France 1921

C'est vrai que nos ancêtres arrivent encore à nous étonner............... même ceux pour lesquels nous croyons tout savoir ou presque.

Je vous ai déjà parlé de Raoul, mon grand-père, grand navigateur ne pouvant se passer de la mer, même quelques jours et dont le métier était.... imprimeur, spécialisé dans les couleurs. Chaque fois qu'il était à terre et qu'il s'ennuyait (ce qui arrivait très vite), il allait travailler chez un imprimeur du Havre. Il était très demandé pour sa spécialité, surtout pour les affiches de cinéma.

Non, ce n'est pas de Raoul que je vais vous parler, mais de mon autre grand-père, Georges. Celui-là, je croyais tout savoir de lui.

Georges, c'est celui qui s'est fait virer de sa moto par un camion laitier, au petit matin et qui s'est réveillé à la morgue. Il en avait perdu une jambe et changé de métier pour devenir taxi. Des choses, il en a faites, le grand-père, de toutes sortes. Mais celle-là, je ne l'aurais pas imaginée......... Quoique, après réflexion, je me demandais comment il avait pu rencontrer ma grand-mère.

Je pause le décor : lui, famille catholique pratiquante de maçons et terrassiers et journaliers normande depuis X générations, elle famille protestante de marins bretons depuis X générations.

Pas la même ville, même si elles sont très proches, Le Havre et Saint-Romain-de-Colbosc. Pas le même milieu, pas les mêmes moeurs......

Sauf que le grand-père a toujours été un peu le mouton noir de la famille. Lorsqu'il se marie, il est boulanger. Puis il devient conducteur de travaux à Bidard (pas la porte à côté mais toute la famille a suivi la grand-tante Jeanne, qui a épousé un belge avec des sous qui s'est établi là-bas) avant de revenir au Havre (la grand-tante a divorcé) pour être surveillant aux pétroles, perdre sa jambe et devenir taxi. Tout cela, je le savais.

Et en me promenant sur le site d'Ellis Island, j'ai découvert que, pendant quatre ans, il a fait douze traversées Le Havre-New York, comme boulanger à bord des paquebots le France, le Roussillon et pour finir, le Lafayette.

Suppositions pour l'instant demandant à être vérifiées, mais un Georges Lescène, de 21 à 23 ans, boulanger... il n'y en a pas des tonnes. Tout correspond : l'âge, le métier, la période.

Si cela se vérifie, j'ai donc deux grands-pères qui ont fait la transat Le Havre-New-York, en même temps............. mais pas sur les mêmes bateaux.