On ne le dira jamais assez, la chasse peut être dangereuse pour le chasseur, et ce n'est pas Charles Bonneau qui me contredira.

Explosion-Image-by-US-Department-of-Defense

Il est onze heures et demie du matin, le 13 septembre 1913, au numéro 2 de la rue Augustin Thierry, à Blois, lorsqu'une explosion au gaz provoque un incendie dans l'appartement.

Visiblement agacé, ou envahi, par les punaises, Charles Bonneau a décidé ce jour-là, de prendre les choses en main et de partir en chasse. Il a mis de l'essence sur les plinthes et sur le papier. C'est le remède miracle contre ces petites bêtes. Mais, dans le même temps, il s'est mis à faire brûler du soufre sur son fourneau à gaz.

Il aurait mieux fait de s'abstenir !!! C'est l'explosion.

Le feu se propage au papier de la chambre à coucher, couvert d'essence. Charles intervient rapidement et éteint lui-même le feu sans avoir besoin de l'intervention des pompiers. Un chance. La cloison qui touche au fourneau à gaz s'est écrolée au moment de l'explosioin et un fauteuil, deux tapis, une table de nuit et de la literie ont brûlé.

Plus de peur que de mal cette fois !!! Mais on ne le dira jamais assez, certains produits sont à manipuler avec précaution.