère, à une petite annexe du quartier. Pour les grandes cérémonies, elle allait au temple du Havre.

Recherches faites sur internet (google est mon ami), j'ai retrouvé trace et histoire de cette annexe :

sanvic_baptiste

Et devinez quoi : il s'agit de l'ancienne chapelle militaire anglicane de l'armée britannique pendant la première guerre mondiale.

Elle était, à l'époque, dans le camp militaire anglais de la forêt de Montgeon. Après guerre, une protestante anglaise vivant au Havre, Melle Pedley, a fait démonter et remonter la chapelle pour l'installer à Sanvic, à l'angle des rues Maxime Gorki et Georges Maguin.

Le culte qui y était célébré était le culte de l’Église évangélique libre de Béthel. Dans les années 1960, cette Église s’est affiliée à la Mission Intérieure Baptiste et a été desservie par des pasteurs suédois. Puis en 2000 après le départ des derniers missionnaires suédois, elle a été rattachée à l’Église Baptiste de Rouelles. Le culte y a cessé en 2003. Elle a été vendue en 2007 par la Fédération Baptiste de France. (sources http://temples.free.fr).

Le temple principale, rue Anatole France, bâti en 1857, a souffert des bombardements. Il a été rebâti en 1953 dans le style Perret. Mon arrière-grand-mère est décédée en 1950, elle ne l'a pas vu reconstruit.

 

Le Temple Protestant - Rue Anatole France - Le Havre en photo

Le Havre est une singularité au coeur de la Normandie. Ville d'immigration, Le Havre, tout comme New-York doit son developpement et sa prospérité au multiples vagues d'immigration qui on fait cette ville et ce port depuis la fin du XVeme siècle.

http://lehavrephoto.canalblog.com

Cet article est pour mon arrière-grand-mère, Françoise Laizné, la bretonne du Havre. Elle est retournée dans le Finistère pour accoucher de ses deux premiers enfants, en 1898 et 1900. Elle a élevé mon père dans ses premières années, alors que ses parents étaient partis au Pays Basque. Les rares mots bretons qui me restent viennent d'elle (intraduisibles car déformés par les ans, je les soupçonne d'être des jurons !!!).

1945 Françoise Laizne

 

 

Enregistrer