Je me demande si, lorsqu'un reportage parait sur leur profession, les bouchers, maçons et autres professions, voient une recrudescence d'inscription aux formations, CAP et compagnie ?

Mais même là, tout le monde sait, en gros, ce que fait un boucher, un maçon ou autres professions bien connues du grand public.

Chaque fois qu'une émission parait sur la généalogie, la seule profession dont on parle, et je dis bien la SEULE, c'est la généalogie successorale. On ne parle jamais de la généalogie familiale.

Il nous arrive d'être contactés par la presse, pour des reportages ................ mais pas pour nous, pour que nous communiquions des noms et coordonnées de clients avec des histoires bien "juteuses". Évidemment, c'est non. Le secret professionnel a encore un sens à nos yeux (en tout cas aux miens !!!).

paul-de-launay-genealogiste-successoral_2910560

Donc, chaque reportage sur un professionnel de la généalogie met en scène un généalogiste successoral : costume-cravate, grosse voiture, et recherches faciles. Tout le côté glamour d'une profession qui en manque quand même cruellement dans la réalité. Il se présente aux archives et on lui donne tout ce qu'il veut. En quelques coups de téléphone, il obtient les noms et coordonnées des héritiers qui signent immédiatement son contrat de révélation.

Ensuite, on le voit en train de faire l'inventaire d'un maison, puis en salle des ventes et là, les chiffres s'envolent..... il passe au tiroir-caisse.

Facile non ? Un métier pas compliqué, qui rapporte beaucoup d'argents................ le rêve pour tout chômeur ou toute personne cherchant une reconversion.

Désolée mais, il faut quand même que je vous le dise : les reportages télés ne montrent que le côté glamour du boulot et pas tout le reste, parce que tout le reste ne tiendrait pas dans un reportage de quelques minutes.

C'est quoi le reste ? Les heures à compulser des registres sans résultat, des kilomètres de route avalés pour rien, des héritiers qui refusent de signer parce qu'ils sont persuadés qu'il vont trouver le notaire sans aide et sans rien débourser, ou qui mentent en espérant que les cousins n'auront rien, les concurrents qui arrivent avant vous et tous les frais engagés sur la trésorerie et qui ne seront pas tous remboursés car la succession n'est pas aussi grosse qu'espérée...... et j'en passe.

Pourquoi ce sujet ? Parce qu'à chaque émission, suit son lot de coups de téléphone au centre de formation :

Appelant - je veux devenir généalogiste professionnel

CLG - Ok, vous avez déjà fait de la généalogie ?

Appelant - non, pourquoi ? vous allez me former.

CLG - Ok, et quel généalogiste professionnel voulez-vous être ? successoral ou familial ?

Appelant - ????? c'est quoi la différence ?

CLG - bon, pourquoi voulez devenir généalogiste ?

Appelant - j'ai vu l'émission à la télé et ça à l'air d'être bien.

Une chance pour moi, il s'agit toujours de généalogie successorale et JE NE FORME PAS les généalogistes successoraux. Ouf !!! Bien sur, j'y vais de mes explications sur le métier, de quelques conseils et de quelques numéros à appeler et au revoir.

Et cela fait vingt ans que cela dure !!!