Liberte

Raoul, c'est mon grand-père. Je ne l'ai pas connu. Il est mort onze ans avant ma naissance. Mais j'en ai beaucoup entendu parler, par ma mère, sa fille.

Raoul Lecomte de la Cavée Verte (c'est la rue où il habitait avec sa femme et ses enfants), né le 13 janvier 1901, à Sanvic, Seine-Maritime, fils naturel d'Aurélie Lecomte. Mais on sait qui était son père, même s'il ne l'a jamais reconnu. Il n'a d'ailleurs reconnu aucun des cinq enfants qu'il a eu avec Aurélie. Mais il a subvenu à leurs besoins et à leur avenir.

Raoul avait peu de souvenirs de son père. Il avait neuf à son décès. Il a grandi entre un frère aîné, Jules (plutôt bizarre tonton Jules) et deux jeunes soeurs qui vont partir trop tôt (Marguerite est morte à quinze ans et Hélène à vingt-six). Sa soeur aîné, Juliette, n'a vécu que quelques jours, à tel point qu'elle est décédée sans avoir été reconnue par sa mère. Aurélie mettait un peu de temps avant de reconnaître ses enfants. Raoul avait cinq mois.

Devenu adulte, Raoul s'est révélé un brin remuant : il avait la mer dans le sang. Bien que son métier fut imprimeur, il fallait qu'il navigue et c'est ce qu'il a fait. Il était imprimeur à bord des bateaux de la CGT (Compagnie Générale Transatlantique et non le syndicat) et j'ai encore des souvenirs de lui à la maison : des menus imprimés au nom des paquebots, des souvenirs ramenés de ses voyages.

Il y a longtemps, lorsque je débutais ma généalogie, j'avais recherché les archives de son entreprise. La French Line n'était pas encore en ligne ou accessible, et la personne qui m'avait répondu avait eu l'extrême gentillesse de m'envoyer sa fiche professionnelle avec les bateaux sur lesquels il avait navigué et les dates. Et j'en étais restée là. J'avais bien sur recherché les cartes postales de ses bateaux, mais je n'avais pas poussé l'investigation.

Voilà, c'est chose faite ce matin, je suis allé traîner mes doigts sur le clavier, direction Ellis Island, puisqu'il faisait la traversée" Le Havre-Southampton-New York", et bien sur, je l'ai trouvé. J'ai trouvé cinquante-deux traversées et passages par Ellis Island, entre 1946 et 1953. Évidemment, il a navigué bien avant cela, mais j'ai au moins trouvé cela.

J'ai trouvé deux traversées à bord de la Désirade, deux à bord de l'Orégon et une à bord du De Grasse............... comme cuisinier. Il faut dire que grand-père a été prisonnier durant la dernière guerre mondiale, expédié à la frontière autrichienne. Imaginez, pour un marin qui ne supportait pas de passer plus de trois jours à terre, ce que cela a du être pour lui, cette captivité !! Et de retour au Havre, il n'y avait plus de bateau et sûrement pas besoin d'un imprimeur, alors il a pris le premier boulot qui se présentait pour pouvoir repartir en mer, et s'était cuisinier. Il l'a été jusqu'en 1949, lorsqu'il est passé à bord de l'Ile de France, comme imprimeur.

Il fait quatorze voyages sur l'Ile de France, retour pour une traversée sur le De Grasse puis trente traversées sur le Liberté. C'est sur ce bateau qu'il est tombé malade et qu'il a du être évacué. Il est décédé peu de temps après, le 23 novembre 1953, à terre.

Les captures d'écran sont faites, il ne reste plus qu'à écrire tout cela dans le logiciel.

J'ai quand même trouvé un truc bizarre. Le 21 août 1953, Raoul Lecomte, cinquante-deux ans, figure sur la liste des passagers du Liberté, au départ du Havre, avec sa femme, Valérie. Sauf que la femme de Raoul, c'est Simonne et qu'il a été évacué le 20 août 1953, du Liberté vers l'hôpital. Bizarre non ? Un homonyme ou une usurpation d'identité ?